Bienvenue

 

Bienvenue sur mon site dédié à la petite histoire de la conquête de l’espace…

 

Prosper Mérimée avait coutume de dire : « Je n’aime, dans l’histoire, que les anecdotes »
L’anecdote est fréquemment considérée de manière péjorative, car il s’agit souvent d’un détail secondaire du récit….Certains de ses synonymes sont d’ailleurs : bruit, rumeur, potin, fable…
Pourtant, l’anecdote historique lorsque étayée par des sources fiables, permet d’apporter un éclairage différent sur certains faits historiques, de compléter l’assemblage des événements, et surtout d’y apporter une dimension supplémentaire, l’émotion.
L’histoire de la conquête de l’espace, la dernière des grandes épopées humaines, fourmille d’anecdotes surprenantes, cocasses ou poignantes.
Alors est-il préférable d’aller de l’historique à l’anecdote ou de l’anecdote vers l’historique ? Il est bien évident que si le lecteur possède déjà quelques connaissances historiques spatiales il sera mieux à même de restituer, le cas échéant, l’anecdote dans son contexte et de mieux cerner les protagonistes.
Cela dit, si en partant d’une anecdote, sa curiosité piquée au vif, le lecteur souhaitait en savoir plus, je propose ci-dessous quelques liens vers des sites francophones remarquables.
Par ailleurs, j’essaie toujours d’ajouter un élément pédagogique, historique, ou technique pertinent.

N’hésitez pas à me faire part de vos critiques et remarques.

Excellente lecture à tous.

Les 500 premières anecdotes ont été publiées entre 2005 et fin 2009 sur mon site http://anecdotesspatiales.spaces.live.com aujourd’hui fermé.

A « l’époque », l’excellente revue bimestrielle Espace Magazine (N°32 – Nov.-Déc. 2007), avait évoqué mon travail dans une petite annonce en page 8 intitulée “UN TRESOR D’ANECDOTES”

Passionné de spatial, Olivier Couderc a mis en ligne un recueil d’anecdotes sur l’astronautique. Tragiques ou plus légers et parfois même très drôles, ces instants de la petite histoire permettent de saisir la dimension humaine de la conquête spatiale


 

VOICI QUELQUES LIENS (en français)…  N’hésitez pas à me contacter pour tout complément d’information.

 

Astronautiquement Notes
Une mine d’informations. A ne surtout pas manquer, le chapitre « Histoires ». Le style d’écriture de Jean-Claude Aveni me rappelle celui du journaliste Bernard Chabbert ! Un régal !

 

CapCom Espace
L’Encyclopédie en ligne de la conquête de l’espace, régulièrement mise à jour et enrichie. Le webmaster, Didier Capdevila, participait à la rédaction de la revue Espace Magazine !

 

Kosmonavtika
Le seul site francophone dédié uniquement à la cosmonautique ! Nicolas Pillet vous dit tout sur les programmes spatiaux de l’ancienne URSS et actuelle Fédération de Russie… Le travail fourni est exceptionnel !

 

Le Club de Passionnés d’Astronautique
Un petit forum convivial pour apprendre et parler de notre passion ! Le créateur de ce forum a serré la main de Youri Gagarine. Patrick nous a quittés mais son souvenir nous accompagne…

 

Le Forum de la Conquête Spatiale
Le plus grand forum francophone dédié à l’astronautique, sur lequel interviennent également des professionnels du spatial.

 

SpacePatchWork by Olivier COUDERC

 

Les textes publiés sur ce site ont été rédigés par mes soins à partir de documents, principalement en langue anglaise, qui n’ont jamais été traduits en français à ce jour. Chaque anecdote est dûment vérifiée, les informations sont systématiquement recoupées afin de garantir autant que possible la véracité des faits rapportés. Si nécessaire, l’anecdote est remise dans son contexte et complétée par des informations pertinentes. A ce titre les textes originaux ainsi produits, sont protégés « de facto » par le droit d’auteur régi par les lois du 11 mars 1957 et du 3 juillet 1985, codifiées dans le code de la propriété intellectuelle. En conséquence, pour toute reproduction en tout ou partie d’une anecdote du présent blog, la source devra être clairement identifiée.

Concernant les photos trouvées sur internet ou scannées que j’utilise pour illustrer certaines anecdotes, elles ne m’appartiennent bien évidemment pas, je n’en suis pas l’auteur, ni n’en ai racheté les droits le cas échéant. La même photo étant souvent publiée sur plusieurs sites, dans le doute quant à la véritable origine d’une photo, je préfère ne rien préciser.  J’accéderai à toute exigence émanant d’une personne en mesure de me prouver qu’elle est bien la propriétaire légitime d’une photo utilisée pour illustrer mon propos. Par ailleurs, si j’appose un filigrane correspondant à l’intitulé de mon site sur certaines photos, c’est tout simplement parce que je les ai retravaillées avec un logiciel de retouche d’image afin d’en améliorer le rendu ou les recadrer. Il ne s’agit en aucune manière de m’approprier indûment une photo !

