Wernher von Braun à propos des camps de concentration : « Je ne savais pas »

Dans l’autobiographie, dite de science-fiction, d’Arthur C. Clarke (1917-2008) intitulée Astounding Days parue en 1989, le chapitre 29 est consacré à son ami Wernher von Braun. (Il a également écrit Ascent to Orbit, sorti en 1984, qui est son autobiographie scientifique.)

Clarke contacte von Braun par courrier en 1951, ils se rencontrent la première fois à New-York en 1953 et la dernière fois fin 1976 au domicile de von Braun dans la banlieue de Washington…  Clarke initie von Braun à la plongée sous-marine et se dernier écrira même la préface de son livre intitulé The Challenge of the Sea  (Le défi de la mer) publié en juillet 1969… Ils furent des amis proches.

Arthur C. Clarke raconte qu’un jour von Braun lui a fait cette confession : « Non, je n’ai jamais su ce qu’il se passait dans les camps de concentration, mais je le subodorais, et dans ma position j’aurais pu me renseigner et savoir. Je ne l’ai pas fait, et pour ça, je me méprise. » (« No, I never knew what was happening in the concentration camps. But I suspected it, and in my position I could have found out. I didn’t, and I despise myself for it. »)

Comment von Braun pouvait-il ignorer ce qui se passait dans les camps de concentration ? Alors que ces derniers étaient parfaitement connus par l’ensemble des allemands, puisque les premières victimes furent des allemands eux-mêmes, les opposants au régime.

Le 20 mars 1933 Himmler annonce lors d’une conférence de presse à Munich, l’ouverture d’un camp de concentration, qui ouvre ses portes deux jours plus tard dans une ancienne usine de poudre à la périphérie de la petite ville de Dachau, à une vingtaine de kilomètres de Munich, il peut accueillir 5 000 détenus. Il s’agit du premier camp de concentration nazi. Dans un premier temps Dachau, ayant le statut de camp d’Etat, fut surveillé par la police régionale bavaroise ; mais le 11 avril c’est la SS qui en prend le commandement. C’est le début d’un système de terreur, de la stratégie concentrationnaire à vocation dissuasive, sur laquelle tout régime totalitaire s’appuie pour museler l’opposition… Il faut donc qu’elle soit bien connue pour inspirer la terreur !  « Tiens toi tranquille ou tu finiras à Dachau » est une formule qui ne tarda pas à entrer dans le langage courant… L’existence des camps fit l’objet d’articles détaillés dans les médias…

Et puis nous savons avec certitude que von Braun connaissait l’existence du camp de concentration de Dora, à proximité duquel les missiles V2 étaient fabriqués en série, puisqu’il a rencontré dans l’usine souterraine l’éminent physicien français Charles Sadron qui y était interné, lequel a rapporté cette entrevue dès 1947 dans : « De l’Université aux Camps de Concentration : Témoignages Strasbourgeois. » réédité quatre fois depuis ! Et puis bien évidemment, il connaissait le Karlshagen Außenlager II, ce camp de travail dépendant administrativement du camp de concentration de Ravensbrück, qui a existé à Peenemünde du 17 juin au 13 octobre 1943, dont les quelques 600 détenus étaient logés au niveau inférieur de l’ultra-moderne hall d’assemblage F1. Détenus qui furent transférés au KZ-Außenlager ou Arbeitslager Dora le 13 octobre 1943, deux mois après le premier bombardement du centre de recherche…

Il ne pouvait pas ignorer non plus que l’usine de Rax-Werk près de Wiener Neustadt qui a produit des V2 de mars à octobre 1943, était un Außenlager du camp de concentration de Mauthausen-Gusen , ou que les usines Zeppelin de Friedrichshafen qui ont fabriqué des composants de la V2 de 1941 à 1943, notamment des portions de fuselage et les réservoirs d’ergols, utilisaient des détenus de Dachau.

Il faut savoir qu’en 1934, devant la vindicte populaire, les camps de concentration ont failli fermer (ce qui prouve bien qu’ils étaient bien connus par la population allemande et qu’on savait ce qu’il s’y passait)… Mais Hitler a consolidé son pouvoir… s’est rendu maître de l’Europe continentale… Dès lors le nombre de camps n’a cessé d’augmenter, et pour certains, leur rôle a évolué…

Cela dit, n’y a-t-il pas là une méprise entre camp de concentration et camp d’extermination ?
La confusion a-t-elle été faite par Clarke des années plus tard, ou directement par von Braun ?

Même s’il est vrai que la différence entre les deux est ténue, dans la mesure où certains camps de concentration sont devenus des camps d’extermination, comme Dachau, et Auschwitz créé en 1940, au départ pour être une zone d’intérêt économique, qui est devenu à partir de 1942 un camp d’extermination avec l’adjonction en octobre 1941 d’un camp dédié à cet effet, dépendant administrativement d’Auschwitz : Birkenau, situé à 3 km du camp originel…  Auschwitz et ses trois camps, d’une superficie de plus de 200 hectares, est devenu le symbole de l’Holocauste… Près d’un million de juifs y furent assassinés à partir de 1942.

