Ron le ronchopathe

Une heure avant le décollage de la mission Apollo XVII, l’équipe de la « White Room » dirigée par Günther Wendt quitte le pas de tir. Le compte à rebours se déroule sans anicroche jusqu’à  2 minutes et 47 secondes avant le lancement, lorsque l’unité de contrôle permettant de déclencher automatiquement les procédures des trois dernières minutes du compte à rebours, tombe en panne.  Notamment la pressurisation automatique du réservoir d’oxygène liquide du troisième étage de la Saturne V (S-IVB). Bien que la pressurisation dudit réservoir fût commandée manuellement, le système automatique réagira comme si une étape n’avait pas été effectuée et déclenchera l’arrêt des opérations et du compte à rebours.   Walter Kapryan, le directeur du lancement, et son équipe, résoudront le problème avec l’aide des ingénieurs du Marshall qui ont conçu le lanceur.

Pendant cette interruption qui dure 2 heures et 40 minutes, c’est le calme absolu sur le pas de tir, à tel point que Ronald « Ron » Evans s’endort et ne tarde pas à ronfler. Eugene Cernan et Harrison Schmitt se plaignent avec malice du bruit infernal produit par la Ron-chopathie de leur co-équipier ! (ça marche aussi avec Ron-fleur !)