Vos pellicules risquent de ne jamais être développées

Le mardi 14 avril 1970 les astronautes survolent la face cachée de la Lune, Jack Swigert et Fred Haise ont le nez collé sur le hublot, émerveillés par le spectacle ils en profitent pour prendre des photos…James Lovell un peu tendu marmonne alors : « Si le moteur ne fonctionne pas, vos pellicules ne seront jamais développées ».
Haise : « Du calme Jim, tu as déjà fait un vol autour de la Lune, pas nous ! » (Lovell était sur Apollo Huit)
Si James Lovell est un peu nerveux c’est qu’il doit bientôt allumer le moteur de descente de module lunaire au « PC+2 ».* Si le moteur fonctionne correctement cela augmentera leur vitesse et leur permettra de gagner environ 9 précieuses heures, et, qui plus est, d’amerrir dans le Pacifique Sud où se trouve déjà la flotte de récupération, dans le cas contraire, l’amerrissage est prévu dans l’Océan Indien, mais beaucoup plus important, les réserves d’eau qui permettent de refroidir les systèmes électroniques du LM seront épuisées quelques 5 heures avant l’entrée dans l’atmosphère… Même si Lovell savait que l’électronique du LM d’Apollo 11, après avoir été « abandonné » en orbite lunaire, avait fonctionné encore 8 heures après l’épuisement du « liquide de refroidissement », il préférait ne pas avoir à courir ce risque supplémentaire !

 

* PériCynthe + deux heures – le péricynthe – terme utilisé uniquement pour un satellite de la Lune – ou périgée, indique dans le cas présent le moment où le vaisseau spatial est au plus près de la Lune.