Quant à mes sources, elles ne sont pas divulguées publiquement pour protéger mon travail.

Je précise pour terminer que je ne retire aucun bénéfice financier de mon « travail », ni avantage d’aucune sorte, mes seules ambitions étant de donner accès à ces petites histoires de la conquête de l’espace à ceux qui ne lisent pas l’anglais, et, plus égoïstement, de parfaire mes connaissances dans ce domaine qui me passionne !

 

Olivier COUDERC

Articles récents

Wernher von Braun reçoit le Prix Galabert

Le directeur du centre de vol spatial Marshall de la NASA Wernher von Braun est l’un des trois lauréats du prix Galabert international d’astronautique à l’hôtel Lutetia à Paris en France, le 15 mars 1967. (Photo by KEYSTONE-FRANCE/Gamma-Rapho via Getty Images)

Le 15 mars 1967, Wernher von Braun (1912-1977) reçoit à Paris le prix Galabert d’astronautique pour l’année 1966. Le prix est remis à l’hôtel Lutetia, l’endroit même où les allemands avaient installé leur quartier général du renseignement et du contre-espionnage pendant la deuxième guerre mondiale (Abwehr-Nachrichtendienst), et où furent accueillis les déportés des camps de concentration d’avril à août 1945 avant de rejoindre leur famille. Au début des années 1920, Charles de Gaulle y a passé sa lune de miel avec sa femme Yvonne.

Il va sans dire que l’amicale du camp de Dora protesta vivement, alors même que von Braun n’a aucune responsabilité dans l’utilisation des déportés des camps de concentration pour la production d’armement… Il n’a fait que développer des armes, comme des milliers d’ingénieurs dans le monde, la manière dont son gouvernement allait produire ses armes n’était absolument pas de son ressort. Et si ces nouvelles armes n’avaient pas existé, les déportés auraient travaillé sur d’autres, exactement dans les mêmes conditions (…)

Von Braun partage le prix avec deux français, Jean-Pierre Causse (1926-2018), le directeur du centre spatial de Brétigny, et Roger Chevalier (1922-2011) le directeur technique de la société pour l’étude et la réalisation d’engins balistiques, SEREB.

Les trois lauréats du prix Galabert international d’astronautique : le directeur du centre spatial de Brétigny Jean-Pierre Causse, le directeur du centre de vol spatial Marshall de la NASA Wernher von Braun et le directeur technique de la société pour l’étude et la réalisation d’engins balistiques Roger Chevalier, à l’hôtel Lutetia à Paris en France, le 15 mars 1967. (Crédit Photo : KEYSTONE-FRANCE/Gamma-Rapho via Getty Images)
Jean-Pierre Causse, Wernher von Braun et Roger Chevalier le 15 mars 1967 à l’hôtel Lutetia. (Photo credit -/AFP/Getty Images)
Les trois lauréats du prix Galabert international d’astronautique : Jean-Pierre Causse, Roger Chevalier et Wernher von Braun, à l’hôtel Lutetia, le 15 mars 1967. (Crédit Photo : KEYSTONE-FRANCE/Gamma-Rapho via Getty Images)

Dans son édition du mardi 24 mai 1966 le New York Times rapporte une information de l’agence de presse Reuters, selon laquelle le prix décerné le 23 mai à Wernher von Braun, Jean-Pierre Causse et Roger Chevalier doit être remis aux lauréats en octobre 1966 à Paris, juste avant le début du Congrès International d’Astronautique qui se tient à Madrid du 5 au 15 octobre. Un petit article qui contient quelques erreurs, l’orthographe du prénom de von Braun est Wernher et non pas Werner,  le prénom de M. Galabert est Henri et non pas Paul, le prix a été instauré en 1958 et pas en 1954. Finalement le prix sera remis le 15 mars 1967.

The New York Times, édition du mardi 24 mai 1966.

Quelques mots sur le prix Galabert

Ce prix doit son nom à un industriel, revendeur de machines-outils, Henri Galabert, passionné d’astronautique, qui assortira cette récompense d’une somme de 20 000 francs. A sa demande le prix est décerné sous l’égide de la Société Française d’Astronautique créée le 22 décembre 1955, dont il deviendra le principal mécène. La SFA dont le président est alors le général Paul Bergeron (1890-1967) et le secrétaire général, le génial Alexandre Ananoff (1910-1992). Le premier prix Galabert a été décerné en 1958. L’excellent Albert Ducrocq (1921-2001) a également été à l’origine de la création de ce prix.

En ce qui concerne les récipiendaires et les dates d’attribution, les sources sont extrêmement contradictoires.

