Les astronautes d’Apollo 11 sont à Paris

Dans le cadre du « GIANTSTEP-APOLLO 11 Presidential Goodwill Tour », les astronautes d’Apollo 11 effectuent une tournée mondiale, du 29 septembre au 5 novembre 1969, au cours de laquelle ils visiteront 27 villes étrangères dans 23 pays…

Le mercredi 8 octobre les astronautes d’Apollo 11 et leurs épouses arrivent en France, le matin même ils étaient à Madrid, en Espagne.

Pourquoi Paris ? Un élément de réponse dans ce message confidentiel émanant de l’ambassade des Etats-Unis à Paris, au Secrétaire d’Etat (équivalent du Ministre des Affaires Etrangères) :

La visite des astronautes pourrait être un facteur décisif pour s’attirer la faveur des intellectuels fançais, dont les doutes, pour ne pas parler d’hostilité, et le sentiment de supériorité envers les Etats-Unis, nous ont causés des problèmes sérieux dans le passé… Nous sommes convaincus que cette visite serait bien plus efficace que les opérations de relations publiques habituelles, car ces hommes sont considérés en ce moment comme des héros supranationaux dont les exploits ont touché toute l’humanité, exceptés Picasso et Marcuse.

Pablo Picasso (1881-1973) qui résidait en France avait déclaré que l’Homme sur la Lune ne signifiait rien pour lui, il s’en fichait royalement – Et le philosophe Herbert Marcuse (1898-1979) qui, interrogé au lendemain du 21 juillet, alors qu’il était en vacances sur la Côte d’Azur, avait déclaré : “C’est moins important que Mai 68”.

Après avoir patienté dix minutes, ils atterrissent à Orly à 10:40. A l’issue d’une petite cérémonie de bienvenue, ils prennent rapidement possession de leurs suites à l’hôtel de Crillon.

A 12:15 ils arrivent à l’Hôtel de Ville, le lieu historique de rassemblement des parisiens, où le président du Conseil de Paris , Etienne Royer de Véricourt (1905-1997), après un discours devant une place bondée, leur remet la médaille Vermeil, la plus haute récompense de la ville de Paris.

De l’Hôtel de Ville ils remontent dans une voiture décapotable la rue de Rivoli où des dizaines de milliers de parisiens se sont massés.

Ils arrivent à l’Hôtel Matignon à 13:00 où ils sont reçus par le premier Ministre Jacques Chaban-Delmas (1915-2000) qui a quitté le conseil des ministres plus tôt pour ce faire. Dans le grand salon de l’Hôtel Matignon il leur remettra la Croix de Chevalier de la Légion d’honneur.

Après le déjeuner, les astronautes répondent aux questions des journalistes sur le perron de Matignon. André Turcat, le premier pilote d’essai de Concorde, Jacqueline Auriol la première pilote d’essai, le commandant Cousteau, figurent parmi les personnalités présentes lors du déjeuner.

A 14:45 les astronautes retournent à l’Hôtel de Crillon pour se rafraichir.  A 15:15 ils arrivent au Palais de l’Elysée où les accueillent le président Georges Pompidou (1911-1974) et l’ambassadeur des Etats-Unis Sargent Shriver (1915-2011) dans le salon des ambassadeurs. Georges Pompidou les recevra personnellement (sans les épouses) dans son bureau pendant 40 minutes.

A 16:00 ils repartent de l’Elysée, une foule considérable est présente le long du Faubourg Saint-Honoré.

Ils se rendent ensuite au siège de l’UNESCO où ils donnent une conférence de presse entre 17:30 et 18:25, à leur arrivée ils sont longuement applaudis par les journalistes debout. Au cours de cette conférence on leur demande notamment quel est leur scientifique français préféré, Armstrong répond Descartes. On leur pose des questions sur le voyage vers Mars qu’Armstrong juge faisable à court terme. Un « journaliste » évoque même les soucoupes volantes, demandant aux astronautes s’ils y croient ! Collins répond par la négative…

A 21:00 ils se rendent au Palais de Chaillot pour une autre réception officielle. Un film d’une vingtaine de minutes sur leur mission est projeté. L’académicien Maurice Druon prononce un remarquable éloge : « Le carburant de votre fusée, c’est tout l’effort de l’espèce humaine depuis la fin de la période glaciaire… ».

Le Colonel Bernard Dupérier (1907-1995) leur remet la Grande Médaille d’or de l’Aéro-Club de France. Les seuls américains à l’avoir reçue jusqu’alors étaient Orville et Wilbur Wright en 1908 et Charles Lindbergh en 1927, ils sont les premiers « spationautes » de l’Histoire à la recevoir. (L’année suivante ce seront les astronautes d’Apollo 13 et en 1981 John Young et Robert Crippen à recevoir cette distinction).

Un intermède cocasse, rétrospectivement du moins, intervient lorsqu’un jeune acteur de 27 ans, Daniel Villenfin, monte sur l’estrade où sont assis les astronautes et se dirige prestement vers Neil Armstrong, il est immédiatement intercepté par la sécurité et évacué. Rien de grave en définitive, il voulait juste un autographe !

Crédit photo : Associated Press

Toute la scène est passée en direct à la télévision et sera rapportée par les journaux du monde entier, avec la photo (ci-dessus), même par le Sydney Morning Herald en Australie ! Son seul moment de « gloire » semble t-il. On aperçoit distinctement le stylo dans sa main droite et un papier dans la gauche. Neil Armstrong ne semble nullement effrayé.

Le 9 octobre dans les salons de l’Hôtel de Crillon, le journal parisien Le Figaro, à travers une campagne de souscription auprès de ses lecteurs, offrira à chacun des trois astronautes un module lunaire en or 18 carats (Or, laque noire, émail) pesant 846 grammes et mesurant 15.0 x 10.0 x 25.0 cm, réalisé par le célèbre joaillier de la place Vendôme, Cartier.

L’œuvre d’art est présentée dans un écrin en cuir rouge en forme de pyramide.

Chaque module contient dans le moteur de l’étage de descente un microfilm portant les noms des personnes qui contribuèrent à l’opération.

Sur le module lunaire figure l’inscription : « Les lecteurs du journal Le Figaro » et juste dessous le prénom et le nom de l’astronaute.

Cartier a racheté l’exemplaire de Collins lors d’une vente aux enchères en 2003 pour la somme de 56 000 USD (75 000 en dollars constants).

Celui d’Armstrong, qu’il avait donné au Armstrong Air and Space Museum de Wapakoneta, sa ville de naissance, a été volé le vendredi 28 juillet 2017.

Le module lunaire de Buzz Aldrin a été mis aux enchères par RR Auction le 16 novembre 2017 et vendu 149 000 USD ! (L’oeuvre d’art est un peu abimée, il manque certains éléments. Cartier a proposé de restaurer l’objet aux frais de l’acquéreur.)

 

Peu après, les astronautes reprennent l’avion à destination des Pays-Bas…