Neil Armstrong sur les pas de ses illustres ancêtres écossais

Neil Alden Armstrong (5 août 1930 – 25 août 2012) avait des origines écossaises par son père, Stephen, dont les ancêtres sont originaires du burgh de Langholm dans le district de Dumfries et Galloway (anciennement comté du Dumfriesshire) au sud-ouest de l’Écosse dans les Lowlands.

Le jeudi 9 mars 1972, un peu moins de trois ans après la mission Apollo 11, Neil Armstrong et son épouse Janet (23 mars 1934 – 21 juin 2018) arrivent à Edimbourg, la capitale de l’Ecosse, car le lendemain, le premier Homme ayant marché sur la Lune doit recevoir la prestigieuse médaille David Livingstone de la Royal Scottish Geographical Society qui lui a été décernée pour l’année 1971, et faire une conférence dans le cadre de l’annuelle Mountbatten Lecture à l’Université d’Edimbourg ; le thème qu’il a choisi, Change in the Space Age (Mutation dans l’ère spatiale).

Le samedi 11 mars 1972, le couple se rend dans la ville de Langholm (surnommée The Muckle Toon, grande ville, en écossais.), le bastion du clan Armstrong. Neil et Janet Armstrong ont été invités par Eddie Armstrong le secrétaire de mairie. Neil Armstrong doit recevoir la distinction honorifique de Freeman (Freedom of the Burgh of Langholm). Il sera ainsi le premier et unique Freeman de la ville depuis sa fondation, une distinction équivalente à la remise des clefs d’une ville. Le bourg comptait alors quelque 2 400 résidents.

Le Clan Armstrong remonte au Xe siècle mais se dispersa au XVIIe siècle. Les ancêtres écossais de Neil Armstrong ont émigré aux Etats-Unis au milieu du XVIIIe siècle. Il faut dire que les Armstrong étaient plutôt des coquins, des marauds, des pilleurs… De véritables hors-la-loi. Mais ils furent de très valeureux combattants lors des guerres contre l’Angleterre.

Par un décret vieux de plus de 400 ans, édicté par le roi d’Ecosse Jacques V, tout membre du clan Armstrong pénétrant dans la ville doit être exécuté.

Lorsque le Prévôt James Grieve, qui a revêtu son épitoge en fourrure d’hermine, chambre gentiment Neil Armstrong en lui rappelant la nature de ses ancêtres, et le risque qu’il a couru en entrant dans la ville, ce dernier lui répond : « J’ai lu beaucoup de livres sur l’histoire de cette région, et j’ai le sentiment que la mauvaise réputation des Armstrong a été très largement exagérée. », puis son visage s’illumine d’un large sourire…

Le couple a parcouru la distance entre Édimbourg et Langholm, soit 120 km, en Rolls-Royce, puis se déplace de l’hôtel de ville à l’église paroissiale, à bord d’une calèche tirée par des chevaux gris, le cortège est précédé par des joueurs de cornemuse qui jouent un air composé spécialement pour l’occasion, intitulé « Le pas sur la Lune du commandant Neil Armstrong » (Commander Neil Armstrong’s Moonstep).

Plus tard, en parcourant les rues de la ville à pied, le couple aperçoit dans la foule importante un jeune garçon portant une pancarte indiquant : je m’appelle Neil Armstrong. Ils lui demandent aussitôt de venir les rejoindre.

Neil Armstrong prête serment avant d’être adoubé Freeman ; lors de son discours il déclare avec émotion : « La chose la plus difficile est d’être apprécié dans sa ville d’origine. Je considère désormais cette ville comme ma ville natale. »

Crédit document : NATIONAL LIBRARY OF SCOTLAND

La région autour de Langholm est connue pour ses tissus en laine de grande qualité, c’est ainsi qu’un tartan(1) fut spécialement créé par la société Esk Valley Knitwear pour l’occasion : le tartan lunaire (différent du tartan traditionnel du clan Armstrong). Il est composé d’un subtil mélange de noirs, de bruns et de gris pour évoquer la surface lunaire, rehaussé de traits rouges qui le traverse afin de représenter les flammes de la fusée Saturn V. Une écharpe en mohair aux couleurs du tartan lunaire fut offerte à Janet Armstrong. Les celtes confectionnent des plaids en tartan depuis 3 000 ans. A ce jour il existe plus de 6 000 tartans officiellement enregistrés au Scottish Register of Tartans.

Neil, et Janet Armstrong qui a revêtu son écharpe en mohair aux couleurs du tartan lunaire, reçoivent une pièce de ce même tartan en laine classique.

Le couple se rend également à Gilnockie Tower, une maison-tour du XVIe siècle située au hameau de Hollows à 7,4 km au sud de Langholm, construite en 1520 par le célèbre chef de clan Johnnie Armstrong, qui fut pendu par Jacques V en 1530.

Neil Armstrong sur la Gilnockie Tower.

Puis Neil et Janet Armstrong gagnent le château de Drumlanrig où ils sont les invités du duc et de la duchesse de Buccleuch ; Walter John Montagu-Douglas-Scott (30 décembre 1894 – 4 octobre 1973), est le 8e duc de Buccleuch, et son épouse Mary (née Vreda Esther Mary Lascelles, le 17 septembre 1900 et décédée le 9 février 1993).

Le lendemain matin il plante un chêne rouge d’Amérique (Quercus borealis) pour commémorer sa présence en ces lieux.

Le chêne planté en 1972 par Neil Armstrong a bien grandi. Crédit image: TripAdvisor.co.uk
Une petite erreur sur la plaque plantée au pied de l’arbre, il n’a jamais été colonel… Crédit image: TripAdvisor.co.uk

Une maison de ventes aux enchères a vendu un tartan que Neil Armstrong aurait emmené avec lui sur la Lune, pour ensuite l’offrir au Maire de Rockledge, R.W. Grady, qui avait des origines écossaises. La ville se trouve à une trentaine de kilomètres du Centre Spatial Kennedy. Le tartan, plus quelques photos, coupures de presse, cartes d’accréditations, ont été vendus 10 000 dollars le 27 octobre 2012. Curieusement, il n’y a eu qu’une seule enchère sur la mise à prix à 10 000 dollars. Neil Armstrong est décédé le 25 août 2012, la lettre d’authentification émanant de R.W. Grady lui-même, évoquant le don de Neil Armstrong, date du 24 septembre 2012 !  Mais si c’est pour un cadeau, pourquoi emmener sur la Lune le tartan Armstrong et non pas le tartan du clan O’Grady ou McGrady, patronyme dont les origines sont d’ailleurs plutôt irlandaises ?

Le jeudi 13 septembre 2012 au cours de la cérémonie à la mémoire de Neil Armstrong en la Cathédrale Nationale de Washington, la sixième plus vaste cathédrale du monde, Angus Sutherland, qui a revêtu un kilt aux couleurs du tartan Armstrong, a joué à la cornemuse la chanson traditionnelle écossaise The Mist-Covered Mountains of Home, qui fut également jouée aux obsèques de John F. Kennedy.

Dans l’aile sud de cette somptueuse cathédrale, enchâssée dans un vitrail, se trouve une pierre lunaire de 6,3 cm de diamètre et de 7,18 g rapportée par les astronautes de la mission Apollo 11. Mais ça, c’est une autre histoire

(1) « Le tartan est une étoffe de laine à carreaux de couleurs, typique des peuples celtes. Il s’agit d’un motif de lignes horizontales et verticales entrecroisées, de multiples couleurs. » https://www.visitscotland.com/fr-fr/about/uniquely-scottish/kilts-tartan/