Passage bas rapide

Il s’en est fallu de très peu pour que Gordon Cooper ne fasse pas son vol Mercury (le dernier de la série: MA-9, Faith 7) Deux jours avant le lancement, alors que les préparatifs vont bon train sur le pas de tir, il n’a rien trouvé de mieux que faire un « passage bas » avec son F-102 au-dessus du site avec les moteurs à pleine puissance. On imagine le bruit assourdissant et les vibrations… Furax, Walt Williams le directeur des opérations au Centre de Contrôle des Vols Mercury, appelle Deke Slayton, chef du bureau des astronautes pour lui ordonner de remplacer Cooper.
Après moult tractations il finira par se calmer et Cooper sera autorisé à faire son vol comme prévu…
On imagine la conférence de presse, avec Gordon Cooper, pour expliquer la situation !

 

Mode d’emploi

Gordon Cooper est bien évidemment présent à la cérémonie de la « roll-out » (lorsque la fusée fin prête quitte son hall d’assemblage) de « sa » fusée Atlas qui se tient à l’usine Convair de San Diego.
Il la regarde longuement, puis prend un marqueur et trace une flèche dont la pointe indique le nez de la fusée, il inscrit ensuite l’instruction suivante : « A lancer dans cette direction » et signe G. Cooper, pilote.

 

Nooon… Je ne veux pas y aller

Quelques temps avant le tout premier vol Mercury, Jack King, (Public Affairs Officer) avait autorisé la presse à venir filmer une reconstitution des derniers instants avant le vol, c’est-à-dire le moment ou l’astronaute prend l’ascenseur pour accéder à la capsule.
Le film devait passer à la télé le jour du premier vol. (Le jour J, les journalistes ne seraient pas autorisés à accéder au pas de tir).
Etaient présents, Bill Douglas, médecin, Joe Schmitt, responsable des combinaisons spatiales, Gordon Cooper, en combinaison et Guenter Wendt ! Tous les quatre quittent le Hangar S et montent dans un van de la NASA direction le pad…

« Voilà ce que nous allons faire » dit Cooper.
Douglas et Schmitt regardent Guenter Wendt éberlués lorsque Gordon Cooper leur annonce ce qu’il veut faire !
Guenter Wendt : « Tu vas tous nous faire virer ! »
Cooper : « Qu’est-ce qu’il y a Guenter ? Tu as les chocottes ? »
Guenter Wendt : « Allons-y ! »

Ils descendent du van, accueillis par de nombreux photographes et cameramen.
Jack King, fièrement, ouvre la marche et Gordon Cooper dans sa combinaison immaculée, portant sa « valise d’oxygène », joue son rôle d’intrépide astronaute. Tous sont déjà entrés dans l’ascenseur lorsque Cooper s’arrête, regarde la fusée Redstone de haut en bas, comme s’il la voyait pour la première fois, s’accroche à la porte et hurle : «Non… Non, je ne veux pas y aller ! ».
Guenter Wendt et les autres l’attrapent comme ils peuvent, le forcent à monter dans l’ascenseur et claquent le rideau métallique !
Alors qu’ils sont tous morts de rire, ils entendent la voix hystérique de Jack King : «Eteignez toutes les caméras, plus de photos ! »

Dans le numéro d’ « Aviation Week » paru quelques jours plus tard, les journalistes du magazine ont demandé le renvoi de Joe Schmitt et Guenter Wendt et ont proposé que Gordon Cooper et Bill Douglas soient dégradés, tous les deux étaient encore militaires.
A compter de ce jour, chaque fois que Guenter Wendt et Gordon Cooper se sont vus, ils se sont appelés : « soldat de cinquième classe ».

Pour ses vols MA-9 et  GT-5 lorsqu’il est entré dans la « White Room », Gordon Cooper s’est mis au garde à vous devant Guenter Wendt et en le saluant a dit « Soldat de cinquième classe au rapport ».

Gemini V Cooper salut Guenter Wendt

Gordon Cooper est mort le 4 octobre 2004.
« Who is the best ? »

 

 

Réalité ou simulation ?

La première tentative de lancement de la mission Mercury-Atlas 9,  Faith 7, le 15 mai 1963, a été interrompue au dernier moment, quelques treize minutes avant le décollage prévu, en raison de la défaillance d’un radar à la station de suivi des Bermudes. Le vol fut reporté au lendemain. Un peu déçu, Gordon Cooper déclara : « C’était une simulation très réaliste »

 

Günter Wendt – Un petit cadeau pour Gordo !

Lors de son vol Mercury Faith 7, Gordon Cooper rencontra quelques problèmes avec son système collecteur d’urine. Quelques temps plus tard, Günter Wendt lui offrit « Le Système de Transfert d’Urine du Futur » (The Urine Transfer System of the Future »).

Il s’agissait d’un vieux robinet, scellé sur une base, qui laissait s’écouler un liquide jaunâtre lorsqu’on l’ouvrait. Pour ce faire Günter Wendt avait percé un trou minuscule qui lui permettait à loisir de remplir le conduit du robinet grâce à une seringue hypodermique… au grand dam de Cooper !  Gotcha !