Bienvenue

Bienvenue sur mon site dédié à la petite histoire de la conquête de l’espace…

 

Prosper Mérimée avait coutume de dire : « Je n’aime, dans l’histoire, que les anecdotes »
 
L’anecdote est fréquemment considérée de manière péjorative, car il s’agit souvent d’un détail secondaire du récit….Certains de ses synonymes sont d’ailleurs : bruit, rumeur, potin, fable…
 
Pourtant, l’anecdote historique lorsque étayée par des sources fiables, permet d’apporter un éclairage différent sur certains faits historiques, de compléter l’assemblage des événements, et surtout d’y apporter une dimension supplémentaire, l’émotion.
 
L’histoire de la conquête de l’espace, la dernière des grandes épopées humaines, fourmille d’anecdotes surprenantes, cocasses ou poignantes.
 
Alors est-il préférable d’aller de l’historique à l’anecdote ou de l’anecdote vers l’historique ? Il est bien évident que si le lecteur possède déjà quelques connaissances historiques spatiales il sera mieux à même de restituer, le cas échéant, l’anecdote dans son contexte et de mieux cerner les protagonistes.
 
Cela dit, si en partant d’une anecdote, sa curiosité piquée au vif, le lecteur souhaitait en savoir plus, je propose ci-dessous quelques liens vers des sites francophones remarquables.
 
Par ailleurs, j’essaie toujours d’ajouter un élément pédagogique, historique, ou technique pertinent.
 

N’hésitez pas à me faire part de vos critiques et remarques.

 
Excellente lecture à tous.
 
 

Les 500 premières anecdotes ont été publiées entre 2005 et fin 2009 sur mon site http://anecdotesspatiales.spaces.live.com aujourd’hui fermé.

A « l’époque », l’excellente revue bimestrielle Espace Magazine (N°32 – Nov.-Déc. 2007), avait évoqué mon travail dans une petite annonce en page 8 intitulée “UN TRESOR D’ANECDOTES”

Passionné de spatial, Olivier Couderc a mis en ligne un recueil d’anecdotes sur l’astronautique. Tragiques ou plus légers et parfois même très drôles, ces instants de la petite histoire permettent de saisir la dimension humaine de la conquête spatiale


VOICI QUELQUES LIENS (en français)…  N’hésitez pas à me contacter pour tout complément d’information.

 

 
Astronautiquement Notes
Une mine d’informations. A ne surtout pas manquer, le chapitre « Histoires ». Le style d’écriture de Jean-Claude Aveni me rappelle celui du journaliste Bernard Chabbert ! Un régal !

 

CapCom Espace
L’Encyclopédie en ligne de la conquête de l’espace, régulièrement mise à jour et enrichie. Le webmaster, Didier Capdevila, participait à la rédaction de la revue Espace Magazine !

 

Kosmonavtika
Un site dédié uniquement à la cosmonautique ! Nicolas Pillet vous dit tout sur les programmes spatiaux de l’ancienne URSS et actuelle Fédération de Russie… Le travail fourni est exceptionnel !

 

Le Club de Passionnés d’Astronautique
Un petit forum convivial pour apprendre et parler de notre passion ! Le créateur de ce forum a serré la main de Youri Gagarine. Patrick nous a quittés mais son souvenir nous accompagne…

 

Le Forum de la Conquête Spatiale
Le plus grand forum francophone dédié à l’astronautique, sur lequel interviennent également des professionnels du spatial.

 

Les Badges du Cosmos
Tout sur les badges portés par les voyageurs de l’espace. Excellent !

 

SpacePatchWork by Olivier COUDERC

 

Les textes publiés sur ce site ont été rédigés par mes soins à partir de documents, principalement en langue anglaise, qui n’ont jamais été traduits en français à ce jour. Chaque anecdote est dûment vérifiée, les informations sont systématiquement recoupées afin de garantir autant que possible la véracité des faits rapportés. Si nécessaire, l’anecdote est remise dans son contexte et complétée par des informations pertinentes. A ce titre les textes originaux ainsi produits, sont protégés « de facto » par le droit d’auteur régi par les lois du 11 mars 1957 et du 3 juillet 1985, codifiées dans le code de la propriété intellectuelle. En conséquence, pour toute reproduction en tout ou partie d’une anecdote du présent blog, la source devra être clairement identifiée.