Bien évidemment les camps de concentration ont été le théatre de tortures, d’exactions sans nom, d’innombrables assassinats, mais l’extermination de masse ne commence à se mettre en place qu’en 1941, tout d’abord avec des dizaines de milliers de prisonniers russes et notamment les commissaires politiques soviétiques…

La genèse de l’Holocauste fut longue et complexe et le résultat d’un processus meurtrier compliqué qui est le fruit d’initiatives venant aussi bien du haut commandement que de la base, il ne s’agit aucunement d’une décision prise à un moment donné par le régime nazi.

Rappelons également que le camp de concentration n’a pas été inventé par les allemands, il ne s’agit pas d’une spécificité nazie contrairement au camp d’extermination…

Aussi, lorsque von Braun parle de camp de concentration, (Il en a existé une quarantaine, plus un millier de camps satellites dont certains dans des trains ou même des églises abandonnées, dans la pratique il s’agissait principalement de camps de travail qui s’implantaient ça et là et dont la durée de vie pouvait être très éphémère, ils ouvraient et fermaient selon les contingences du moment.) il pense en réalité au camp d’extermination, ces centres industriels de mise à mort de masse dont l’existence était confidentielle et qui étaient au nombre de six (auxquels il faut ajouter ceux de l’Aktion T4 réservés aux handicapés physiques et malades mentaux).  L’assassinat des handicapés, homosexuels, associaux, vagabonds, tziganes, slaves, juifs, tous ceux que les délires eugénistes des responsables du Troisième Reich appelaient untermenschen (sous-hommes) était top-secret… Tous les ordres les plus compromettants furent donnés oralement. Alors bien évidemment, compte tenu de l‘ampleur de ce processus d’anéantissement qui impliquait pas mal de monde, il y a eu des fuites, des soldats en permission ont raconté des choses, mais il n’a jamais été possible à la population allemande de recouper tous les témoignages, de mesurer l’ampleur du génocide puisqu’il était impossible à un allemand de s’exprimer ouvertement hors de la sphère privée !

Wernher von Braun comme beaucoup d’allemands continueront à fréquenter des restaurants tenus par des juifs comme le Zigeunerkeller à Berlin, continueront de faire leurs courses dans les magasins tenus par des juifs… Il faudra attendre fin 1941 et la promulgation de nouvelles lois anti-juives notamment celle les obligeant à porter l’étoile jaune, et celle interdisant tout contact avec les juifs, désormais clairement identifiables, qui devenait passible d’un internement en camp, pour que la population allemande se tienne à l’écart… Promulgation de lois qui prouve de la manière la plus éclatante que la propagande anti-juive du régime n’a pas eu l’effet escompté, et ne s’adressait pas à une population globalement antisémite. Un allemand moyen de cette époque n’était pas plus antisémite qu’un français moyen !

Von Braun aurait-il dû fuir l’Allemagne comme certains l’ont prétendu ? Plus facile à dire qu’à faire, compte tenu de sa position et des informations qu’il détenait, ses parents, sa famille, ses amis, ses collaborateurs, auraient certainement fait l’objet de représailles.

Le problème dans le jugement que nous faisons des contemporains allemands d’Hitler c’est que contrairement à eux nous connaissons la fin du film, et l’ampleur du génocide commis par les nazis (très abondamment commenté depuis la fin de la guerre), nous avons une vision globale, ce que Wernher von Braun et ses compatriotes, vivant sous une dictature, avec tout ce que cela implique, ne pouvaient en aucun cas avoir. Pendant les dernières années de la guerre ils avaient certainement des sujets de préoccupation plus égoïstes, liés à leur propre survie et celle de leur famille.

La véhémence de certains donneurs de leçons est toujours suspecte.

Il ne se passe pas une semaine en France sans que l’on ne nous propose sur les chaines de télévision des documentaires sur l’allemagne nazie… C’est de très loin la période historique la plus étudiée, pourtant les poncifs et raccourcis ont la vie dure, surtout à l’école et à la télévision… Seuls les livres écrit par des historiens professionnels, spécialistes de l’Allemagne et de cette période, peuvent nous donner un éclairage pertinent sur tel ou tel aspect de l’Allemagne nazie et permettent d’appréhender toute la complexité des situations…

Il est peu probable que Wernher von Braun ait ignoré le sort réservé aux personnes déportées vers l’Est, il avoue l’avoir soupçonné, mais il est certain qu’il ne pouvait en aucune manière en appréhender l’effroyable ampleur, ni d’ailleurs changer le cours des événements, qui dépassent l’entendement.

Devant l’indicible, nombre d’allemands se sont réfugiés dans le refoulement.

 

[De tous les livres sur les camps de concentration que j’ai pu lire, le meilleur est pour moi celui de Nikolaus Wachsmann, intitulé : « KL : A History of the nazi concentration camps ». Une œuvre majeure, en instance de traduction par Jean-François Sené, dont la sortie en librairie est prévue pour octobre-novembre 2017 : « KL: Une histoire des camps de concentration nazis » chez Gallimard. A ne surtout pas manquer !]