L’engouement pour le vol de John Glenn

Lorsque le mardi 20 février 1962 à 9 h 47 (heure de Floride) la fusée Atlas de John Glenn est mise à feu, toutes les télévisions et radios américaines retransmettent l’événement ; le premier vol orbital d’un américain. Les trois chaînes de télévision commencent « le direct » à 6 h 30, pendant les onze heures et demi suivantes on ne parlera que du vol de John Glenn à la télé…

A New-York quelque 10 000 voyageurs de la gare ferroviaire Grand Central Terminal sortent des trains pour regarder le décollage sur un écran géant (3,35 x 4,26 mètres) installé par CBS dans la mezzanine centrale. Des millions d’écoliers et d’étudiants à travers le pays font de même. Dans la ville de Dover dans l’Ohio (état dont John Glenn est natif) des entreprises ferment momentanément leurs portes afin que les employés puissent regarder la télévision ou écouter la radio. A Trenton, dans le New-Jersey, un braqueur de banque qui vient de dérober quelque 9 000 dollars s’arrête dans un bar pour boire un verre, la police l’appréhende alors qu’il regarde le vol de Glenn à la télé. A Grand Rapids dans le Michigan, un tribunal est en train de statuer sur le cas d’un vol de téléviseur, lorsque le juge suggère que l’on allume le poste de télévision en question, la pièce à conviction, pour suivre le lancement, ce qui fut fait. A Detroit les chargés de clientèle de la Michigan Bell Telephone Company demandent à leur responsable s’il n’y a pas eu un problème technique sur le réseau car il n’y a plus d’appels d’abonnés pour signaler des dysfonctionnements… A Salt Lake City, des clients emportent des transistors avec eux dans les restaurants pour écouter les nouvelles…Dans un café, qui avait un poste de télévision, l’un des serveurs a rapporté que les clients étaient massés devant l’écran comme envoûtés…L’équipe de Baseball des New-York Mets alors à l’entrainement fut autorisée par son entraîneur, le légendaire Charles Dillon « Casey » Stengel, peu connu pour ses entorses aux règles, à l’interrompre pour suivre le décollage.

Au Cap, le public a les larmes aux yeux et beaucoup de commentateurs également, alors que la fusée de John Glenn prend de la vitesse… « Go, baby, go ! »

Plus de 40 millions de foyers américains suivront le vol à la télévision (audience calculée par la A.C. Nielsen Company), les Etats-Unis comptaient alors quelque 184 millions d’habitants et il y avait 60 millions de téléviseurs en service dans le pays !

Le premier vol spatial de John Glenn a duré 4 heures, 55 minutes et 23 secondes au total, du décollage à l’amerrissage. En tout et pour tout, ce sont plus de 135 millions d’américains (73,3%) qui suivront, en tout ou partie, le vol de John Glenn à la télévision.

Le Président John F. Kennedy, le Vice President Lyndon B. Johnson et des membres du Congrès suivent le lancement de John Glenn à la télévision.

Le pari entre James Webb et George Kistiakowsky

« Début février 1962, l’un des conseillers scientifique du Président des Etats-Unis, George B. Kistiakowsky (1900-1982) a parié 10 dollars avec James Webb (1906-1992), l’Administrateur de la NASA, que John Glenn ne volerait jamais. Webb a relevé le pari et l’a gagné le 20 février 1962 lorsque John Glenn a tourné trois fois autour de la Terre lors du troisième vol de programme Mercury, Friendship 7, qui a duré 4 heures et 55 minutes. Messieurs Kistiakowsky et Webb ont signé le billet de 20 dollars utilisé pour le paiement. Ce billet souvenir faisait partie de la collection personnelle de James Webb, il en fit don au Musée de l’Air et de l’Espace de Washington en 1984. »

Cette anecdote est rapportée telle quelle sur le site du musée. On ne peut être que très étonné par ce pari, tel qu’il est rapporté là, car comment George Kistiakowsky, pourtant très bien informé, a-t-il pu parier début février 1962 que John Glenn ne volerait jamais (would never fly)  ? Après les différents reports de fin janvier et début février n’a-t-il pas plutôt parié que John Glenn ne s’envolerait pas durant le mois de février ?

Quoi qu’il en soit, voici le billet de 20 dollars utilisé pour acquitter son pari de 10 dollars !

Crédit photo : National Air and Space Museum – Washington D.C.

Friendship 7 et les Leprechauns

En ce matin du 20 février 1962, Thomas Joseph O’Malley (1915-2009) qui dirige l’équipe de lancement de la General Dynamics, le constructeur de la fusée Atlas, se trouve dans le blockhaus situé à quelques dizaines de mètres du pas de tir 14, où John Glenn dans sa capsule Friendship 7 attend le lancement (Mission Mercury-Atlas 6).

Thomas J. O’Malley (1915-2009), John H. Glenn (1921-2016) et Paul C.Donnelly  responsable des tests du vaisseau spatial sur le pas de tir. (1923-2014) – Crédit photo : NASA – 24 janvier 1962

 

T. J. O’Malley vérifie la check-list et annonce « T-18 secondes, allumage des moteurs » en appuyant sur le bouton noir * de sa console, démarrant ainsi la séquence de mise à feu de la fusée Atlas LV-3B 109-D.

En réponse, son supérieur, Byron MacNabb responsable des opérations du programme Atlas, assis dans le Centre de Contrôle Mercury dit alors : « May the wee ones be with you, Thomas« . Il s’agit d’un vœu de bonne chance qui fait référence aux leprechauns, sortes de lutins du folklore Irlandais. « Que les petites créatures (leprechauns) soient avec vous Thomas ». (« Si jamais il se fait capturer, le leprechaun peut exaucer trois vœux en échange de sa libération. »)

 ← Byron MacNabb (1910-1997)

 

En entendant cela O’Malley fait le signe de croix et ajoute : « Que le bon Dieu nous accompagne tout au long du vol » (« Good Lord ride all the way »).

C’est après avoir entendu ces diverses invocations que Scott Carpenter prononce la phrase mythique : « Godspeed John Glenn »

 

Anecdotes dans l’anecdote :

  • Thomas O’Malley fera monter le fameux bouton noir sur une plaque en bois, souvenir qu’il conservera précieusement toute sa vie.
  • T.J. O’Malley et Paul Donnelly étaient d’origine irlandaise, Byron MacNabb et John Glenn d’origine écossaise !

Le Leprechaun, créature féérique du folklore irlandais