La der des ders

liftoffApollo XVIIJuste avant l’allumage des cinq moteurs de la Saturne V qui vont illuminer le Centre Spatial Kennedy tel un lever de soleil à minuit, Eugene Cernan le commandant de la toute dernière mission Apollo, qui compte déjà deux vols spatiaux à son actif, dit ces quelques mots à ses coéquipiers, Ronald Evans et Harrison Schmitt, dont aucun n’est encore allé dans l’espace :

« Je sais que vous ferez du bon boulot », puis il  ajoute : « Mais avant tout, profitez, savourez chaque instant, car vous ne ferez jamais plus un truc pareil ! »

 

Ron le ronchopathe

Une heure avant le décollage de la mission Apollo XVII, l’équipe de la « White Room » dirigée par Günther Wendt quitte le pas de tir. Le compte à rebours se déroule sans anicroche jusqu’à  2 minutes et 47 secondes avant le lancement, lorsque l’unité de contrôle permettant de déclencher automatiquement les procédures des trois dernières minutes du compte à rebours, tombe en panne.  Notamment la pressurisation automatique du réservoir d’oxygène liquide du troisième étage de la Saturne V (S-IVB). Bien que la pressurisation dudit réservoir fût commandée manuellement, le système automatique réagira comme si une étape n’avait pas été effectuée et déclenchera l’arrêt des opérations et du compte à rebours.   Walter Kapryan, le directeur du lancement, et son équipe, résoudront le problème avec l’aide des ingénieurs du Marshall qui ont conçu le lanceur.

Pendant cette interruption qui dure 2 heures et 40 minutes, c’est le calme absolu sur le pas de tir, à tel point que Ronald “Ron” Evans s’endort et ne tarde pas à ronfler. Eugene Cernan et Harrison Schmitt se plaignent avec malice du bruit infernal produit par la Ron-chopathie de leur co-équipier ! (ça marche aussi avec Ron-fleur !)

 

Captain America

L’astronaute Ronald Evans ayant choisi de baptiser “son” module de commande “America”, c’est tout naturellement que ses deux coéquipiers Eugene Cernan et Harrison Schmitt lui ont donné le surnom du célèbre super-héros de l’univers Marvel : Captain America !

Ronald Evans

Ronald Evans le 4 décembre 1972 portant un T-shirt “Smile America”

Le réveil n’a pas sonné

Pour avoir dormi une heure de plus que prévu, les trois astronautes Eugene Cernan, Ronald Evans et Harrison Schmitt sont informés par le capcom, Gordon Fullerton, que la direction de la NASA a décidé de leur décompter à chacun une journée sur leurs congés payés… Ce n’est bien sûr qu’une taquinerie…

Les trois astronautes d’Apollo XVII sont en route vers la Lune, leur troisième période de sommeil commence 48 heures et 36 minutes après le décollage, (intervenu le jeudi 7 décembre à 00:33, heure de Floride), et doit durer quelques 8 heures et trente minutes.
Mais le réveil n’a pas sonné. Une mésaventure qui arrive à tout le monde. Les astronautes devaient être réveillés comme l’aimait Montaigne ; en musique, pour la première fois au cours de cette mission qui compta treize réveils musicaux, un record. Dans la cabine America, Ronald Evans était l’homme de quart, il devait garder ses écouteurs radio sur les oreilles pendant son sommeil. Pour le réveil, le Centre de Contrôle des Missions avait choisi, non pas le son de l’épinette, mais l’hymne de l’université du Kansas, son Alma Mater. Au premier passage du “JayHawk Fight Song” sur les ondes, aucune réponse. Pourtant cuivres et percussions sont très présents dans la version originale. L’enregistrement est repassé une première fois dix minutes plus tard, puis une dernière fois 45 minutes après. Puis on essaie un bruitage tonitruant, en vain. La capcom s’évertue à appeler Apollo XVII qui ne répond pas. Le silence se prolonge. Enfin, une heure et cinq minutes après l’heure de réveil prévu, la voix de Schmitt se fait entendre,  : « Nous sommes endormis ». Réplique sarcastique du CapCom : « C’est le moins que l’on puisse dire ! »
Un peu plus tard Harrison Schmitt fait remarquer : « Notre seul souci aujourd’hui, c’est d’empêcher Ron de se rendormir ».

