Des jouets Spoutnik pour Noël

Dans son édition du 9 novembre 1957, 36 jours après Spoutnik 1 et 6 jours après Spoutnik 2, le quotidien est-allemand Neues Deutschland, l’organe officiel du Parti socialiste unifié d’Allemagne (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands) le seul parti autorisé en République Démocratique Allemande, s’offusque de constater que l’industrie du jouet, sous contrôle de l’état, n’ait pas pensé à commercialiser un jouet « Spoutnik » pour les fêtes de Noël. Le journal exhorte par ailleurs la mise sur le marché de décorations spécifiques pour les sapins de Noël : « une boule en forme de Spoutnik serait du plus bel effet avec une étoile rouge et un marteau doré étincelant sur un fond argenté. »

De l’autre côté de l’Atlantique, il n’a fallu que quelques semaines à la société new-yorkaise Maggie Magnetic, Inc. pour sortir une version « Spoutnik » de son célèbre jouet à rotation, le Whee-Lo, (de wheel qui signifie roue), qui avait été commercialisé en 1953.

Le jouet était vendu 2 dollars (18 dollars en monnaie constante – 2019)
« Sputnik » The Magnetic Satellite. Photo : ullstein bild via Getty Images – 1957.

Spoutnik fait chuter le Dow Jones

Le lancement du premier satellite artificiel par l’ennemi juré des Etats-Unis, a eu des répercussions sur le marché boursier américain… Ainsi le Dow Jones Industrial Average, l’indice de la bourse de New-York, qui est calculé à partir de la cotation de 30 entreprises américaines dans différents secteurs, a baissé de quelque 10% en 20 jours. Le 3 octobre 1957, la veille du lancement, le cours de l’indice était à 465,82, le 22 octobre il est passé à 419,79.

Le 10 octobre l’indice perd 9,69 points, le niveau le plus bas depuis deux ans, et le 21 octobre il perd 10,77 points, une chute liée selon les agents de change et les traders, à la désinvolture de l’administration Eisenhower face à la « crise » Spoutnik, ainsi que l’annonce du Pentagone de réduire les crédits pour l’achat d’avions. En revanche la cotation des sociétés apparentées au développement des missiles connut une forte hausse, les investisseurs tablant sur des financements plus importants dans ce secteur de la part du gouvernement…

A la fin de l’année 1957 l’indice Dow Jones a perdu 30 points par rapport à son niveau de début octobre.

La crise américano-syrienne, et peut être également la pandémie de grippe asiatique qui a fait plus de 3 millions de morts dans le monde, dont environ 70 000 aux Etats-Unis, ont pu exacerber le « choc » Spoutnik et le sentiment d’insécurité des américains.

Il faudra attendre mai 1958, quelques semaines après la proposition du président Eisenhower de créer une agence spatiale civile (en avril), ce qui deviendra la NASA, pour que le Dow Jones retrouve son niveau d’avant Spoutnik.

 

Le Spoutnikburger

Sputnikburger

Après un boulanger de Milwaukee qui proposait des Sputnuts (doghnuts), c’est un restaurant d’Atlanta, qui en novembre 1957 essaya de profiter de la fascination engendrée par les « Spoutnik » soviétiques… Ainsi après l’envoi de la petite chienne Laïka dans l’espace, ce restaurant proposa un « Sputnikburger » garni de caviar et agrémenté d’une sauce à la Russe, composée de mayonnaise, ketchup, raifort, piments, ciboulette et d’épices !  Une grosse olive était piquée de trois cure-dents, en guise de satellite, et sur l’un d’eux une petite saucisse… Un mini hot… dog !