De la responsabilité morale de Wernher von Braun dans l’Allemagne nazie.

En janvier 1971, alors qu’il travaille au quartier général de la NASA, Wernher von Braun reçoit une lettre d’un dénommé Alan Fox, résidant à Long Island dans l’état de New-York. La question pour le moins naïve soulevée par cette personne, reflète néanmoins un sentiment partagé par un certain nombre de ses compatriotes. (Voici ma traduction de la lettre de M. Fox, et de la réponse de Wernher von Braun) :

Cher Dr von Braun,

Je n’arrive pas à comprendre pourquoi vous n’avez pas usé de votre position et de votre influence pendant la deuxième guerre mondiale pour essayer de sauver les juifs. Un homme de votre stature doit avoir appréhendé l’énormité du crime en train de se commettre.

Je respecte votre compétence en tant que scientifique mais ne peux encore vous respecter en tant qu’être humain tant que vous ne m’aurez pas expliqué votre silence pendant cette période.

Je ne suis pas un importun, et n’ai aucune animosité à votre encontre. Mais j’apprécierais vraiment une explication de votre part.

Cordialement,

Alan Fox

 

Le 22 janvier, von Braun lui rédige cette réponse détaillée.

 

Cher M. Fox,

Comme suite à votre lettre datée du 11 janvier, je vous soumets cette réponse.

Au cours des années qui ont précédé le début de la deuxième guerre mondiale il était évident pour tous ceux qui vivaient en Europe qu’il y avait des persécutions politiques dans plusieurs pays totalitaires. Dans les premières années du régime d’Hitler en Allemagne, les persécutions ont pris de nombreuses formes dont la plus visible fut le dénigrement des juifs dans la presse nazie. La plupart des allemands ont pensé qu’il s’agissait pour le régime, de trouver un bouc émissaire pour le faramineux taux de chômage, et rallier la population au gouvernement d’Hitler. Toutefois, la plupart des allemands, moi y compris, ne pouvions imaginer, même dans nos pires cauchemars, que cet antagonisme déclaré, aboutirait au final à quelque chose comme Auschwitz (dont j’ai entendu parler pour la première fois après la guerre). Jusqu’au commencement de la guerre, il y avait des juifs, officiers et soldats, dans l’armée allemande, et les contacts sociaux étaient largement maintenus avec les amis juifs. Je vous avoue qu’à l’époque, je n’ai pas mené une profonde réflexion sur le sujet. Je pensais que lorsque les objectifs politiques de cette campagne anti juive seraient atteints, on trouverait un nouveau bouc émissaire.

Les persécutions de Staline envers les Koulaks, les officiers de l’armée (Tuchachevski, et al.), les Trotskistes, l’Intelligentsia, et les juifs russes, laissaient présager un dessein similaire. En ce temps- là, j’étais bien sûr, un jeune ingénieur, sans grand intérêt pour la politique, et bien plus absorbé par mes recherches sur les possibilités du vol spatial et mes expériences sur les fusées. J’ai eu la chance que l’armée allemande s’intéresse à mes travaux et m’octroie de l’argent et des infrastructures. Je n’ai pas eu plus de scrupules que, disons, les frères Wright, lorsqu’ils ont signé leur premier contrat avec le ministère de la guerre des Etats-Unis.

En 1939, lorsque la guerre a éclaté, nos travaux ont consisté à produire des armes. J’ai passé l’essentiel de mon temps, juste avant, et pendant la guerre, dans un centre de recherche sur les fusées, à Peenemünde, un endroit isolé sur les côtes de la mer Baltique. Nos journées consistaient à concevoir, construire, et tester.

On m’a souvent demandé comment j’ai pu concevoir des armes de guerre, et j’ai lu une multitude de publications évoquant les aspects moraux de cette question, qui remonte aussi loin que la guerre elle-même, et donc aussi vieille que l’humanité. Du point de vue de ma propre expérience, je peux seulement dire ceci : lorsque votre pays est en guerre, quand des amis meurent, quand votre famille est constamment en danger, quand les bombes explosent autour de vous et que votre maison est détruite, le concept de juste guerre devient très vague et lointain, et vous faites votre possible pour infliger à l’ennemi autant, ou plus de souffrances, que vous-mêmes, votre famille, et amis ont subi.

Il y a également un autre aspect : notre connaissance de ce qu’il se passait en Allemagne, et dans le monde, était plutôt limité par la machine de propagande nazie. Au cours de discussions privées entre amis, il nous arrivait de discuter des camps de concentration, dans lesquels toutes sortes d’opposants au régime, y compris les juifs, étaient détenus, mais je ne me rappelle pas, n’avoir jamais entendu le moindre témoignage concernant des atrocités, pas plus que sur des exécutions massives de civils. Si vous avez du mal à me croire, il vous suffit de vous poser la question de savoir combien de temps après le massacre de My Lai au Vietnam (Ce massacre a eu lieu le 16 mars 1968 et révélé au monde en novembre 1969 par le journaliste Seymour Hersh.) vous en avez entendu parler, en tenant compte, par ailleurs, de fait que nous sommes dans un pays où la presse est libre, encline à révéler des faits déplaisants, et non pas, dans un pays où la presse est muselée, contrôlée par l’état, un pays dont les dirigeants sont déterminés coûte que coûte à protéger les secrets d’état, et empêcher la population de savoir les choses qu’ils ne veulent pas qu’elle sache.

Vous me demandez pourquoi je n’ai pas usé de mon influence pour sauver les juifs.

Tout d’abord, comme évoqué ci-dessus, je n’étais pas au courant que des atrocités étaient commises en Allemagne. Je savais que des dirigeants juifs, catholiques et protestants avaient été emprisonnés en raison de leur opposition au régime. Je me doutais également en ne voyant plus mes propres amis juifs, que beaucoup avaient quitté le pays ou avaient été envoyés dans des camps de concentration. Mais être emprisonné et être massacré sont deux choses radicalement différentes.

En second lieu, si j’ai pu avoir une quelconque importance dans le programme des fusées de l’armée allemande, je n’avais aucune influence politique sur qui que ce soit hors de Peenemünde. J’ai moi-même été arrêté par Himmler, et c’est grâce à l’action du général sous les ordres duquel je me trouvais, que j’ai pu être sauvé.

Comme vous le savez, la réelle étendue des souffrances et du criminel massacre de masse des juifs, ne furent révélés au monde que plusieurs mois après la fin des hostilités, et c’est seulement à ce moment là que j’ai appris ces choses. J’ai été profondément choqué, et depuis, ai toujours eu honte d’avoir été lié à un régime capable d’une telle brutalité. Comme les millions de mes anciens compatriotes, qui ont eu connaissance de ces atrocités seulement après la guerre, je suis conscient que notre génération doit accepter sa part de culpabilité pour ce qu’il s’est passé.

Cordialement,

Wernher von Braun

 

Digiprove sealCopyright protected by Digiprove © 2017 Olivier COUDERC