La question du problème lié au réveil est revenue sur le tapis plus sérieusement quelques cinq heures plus tard. Les astronautes pouvant, à leur discrétion, prendra une pilule de Seconal (somnifère) pour les aider à s’endormir, (pour les autres médicaments, en revanche, ils doivent demander une prescription médicale. Une décision prise après que Cernan gêné par des flatulences – comme son camarade d’Apollo 16, John Young – ait pris de sa propre initiative un remède contre la nausée, qui a également pour effet de couper l’appétit), le médecin a pensé que cette panne d’oreiller était due au Seconal… Mais non, proteste Evans, ce n’est pas le Seconal qui nous a fait dormir trop profondément. Et Il se confesse : ” j’ai tout simplement oublié, avant de m’endormir, de vérifier le potentiomètre qui sert à régler le volume sonore. Il était éteint”. L’équipage a promis de mieux veiller désormais à ce fait. Et même, de laisser l’amplificateur de la cabine branché pendant les heures de sommeil.

En effet la situation aurait pu s’avérer très dangereuse si les ordinateurs au sol avaient décelé an problème sérieux à bord du véhicule spatial, car le contrôleur de vol aurait été dans l’impossibilité de le signaler aux dormeurs.

Voici la traduction des transcriptions :

02 jours 08 heures  35 minutes  43 secondes (Temps écoulé depuis le décollage) : Le Centre de Contrôle diffuse la musique “Jayhawk Fight Song”

02 08 37 00 –  Le CapCom (CC) Gordon Fullerton :  Bonjour,Apollo 17. Ici Houston. A vous.

02 08 38 17 –  CC : Apollo 17, Houston. Bonjour.

02 08 39 18 – CC : Apollo 17, Ici Houston. Bonjour.

02 08 41 17 – CC : Apollo 17, Houston. Bonjour.

02 08 45 55 : la musique “Jayhawk Fight Song” est rediffusée

02 08 47 58 – CC : Apollo 17, Houston. Bonjour. Vous êtes avec nous ce matin ?

02 09 05 04 –  CC : Bonjour, Apollo 17. Il est temps de se lever. A vous.

02 09 23 14 – CC : Apollo 17; oh, Apollo 17; il est l’heure de selever. Aller debout. A vous.

02 09 23 33 –  CC : Hello, Apollo 17; vous m’entendez? A vous.

02 09 39 39 : la musique “Jayhawk Fight Song” est repassée une troisième fois.

02 09 40 36 – CC : Hello, 17. Hello, 17. Comment me recevez-vous ce matin ?

02 09 40 46 –  LMP (Harrison Schmitt) : Nous sommes endormis.

CC : C’est le moins que l’on puisse dire !

LMP :  Ne laissez jamais Evans monter la garde.

CC : Je pense effectivement que nous devrons en tenir compte à partir de maintenant.

Membre d’équipage non identifié : … Bonjour.

LMP : (Rires) On a fait une sacrée fête la nuit dernière, Gordy. Purée, c’était d’enfer !

02 09 41 16 – CC : Surement !

02 09 45 11 –  CC : 17, Houston. A vous.

Membre d’équipage non identifié :  Allez-y, on vous écoute …

CC : Ok, on a un peu de retard, comme vous le savez mais il n’y a rien d’urgent dans l’immédiat. Inutile de vous presser. N’essayez pas de rattraper le temps perdu par rapport au plan de vol initial. Nous pouvons décaler l’activation de la télémétrie sans problème. A vous.

LMP : OK bien compris. Notre seul souci ce matin est d’empêcher Ron de se rendormir.

CC : Bien reçu.

 

On se rappellera que lors de l’incident technique ayant retardé le lancement de la mission de 2 heures et 40 minutes, Ron Evans s’était endormi !

 

Un grand merci à “fan de ducrocq” à l’origine de cette anecdote. Vous pouvez retrouver ses si intéressantes contributions sur le forum du Club de Passionnés d’Astronautique.