De la finalité des vols spatiaux habités

Au début de la guerre froide, le critère d’attractivité, selon les décideurs politiques aux États-Unis et en Union Soviétique, était lié à des programmes scientifiques et technologiques de grande ampleur. Ainsi, les démonstrations de prouesses scientifiques et technologiques sont devenues des actions clefs pour affirmer le prestige national et associer les valeurs et les symboles perçus de la science et de la technologie – la rationalité, le progrès – avec l’image de l’idéologie politique de chaque nation. Les records aéronautiques par exemple, sont alors extrêmement médiatisés.

C’est donc tout naturellement qu’en 1957, après les réactions mondiales liées au lancement de Spoutnik, dont l’ampleur a surpris les russes, les hommes politiques tant aux Etats-Unis qu’en Union Soviétique ont vu dans la conquête spatiale le moyen le plus visible, le plus spectaculaire, pour attester leur suprématie. En pleine guerre froide, les réalisations spatiales civiles, bien plus que les armes ou les conflits militaires, ont servi comme de très efficaces vecteurs pour démontrer ses capacités technologiques, sa puissance, et surtout, l’efficacité de son système politique. Les deux superpuissances investiront massivement dans le domaine du spatial habité, une escalade qui aboutira au programme Apollo, qui permettra à douze américains de marcher sur la Lune entre 1969 et 1972, à ce jour, l’apogée de 60 ans de conquête spatiale…

Peu après le lancement de Spoutnik, Arthur Larson, le directeur de l’agence d’information des Etats-Unis (United States Information Agency ou USIA qui a existé de 1953 à 1999 – Outil de diplomatie publique, de propagande.) encouragea vivement le président Dwight Eisenhower à prendre fait et cause pour l’exploration spatiale, afin d’améliorer l’image de l’opinion publique étrangère vis à vis des Etats-Unis, non pas pour la connaissance scientifique en elle- même, mais pour l’impact disproportionné que la prééminence dans l’espace semble avoir sur le ressenti de puissance d’une nation, qui permet d’accroître très significativement son pouvoir de négociation.

La NASA, l’USIA, et le Département d’Etat, ont vendu cette image des Etats-Unis au grand public, notamment, entre autres, en encourageant un programme spatial habité très élaboré et très dispendieux, avec de nombreuses expositions sur le thème de l’espace, des tournées mondiales d’astronautes et de capsules spatiales, et bien sûr, en diffusant en direct les différentes missions spatiales à la télévision et surtout sur les radios que l’on pouvait capter dans le monde entier…  Aux Etats-Unis il a fallu mettre en place une réthorique élaborée, car dans un pays démocratique le politique est tributaire de l’opinion publique ; vox populi, vox dei. Un problème que n’ont pas eu les dirigeants soviétiques.

L’origine du programme spatial habité étant avant tout politique, après la guerre froide il a fallu trouver une justification économique et scientifique, et là, tout s’est bigrement compliqué…

Depuis Eisenhower, aucun des onze présidents des Etats-Unis qui se sont succédé à ce jour, n’a mis fin au programme spatial habité. Avec le programme Apollo, l’espace est devenu dans l’imaginaire américain la nouvelle frontière, un leitmotiv habillement distillé par les responsables politiques depuis Kennedy, se substituant à l’Ouest mythique.

Plus philosophiquement, l’espace habité est le début de l’expansion humaine dans le système solaire et au-delà. Il s’agit même d’une étape dans l’évolution pour certains, qui n’ont pas hésité à comparer les premiers pas de l’Homme sur la Lune avec ceux des premiers arthropodes qui ont « sorti la tête de l’eau » …

 

Digiprove sealCopyright protected by Digiprove © 2017 Olivier COUDERC