Concernant les photos trouvées sur internet ou scannées que j’utilise pour illustrer certaines anecdotes, elles ne m’appartiennent bien évidemment pas, je n’en suis pas l’auteur, ni n’en ai racheté les droits le cas échéant. La même photo étant souvent publiée sur plusieurs sites, dans le doute quant à la véritable origine d’une photo, je préfère ne rien préciser.  J’accéderai à toute exigence émanant d’une personne en mesure de me prouver qu’elle est bien la propriétaire légitime d’une photo utilisée pour illustrer mon propos. Par ailleurs, si j’appose un filigrane correspondant à l’intitulé de mon site sur certaines photos, c’est tout simplement parce que je les ai retravaillées avec un logiciel de retouche d’image afin d’en améliorer le rendu ou les recadrer. Il ne s’agit en aucune manière de m’approprier indûment une photo !

Quant à mes sources, elles ne sont pas divulguées publiquement pour protéger mon travail.

Je précise pour terminer que je ne retire aucun bénéfice financier de mon « travail », ni avantage d’aucune sorte, mes seules ambitions étant de donner accès à ces petites histoires de la conquête de l’espace à ceux qui ne lisent pas l’anglais, et, plus égoïstement, de parfaire mes connaissances dans ce domaine qui me passionne !

Olivier COUDERC

Articles récents

J’irai uriner sur la tombe de Rocco Petrone

Rocco Petrone (1926-2006) qui fut notamment le troisième directeur du centre spatial Marshall, du 27 janvier 1973 au 15 mars 1974, est très certainement la personne la plus détestée par les « anciens » de ce centre. En treize mois et demi, celui qui fut surnommé « l’homme de main » ou « le tueur à gages » commandité par le quartier général de la NASA, va « éliminer » la Rocket Team de von Braun, et surtout réorganiser le centre qui n’aura désormais plus aucune capacité de production intrinsèque (« in house »). Pour ses bons et loyaux services il sera nommé administrateur associé de la NASA (hiérarchiquement le numéro 3), il quitte l’agence spatiale un an plus tard en avril 1975.

Celui qui fut le plus grand centre spatial en termes de budget et de personnel va payer le plus lourd tribut lors des réductions d’effectifs, à lui seul le Marshall va supporter 81 % du total des plans sociaux post-Apollo concernant les fonctionnaires (civil servants).

Dès 1967 les RIF (Reduction in Force) successifs ont considérablement réduit le personnel employé à plein temps par le centre. En huit ans, entre 1968 et 1975 les effectifs permanents du centre spatial Marshall ont été réduits de 43,14%, à lui seul en treize mois et demi, Petrone les a diminué de 25,8%. Beaucoup de ceux qui sont restés ont par ailleurs connu une diminution de leur grade ou de leur échelon [Aux Etats-Unis, pour les fonctionnaires on parle de General Schedule (GS), il en existe 15, avec pour chacun 10 échelons (step)] et donc une significative réduction de salaire, avec des déclassements de trois ou quatre grades parfois ! En 1967 il y avait 7 177 employés permanents (hors contractants), en 1975 il n’en reste plus que 4 081. Actuellement le centre emploie environ 2 600 personnes (fonctionnaires).

A deux reprises la NASA a envisagé la fermeture définitive du centre spatial Marshall, en 1975 sous James Fletcher (1919-1991) qui fut l’administrateur de l’agence spatiale américaine du 27 avril 1971 au 1er mai 1977, et en 1977 sous Robert Frosch (1928 – ), administrateur du 21 juin 1977 au 20 janvier 1981.

C’est ainsi que l’historien américain Roger Launius dans son excellent ouvrage Apollo’s Legacy, Perspectives on the Moon Landings rapporte ce témoignage d’un ancien du centre spatial Marshall qui a déclaré avoir longtemps attendu la mort de Petrone, survenue enfin en 2006, pour aller pisser sur sa tombe, mais il s’est rendu compte qu’attendre son tour, pour ce dernier geste de mépris, prendrait trop de temps…

Anecdote dans l’anecdote : En visitant la ville de Saint-Malo, Jean-Paul Sartre (1905-1980) a pissé sur la tombe de François-René de Chateaubriand (1768-1848) pour marquer son mépris lorsqu’il vit ce tombeau « si ridiculement pompeux dans sa fausse simplicité ».  [Dans La Force de l’âge, publié en 1960 par Simone de Beauvoir (1908-1986)]. Tombeau classé monument historique en 1954.

  1. Le coût de la mission Apollo 10 Commentaires fermés sur Le coût de la mission Apollo 10
  2. L’engouement pour le vol de John Glenn Commentaires fermés sur L’engouement pour le vol de John Glenn