Wernher Von Braun et le camp de concentration de Dora

De prophète de la conquête de l’espace au cours des années 50 et 60, Wernher Von Braun est devenu, à partir des années 1970 un criminel de guerre nazi (associer criminel de guerre et nazi est d’ailleurs devenu un pléonasme !), principalement après la publication de témoignages, essentiellement de déportés français du camp de concentration de Dora… Il faut savoir que des témoignages d’anciens déportés sont encore publiés en ce début du XXIe siècle, plus de 70 ans après les faits… Il faut dire que le filon est excellent, il fait recette…

Le dernier camp de concentration principal créé par le Troisième Reich le 29 octobre 1944 (qui était depuis le 28 août 1943 un Außenlager du camp de Buchenwald), a fait environ 26 500 victimes soit plus d’un tiers des détenus qui s’y sont succédés. Parmi ces 26 500, environ 11 000 ont succombé lors de l’évacuation de camp en avril 1945. 37 Außenkommandos en dépendaient dont le plus meurtrier fut celui d’Ellrich-Juliushütte, sur 8 000 détenus y ayant travaillé dans des conditions effroyables, principalement à l’agrandissement des tunnels, la moitié sont morts… Le KZ Mittelbau-Dora fournissait la main d’œuvre à l’usine souterraine de Mittelwerk GmbH, une société « privée », où était construit en série le V2, conçu par Von Braun et son équipe à Peenemünde. Von Braun dont le nom n’apparait pas dans l’organigramme de la société, contrairement à certaines allégations… Il se rend à Mittelwerk pour la première fois le 25 janvier 1944.

C’est Albert Speer, le ministre de l’armement et de la production de guerre, qui, le premier, émit l’idée de transférer un maximum d’usines stratégiques sous terre, dans des tunnels, pour échapper aux bombardements alliés. C’est le raid aérien contre le centre de recherche de Peenemünde, dans la nuit du 17 au 18 août 1943, qui fut la cause du déplacement de l’usine de production des missiles. «C’est ainsi qu’une immense installation de stockage de carburant de Thuringe, près de Nordhausen, fut choisie. Pour mener à bien ce chantier herculéen, Speer et Hitler convinrent très vite que le sous-traitant évident était la SS, avec sa force captive des camps de concentration ». Von Braun n’a bien évidemment jamais eu son mot à dire dans cette décision !  Dans un effort de construction associant brutalité implacable et rapidité, l’agrandissement et l’aménagement de l’usine souterraine ne prit que quelques mois passant d’une superficie de 97 000 à plus de 112 000 m2. C’est pendant cette phase d’excavation et d’aménagement que la très grande majorité des détenus a trouvé la mort. L’assemblage des fusées quant à lui requérait du personnel qualifié, qu’il fallait préserver, et qui bénéficia donc de conditions bien meilleures, ce qui n’était pas difficile… « En vue d’être affectés à des travaux de plus en plus délicats les déportés les plus qualifiés devaient passer des examens -prüfungen-. Leur formation achevée, ils manipulaient les instruments de précision nécessaires à la fabrication des pièces pour le missile V2… »  Ce sont bien évidemment des scientifiques et techniciens de Peenemünde qui furent responsables de l’assemblage et du test des fusées produites, qui, s’ils avaient là encore, eu leur mot à dire, auraient préférés que des armes aussi complexes fussent assemblées par du personnel germanophone et fiable…

Pour plus de vérité historique, d’honnêteté intellectuelle, il faut bien faire cette distinction entre les travaux d’agrandissement, et l’assemblage des missiles proprement dit… Car si l’on peut remplacer au pied levé un travailleur maniant une pelle, une pioche, ou une barre à mine, c’est tout simplement impossible pour un homme travaillant sur un outillage spécial.

Von Braun était-il au courant des crimes nazis commis à Dora ? La question est-elle vraiment pertinente dans le contexte du Troisième Reich ? Car il ne s’agit pas tant de connaître l’étendue de ses connaissances sur le sujet, mais de savoir ce qu’il aurait bien pu faire pour éviter ces atrocités.  Et là, force est de constater que les historiens sérieux, tels Neufeld, ne savent pas quoi répondre ! Vouloir rendre Von Braun responsable des crimes commis à Dora, par commisération, par contrition pour les victimes, n’a aucun sens. Von Braun, comme bien d’autres, a été pris dans les remous de cette époque, il a dû voir des choses c’est bien évident, mais il n’a jamais commis lui-même des atrocités. A une toute autre échelle ; je suis au courant que les sans-abris se comptent en dizaines de milliers en France, qu’il y en a dans ma ville, qu’ils sont en danger de mort en période de grand froid… Suis-je responsable ? Que puis-je y faire concrètement ?