(De g. à d. au premier plan) Le cosmonaute Andrian Nikolaïev, Henri Galabert, Valentina Terechkova alors l’épouse de Nikolaïev. Le 14 mai 1965. (Crédit Photo : Keystone/Getty Images)

« Il semble qu’en 1958 le prix délivré fut de 200 000 francs (anciens). Puis plus rien. Personne ne parla plus de lui jusqu’au jour où la presse, en fin septembre 1963, claironna bien haut que le président Brun, accompagné de M. Galabert se rendrait à l’aérogare pour accueillir Gagarine, venant de Moscou spécialement pour recevoir son prix. » affirme Alexandre Ananoff (1910-1992) dans ses mémoires parues en 1978 : « Les mémoires d’un astronaute, ou l’astronautique française ». Il considère ce « prix peu reluisant », dans le chapitre éponyme qui lui est consacré (pp 186 à 189), lui préférant de loin celui de REP-HIRSCH créé en 1928 par Robert Esnault-Pelterie (1881-1957) et le banquier André Louis-Hirsch (1899-1962), qu’il juge beaucoup plus sérieux… Hermann Oberth sera, en 1929, le premier lauréat de ce prix qui comme le prix Galabert récompense les travaux les plus remarquables dans le domaine des fusées et du vol spatial. Le prix REP-Hirsch était décerné sous l’égide de la Société Astronomique de France (SAF), au sein de sa nouvelle « commission d’Astronautique ».

C’est effectivement à partir de 1963 lorsque le prix Galabert est décerné, entre autres, à la superstar internationale Youri Gagarine, que cette récompense va être médiatisée et reconnue, car jusque-là elle était plutôt confidentielle.

Comme il existe une certaine confusion entre la date de l’annonce du comité Galabert qui décerne le prix, et la date où ce dernier est physiquement remis, les dates communiquées ci-après ne le sont qu’à titre indicatif.  (Il faudrait avoir accès aux numéros de l’organe de la SFA, notamment la revue française d’astronautique, qui a paru de septembre 1958 à 1967.)

Il semble que le prix Galabert a été décerné pour le dernière fois en 1972 et physiquement remis aux récipiendaires en 1973. La SFA fusionne fin 1971 avec l’AFITAE ((Association Française des Ingénieurs et Techniciens de l’Aéronautique et de l’Espace) créée en 1945, pour donner le 7 février 1972 l’Association Aéronautique et Astronautique de France (A.A.A.F puis 3AF). Techniquement l’AFITAE est dissoute et la SFA change d’intitulé.

Les lauréats du prix Galabert : (liste non exhaustive)

1959 : Maurice Allais (1911-2010) pour ses recherches sur la gravitation et le mouvement du pendule « paraconique ».

1960 : ?

1961 : Jean-Emile Charon (1920-1998) qui reçoit le prix pour ses recherches sur les éléments d’une théorie unitaire de l’Univers.

1962 : Ernst Stuhlinger (1913-2008), Herman Oberth (1894-1989), Julien MARTELLI, Siegfried KLEIN (1914- ? ), Pierre BLANC, et Lucien GERARDIN (1923- ).

1963 : Ary Sternfeld (1905-1980), Youri Gagarine (1934-1968), John Glenn (1921-2016), Jean-Jacques Barré (1901-1978), Hervé Moulin (1946-2016) Alla G. Masevich (1918-2008).  (John Glenn est absent à la remise du prix, il est représenté par William Pickering, Président de l’institut américain d’Aéronautique et d’Astronautique.)

1964 : ?

1965 : Valentina Terechkova (1937 –  ), première femme dans l’espace, son mari Andrian Nikolaïev (1929-2004), et William Pickering (1910-2004) pour le programme Ranger.

1966 : Wernher von Braun (1912-1977), Roger Chevalier (1922-2011), et Jean-Pierre Causse (1926-2018).

1967 : ?

1968 : ?

1969 : Les astronautes d’Apollo 11, Neil A. Armstrong (1930-2012), Michael Collins (1930- ) et Edwin E. Aldrin.  (1930- )

1970 : ?

1971 : L’Académie des sciences d’URSS reçoit le prix pour Luna 16.

1972 : Carl Sagan (1934-1996), Audouin Dolfuss (1924-2010), Mikhail Marov (1933- ). Prix remis en juin 1973.

Les lauréats de 1961 à 1967 selon le NASA Historical Data Book 1958-1968 Vol.1 (NASA Special Publication 4012).

Contrairement à ce qu’affirment certaines sources, l’astronaute Alan Shepard n’a jamais reçu ce prix.

  1. Les balafres de Kurt Debus Commentaires fermés sur Les balafres de Kurt Debus
  2. Il faut reporter la mission Apollo 8 Commentaires fermés sur Il faut reporter la mission Apollo 8
  3. Comment intégrer Apollo 1 dans la séquence des missions Apollo Commentaires fermés sur Comment intégrer Apollo 1 dans la séquence des missions Apollo
  4. Wernher von Braun lauréat du Prix Hugo Commentaires fermés sur Wernher von Braun lauréat du Prix Hugo