De la fiabilité de la navette spatiale

La navette spatiale est l’un des appareils les plus complexes jamais conçus, elle est constituée de plus de 2 500 000 pièces, 365 km de câblage, 1 440 coupes-circuits…

Comme en témoignent les catastrophes de Challenger et de Columbia, le décollage et l’atterrissage constituent les phases les plus dangereuses d’un vol de navette, car il y a relativement peu de danger en orbite dans l’espace…

Malheureusement, cette complexité s’est révélée difficile à gérer, entraînant la perte de 2 navettes (et 14 astronautes) en 135 missions, soit un taux d’échec de 1,48 %, ce qui est beaucoup plus que les pertes subies par les compagnies aériennes, 0,00005 %, soit 1 crash tous les deux millions de vols.

Même exprimé en taux de mortalité par milliard de km parcourus, (le passager-kilomètre ou voyageur-kilomètre) ce qui donnerait théoriquement un avantage à la navette, puisque la distance moyenne parcourue par mission est d’environ 6,5 millions de km, on obtient tout de même le chiffre de 2,5 morts par milliard de km, toujours supérieur aux 0,5 décès des compagnies aériennes. (Mais toujours plus faible que le taux affectant l’automobile, qui est de 7,5 décès par milliard de km parcourus).

Les 5 navettes ont couvert un total de 872,9 millions de km (soit pratiquement 6 fois la distance moyenne entre la Terre et le Soleil ou 11 fois la distance moyenne entre la Terre et la planète Mars) en 21 152 orbites, et 1 333 jours, avec 852 membres d’équipage ce qui représente 355 individus au total (306 hommes, 49 femmes), dont certains ont effectué jusqu’à 7 vols.

Un astronaute avait 1 chance sur 61 de ne pas survivre à la mission. Cela dit, si le nombre d’astronautes à bord de Challenger et de Columbia avait été, par exemple, de 4 (au lieu de 7), le chiffre passe à 1 chance sur 106,5…

2 échecs sur 135 missions = 1 chance sur 67,5 de périr lors d’une mission. Lorsque Challenger a explosé, il s’agissait de la 25e mission, les statistiques étaient alors de 1 chance sur 25, et après la désintégration de Columbia, le 113e vol du programme, on passe à 1 chance sur 56,5 !

 

Digiprove sealCopyright protected by Digiprove © 2018 Olivier COUDERC