John Young ne veut pas qu’on le prenne pour une poule mouillée

Lors de la mission Gemini X, (du 18 au 21 juillet 1966) une expérience consistant à étudier les radiations ultraviolettes émises par les étoiles (expérience  S13 UV) doit être effectuée lors de la première EVA de Michael Collins. Cette première sortie spatiale qui doit se faire de nuit, est ce que les américains appellent une « stand –up » EVA, qui comme son nom l’indique, consiste à se tenir debout dans le vaisseau spatial (sur le siège), l’astronaute n’ayant alors que le buste dans le vide de l’espace…

Maurer 70 mmCollins muni de son appareil photo, un Maurer 70 mm pourvu d’une lentille UV,  doit viser le sud de la Voie Lactée et photographier une série d’étoiles, entre  Beta Crucis (Mimosa – la seconde plus brillante étoile de la constellation de la Croix du Sud) et Gamma Velorum (« Le Joyaux du ciel austral », dans la constellation des Voiles à laquelle l’astronaute Virgil Grissom donnera le nom de Regor*). Il prend 22 photos.  Après le lever de soleil, il doit également photographier 9 fois une mire constituée de 4 couleurs (rouge, bleu, jaune et gris), maintenue par une baguette d’un mètre de long, pour déterminer si une pellicule du commerce enregistre fidèlement les couleurs dans l’espace. (Experience MSC8)

Si la première expérience se déroule sans anicroche,  la dernière est interrompue après la quatrième prise de vue, lorsque les deux astronautes présentent une irritation des yeux entraînant un larmoiement.

John Young : « Il y a une drôle d’odeur, ça irrite les yeux et les fait pleurer ».

Au départ les astronautes suspectent la solution anti-buée appliquée sur la visière du casque, puis à cause de l’odeur, une fuite d’hydroxyde de lithium, qui sert à purifier l’air… Ce sont finalement les ingénieurs au sol qui trouvent la solution : les astronautes ayant enclenché les deux systèmes de ventilation de leur combinaison spatiale, c’est ce double flux d’air qui provoque l’irritation des yeux, la désactivation de l’un d’eux résout le problème.

Sans se départir de son sens de l’humour  John Young  ajoute : « J’avais déjà les yeux qui pleuraient cette nuit, mais je n’ai rien osé dire, je ne voulais pas que l’on me prenne pour une poule mouillée. »

* cf : http://www.anecdotes-spatiales.com/dnoces-navi-et-regor/

Anecdote dans l’anecdote :  C’est le Dr Karl G. Henize qui est à l’origine de l’expérience S13 UV. Mathématicien et docteur en astronomie, il sera sélectionné comme astronaute scientifique en août 1967, groupe 6. Il ne fera qu’un vol spatial en 1985 (Challenger – Mission STS-51F – Spacelab 2 – du 29 juillet au 6 août 85). Il décède le 5 octobre 1993, à 6 400 mètres d’altitude, d’un œdème pulmonaire de haute altitude, alors qu’il tente l’ascension de l’Everest.

C’est chaud !

Gemini X fut une ambitieuse mission qui a permis d’affiner les techniques nécessaires pour le programme Apollo. Le commandant John Young a même effectué des manœuvres alors que son co-équipier  Michael Collins effectuait une sortie dans l’espace. « Une telle prise de risque ne serait plus autorisée de nos jours« ,  précise John Young.   Ce dernier se rappelle que la veille du décollage, Reg Mitchell, un ingénieur système, est venu le voir et lui a dit : « Oh fait, j’ai oublié de te dire, il faut absolument que tu évites que le soleil vienne taper directement sur le dessus du siège éjectable de Mike, car le soleil est si chaud que cela pourrait le déclencher.»

Young : « Non seulement je devais voler en formation avec la cible Agena, faire attention à ne pas brûler Mike avec le jet des tuyères des moteurs du système de contrôle d’attitude, et de surcroît, éviter que les rayons du soleil dardent sur le siège éjectable de Mike ! »

 

Pince sans rire !

A maintes reprises, pendant l’entrainement pour son vol Gemini X, John Young s’est plaint d’avoir du mal à commuter les boutons de commande avec ses gants, pour éviter d’actionner un bouton par inadvertance, il a demandé s’il pouvait se servir d’une pince.
Pas question  lui a-t-on répondu !

Le jour du vol, le facétieux Guenter Wendt lui a tendu une pince géante, d’environ 1m50, fabriqué en « Styrofoam » et papier alu.
Young sans se démonter : « Tu m’aides à la ranger « 

Quelques temps plus tard, John Young lui confiera qu’il avait bel et bien planqué une pince dans sa combinaison.

« John Young n’était pas du genre à se laisser « embarrasser » par les procédures quand il voulait que le travail soit bien fait » Guenter Wendt

En galante compagnie !

John Young et Mike Collins (Gemini X) s’apprêtent  à dormir, afin de se protéger de la lumière extérieure ils doivent  apposer un cache sur chacun des deux hublots du vaisseau spatial. Surprise, sur chaque « pare-soleil » ils découvrent la photo d’une plantureuse «pin-up»…

Il s’agissait de deux hôtesses d’un club Play-Boy que fréquentait un ingénieur de Mc Donnell. (Mc Donnell était la société qui construisait le vaisseau Gemini)

Lorsque les filles ont appris que leurs photos étaient réellement allées dans l’espace, elles  ont voulu assister à la conférence de presse d’après vol pour demander aux astronautes s’ils avaient appréciés leur compagnie dans l’espace.

Un peu inquiet quant aux répercussions médiatiques de cette petite blague, l’espace est une affaire sérieuse, Deke Slayton  convaincra par téléphone les deux ravissantes filles de renoncer à leur projet !