John Young, besoin et nécessité

Sélectionné parmi les neuf astronautes du mythique groupe 2 le 17 septembre 1962, John Watts Young après avoir terminé l’entrainement de base, fut affecté à un domaine de compétences techniques pour aider au développement du vaisseau spatial Gemini.  Bien que son premier choix fût   « Guidage, Navigation et Contrôle »  il fut affecté à la partie « Systèmes Environnementaux et de Survie ». Dans le cadre de ses responsabilités il participa notamment à l’élaboration du système collecteur d’urine et du sac de confinement des matières fécales.

Il a fait un essai du « sac » en zéro-g lors d’un vol parabolique à bord d’un KC-135 et bien évidemment en conditions réelles lors du vol Gemini III. Le test s’est déroulé très exactement pendant le laps de temps qu’il a fallu au vaisseau spatial pour survoler le Cameroun jusqu’à l’île de Canton, soit environ 12 minutes. Tout a bien fonctionné mais ce fut… salissant. Heureusement le bactéricide contenu dans le sac et le charbon du système de filtration de la cabine a rapidement absorbé l’odeur.

Selon ses propres mots : « L’expérience n’a pas été des plus plaisantes, mais valider le fonctionnement de ce système fut absolument nécessaire avant d’envisager les vols de longue durée. »

Les repas sans résidus adoptés par les diététiciens de la NASA permettaient de ne pas aller à la selle pendant trois jours maximum,  mais pas plus, au-delà il fallait bien trouver une solution !

« Etre astronaute apporte son lot d’épreuves et oblige à faire quelques sacrifices, mais nous étions prêts, voire enclins, à payer le prix ! »