[Que l’armée allemande ait utilisé le missile V2 sur des villes ouvertes ne relevait en aucune manière de sa responsabilité non plus ! Il ne faut pas tout confondre. Les alliés ont commencé à bombarder les villes allemandes et les populations civiles bien avant que les V1 et V2 ne soient utilisés !]

A coups d’arguments fallacieux les internés de Dora accusent Von Braun d’être la source de toutes leurs souffrances…  C’est la Luftwaffe d’Hermann Göring, qui dès 1942 avait ouvert la voie de l’emploi de main-d’œuvre concentrationnaire dans la production d’armement. Si le missile V2 n’avait pas existé, ces mêmes déportés auraient travaillé sur d’autres projets, et strictement dans les même conditions… Ce qui fut le cas dans d’autres usines souterraines beaucoup moins médiatisées, car non « associées » à un nom célèbre. A Mittelwerk on assemblait également l’avion à réaction Me 262 et les V1… Fin 1944 ce sont 140 000 « ouvriers » qui furent employés pour construire des usines souterraines géantes sous contrôle SS.

Wernher Von Braun est complice des crimes car il n’a rien fait, il a laissé faire, affirment certains sans sourcilier. Avait-il le choix ? Si l’on mène cette logique sournoise jusqu’au bout, on peut demander pourquoi ces même déportés, qui savaient que les armes qu’ils assemblaient étaient destinées à être utilisées contre leurs compatriotes, n’ont-ils pas, eux non plus, refusé de travailler ? Contrairement à la légende les actes de sabotages volontaires furent plutôt marginaux. Les travaux effectués étaient traçables et il existait un contrôle qualité… Les allemands n’étaient pas non plus complètement naïfs ! Beaucoup de détenus mentaient sur leur qualification (les plus qualifiés ayant le plus de privilèges) et se retrouvaient devant des machines et des outils qu’ils n’avaient jamais vu de leur vie et qu’ils étaient bien incapables de faire fonctionner… Ceux là étaient, au mieux, réaffectés aux kommandos de transport, au pire, exécutés.

Rappelons également que Von Braun a été arrêté par la gestapo en mars 1944, il passe deux semaines dans ses geôles, accusé de sabotage du programme A4. Il est libéré à titre provisoire pour une durée de trois mois. Il est dès lors, plus que jamais, dans le collimateur d’Himmler (…)

On parle volontiers de l’ambivalence de Wernher von Braun, mais nos plus illustres penseurs universels, dont d’ailleurs plusieurs germanophones, tels Schopenhauer, Nietzsche, ou Freud, nous ont démontré que c’est malheureusement l’apanage de l’immense majorité des êtres humains… L’étude historique nous le prouve également, lorsque sa vie est menacée l’Homme est capable du pire et de toutes les compromissions, comme les Sonderkommandos des camps d’extermination qui étaient composés de détenus… Les kapos des camps de concentration… Ou ces médecins juifs qui aidaient les médecins nazis dans les camps, et il ne s’agissait pas de soigner les malades… Dans un environnement aussi brutal, je n’emploie pas l’adjectif inhumain puisqu’il est le fait d’Hommes, il faut composer, s’adapter pour survivre, l’éthique, la morale, ne sont plus de mise, c’est l’instinct de conservation et notre cerveau reptilien qui prend le dessus.

Dès 1947, le physicien Charles Sadron, livre son témoignage dans « De l’Université aux camps de concentration : témoignages strasbourgeois ». La 4ème édition date de 1996. (Le bouleversant témoignage de Charles Sadron est contenu dans les pages 177 à 231 : « A l’usine de Dora »). La « connexion » entre Von Braun et Dora, est donc connue de longue date, nul besoin d’attendre les années 90 et les pseudos révélations de la journaliste Linda Hunt qui a opportunément surfé sur la vague des théories du complot, reprises en France notamment par Pierre Durand.

