Une sacrée tuile

Le 23 août 2000, Charles Starowesky, demeurant à Somerset, Ohio plaide coupable devant la cour de justice après sa tentative de vendre un morceau de tuile de la navette spatiale Challenger sur e-Bay !
Revenons quelques mois en arrière… Le 28 octobre 1999, l’annonce sur le site de ventes aux enchères e-Bay d’un certain « Chuck » attire l’attention de la NASA.  Il s’agit de la vente d’un morceau de tuile de 15 cm sur 15 cm de la navette Challenger qu’il prétend avoir récupéré alors qu’il faisait parti de la première équipe des gardes-côtes arrivés sur les lieux. Il présente ce fragment de la navette comme le cadeau de Noël ultime pour tout passionné de l’espace ou collectionneur.
Après 4 jours de mise à prix  (l’enchère atteint déjà  331 USD) e-Bay annule l’annonce à la demande de la NASA qui diligente une enquête par son propre bureau d’investigations, l’OCI (Office of Criminal Investigation qui lui-même fait partie de l’Office of the Inspector General). L’affaire fait grand bruit et devient médiatique,  « Chuck » dans un e-mail envoyé au site web SpaceViews affirme qu’il ignorait que la détention de cet objet était illégal et qu’il est tout disposé à le rendre.
Environ 10 mois plus tard, Charles Starowesky comparait devant l’Honorable Juge John Holshuh, il est accusé d’avoir détourné un bien du gouvernement des Etats-Unis avec l’intention d’en tirer un profit personnel, en violation avec le Titre 18 Section 641 du Code Penal  (Vol de biens qui sont la propriété du Gouvernement).
Il plaide coupable et est condamné à deux ans de prison avec sursis.
Comme l’a rappelé l’OIG, tous les débris de Challenger devaient obligatoirement être restitués, car ils étaient centralisés dans un hangar de la NASA afin que la navette puisse être reconstituée et les causes de l’accident élucidées.