Un cosmonaute à bord d’Apollo 17

Le grand économiste américain d’origine allemande Oskar Morgenstern (1902-1977), alors directeur du centre de théorie économique appliquée de l’Université de New York, avait proposé en mai 1972 que la NASA enterre symboliquement la hache de la course à l’espace en invitant un cosmonaute à participer à la dernière mission Apollo.

Imaginons un équipage Cernan, Evans, Leonov…

La suggestion fut poliment refusée.

Stress et tachycardie lors du décollage

L’astronaute scientifique Harrison Schmitt avec un rythme cardiaque à 115 battements par minute est le plus calme des astronautes d’Apollo 17 au moment du décollage. Les cœurs d’Eugene Cernan et de Ronald Evans battent à 130… En comparaison les coeurs des astronautes d’Apollo 16 battaient à 108 pour John Young, 115 pour Thomas Mattingly et 130 pour Charles Duke…

Le directeur du lancement Walter J. Kapryan a précisé que l’équipage d’Apollo 17 était plus tendu en raison du report de lancement. (En effet, deux minutes et 47 secondes avant la mise à feu de la Saturne V, un problème technique entraîne un délai de deux heures et quarante minutes…)

La Saturne V comme un soleil dans la nuit

Un mois avant la dernière mission lunaire, l’agence Associated Press estime qu’un demi million de personnes vont effectuer le déplacement pour assister au lancement nocturne d’Apollo 17, il s’agit du seul et unique lancement de nuit d’une Saturne V, (et du premier lancement de nuit d’une mission spatiale habitée américaine). Les experts estiment que la lueur des gaz d’éjection sera visible dans un rayon de 800 km. Si le ciel est découvert les habitants de Montgomery en Alabama ; Charlotte et Raleigh en Caroline du Nord ; Columbia et Charleston en Caroline du Sud ; Atlanta et Savannah en Georgie ; même les cubains autour de la Havane, devraient pouvoir l’apercevoir.

Lester T. Keene de la Data Systems Division au centre Spatial Kennedy a calculé que la lumière générée par les gaz d’échappement équivaudra à la luminance du soleil. Le maximum de visibilité sera atteint environ 2 mn et 30 s après le décollage quand la Saturne V aura atteint l’altitude de 68 km juste avant l’extinction du 1er étage dont les moteurs brûlent du kérosène et de l’oxygène liquide générant une flamme rouge-orangée. La flamme bleu pâle résultant de la combustion de l’hydrogène liquide et de l’oxygène liquide des moteurs du deuxième étage sera peu ou prou visible.