John Glenn relativise son vol spatial

John Glenn. NASA 1961

Le 23 février 1962, lors de sa conférence de presse d’après vol, John Glenn (18 juillet 1921 – 8 décembre 2016) a bien insisté sur le fait, que l’exploration de l’espace n’en est encore qu’à ses premiers balbutiements.

Pour illustrer son propos, il lève main, et tel un maitre d’école, explique :

« Si le diamètre de la Terre était ramené à 2 mètres (80 pouces), mon vol ne m’a emmené qu’à 3,38 cm de sa surface (1⅓ pouces). Si vous pensez à l’immensité de l’univers, nos efforts paraissent tellement dérisoires. Mais nous avançons pas à pas. Les vols habités jusqu’à ce jour, nous ont permis d’accumuler des informations. Ce vol, je l’espère, permettra d’en ajouter un peu plus, sachant qu’il y en a d’autres à venir. »

35 000 personnes ont directement contribué au vol de John Glenn

Le magazine Time du vendredi 2 mars 1962 (Vol. LXXIX No. 9) nous apprend que près de 35 000 personnes ont directement contribué au premier vol spatial de John Glenn.

Hormis ses collègues astronautes, une équipe de 2 000 personnes était présente au Cap Canaveral, 15 000 marins et aviateurs furent déployés sur les 24 bâtiments de récupération dans les océans Atlantique (23) et Pacifique (1).

500 techniciens dans 15 stations de suivi, réparties sur 4 continents et deux océans, ont permis de rester en contact quasi permanent avec le vaisseau spatial.

Enfin pas moins de 15 000 scientifiques, ingénieurs, techniciens et ouvriers ayant travaillé quelque 4 ans sur le programme spatial, ont laissé leur empreinte sur le vol.

[Si on fait le total : 6 + 2 000 + 15 000 + 500 +15 000 on obtient le chiffre de 32 506.]

Pablo Picasso est très fier de John Glenn

Après le retour sur Terre de John Glenn (18 juillet 1921 – 8 décembre 2016) à bord de Friendship 7 (1er vol orbital américain – 20 février 1962), les messages de félicitations affluent. Le président Kennedy en recevra plus d’une trentaine émanant de chefs d’État étrangers, y compris celui du dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev.

Le monde entier célèbre le retour sain et sauf de l’astronaute, après les péripéties du vol.

L’immense artiste engagé Pablo Picasso (25 octobre 1881 – 8 avril 1973), visiblement touché par la performance de John Glenn, confia : « Je suis aussi fier de lui, que s’il était mon frère. »

Sept années plus tard, en juillet 1969, lorsqu’un journaliste du New York Times lui demande ce qu’il pense du premier atterrissage d’Hommes sur la Lune, le « communiste milliardaire » répondra : “Cela ne signifie rien pour moi. Je n’ai aucune opinion à ce sujet, je m’en fiche”.