Il faudra ensuite attendre le milieu des années 70 pour que de nouveaux témoignages, sous forme de livres, soient publiés… (On notera qu’au moment précis où ces livres sont en instance de rédaction, la popularité de Von Braun est à son apogée, avec la conquête de la Lune par les américains). Pour ma part, si j’avais été déporté et vécu ce qu’ils ont vécu, j’aurais voulu le crier au monde dès ma libération, comme le fit Charles Sadron… Je n’aurais certainement pas attendu, plus de 70 ans pour certains… Heureusement les historiens sérieux savent bien à quel point ces recueils de souvenirs, a fortiori tardifs, doivent être maniés avec la plus extrême précaution…

Souvenons-nous également que notre pays a engagé plus d’un millier de savants allemands dont des anciens de Peenemünde comme Otto Kraehe, Helmut Habermann, Karl-Heinz Bringer (naturalisé français sous le nom de Henri Bringer), Otto Müller,  Rolf Jauernick… qui eux aussi étaient au courant de l’utilisation de travailleurs forcés et bien évidemment de l’existence de Dora !  Quelle hypocrisie tout de même ! Il est vrai que ces scientifiques étaient peu ou prou connus.

Le pompon des allégations fantaisistes nous vient de Guy Morand, un français, qui a accusé Von Braun de l’avoir violemment battu et menacé d’exécution…  Même l’historien américain Michael Neufeld, pourtant très critique envers Von Braun, est extrêmement sceptique, il pense qu’il s’agit d’une méprise, c’est dire !

On a également accusé Von Braun d’avoir sélectionné des déportés à Buchenwald pour travailler à Mittelwerk… Là encore on frise le ridicule… Voilà quelqu’un qui, avant le bombardement de Peenemünde en août 1943, ne dirigeait pas moins de 3 600 personnes, dont près de 2 000 scientifiques, et c’est lui, qui personnellement, se serait rendu dans le camp de concentration pour sélectionner de la main d’œuvre…   C’est un peu comme si Stéphane Israël, l’actuel PDG d’Arianespace, allait lui-même choisir l’entreprise de nettoyage pour les locaux de la société qu’il dirige ! Soyons sérieux !

Voilà pourquoi, Wernher Von Braun, qui fut naguère célèbre et adulé, ce qui explique bien évidemment les attaques dont il est l’objet, est désormais considéré comme un criminel de guerre, suppôt d’Hitler, le symbole absolu du mal dans notre imaginaire, ayant permis aux américains de conquérir la Lune… C’est en effet terriblement vendeur, il faut bien le reconnaître, ça fonctionne parfaitement ! Tout comme : « C’est dans l’enfer de Dora que la conquête de l’espace a commencé » rien n’est plus faux, mais rien ne frappe plus les esprits, et c’est bien ce qui compte… Pourvu que cela fasse vendre… « De l’enfer à la Lune » , « De l’enfer aux étoiles », voilà des titres qui sonnent… Sauf que les déportés ayant travaillé sur les chaines de montage des V2, ont autant contribué à la conquête de l’espace et de la Lune, que les bûcherons, qui ont coupé les arbres pour produire le papier utilisé par Victor Hugo, ont contribué à écrire Les Misérables

Rappelons juste qu’un simple civil ne peut être accusé de crimes de guerre, « La notion de crime de guerre ne concerne que les militaires ou les autorités qui les commandent, dans le cadre d’une guerre. », il faudrait alors traduire en justice tous les scientifiques qui ont développé des armes pour leur pays et qui ont perdu la guerre ! – Von Braun était membre honoraire de la Allgemeine SS comme beaucoup de personnalités en vue du régime… Le Reichsführer SS Heinrich Himmler tenait absolument à incorporer d’importants aristocrates, financiers, industriels et scientifiques dans son organisation. Dans un régime totalitaire il faut composer !  Il se trouve bien évidemment que ses détracteurs les plus virulents n’ont jamais vécu sous un régime totalitaire ! Pour autant que je sache Von Braun n’a jamais commandé aucune unité combattante !  Wernher Von Braun qui préférait de loin son costume civil, que son uniforme fabriqué par Hugo Boss…

Le crime de guerre a été défini pour la première fois en 1945 par le tribunal de Nuremberg chargé de juger les criminels nazis. Une première « juridique », en ce sens que l’on a édicté des lois a postériori pour juger des actes commis a priori !

Selon l’article 29 du Statut de Rome, les crimes de guerre sont imprescriptibles. Mais en 2010, sous la présidence de Nicolas Sarkozy une réforme a porté dans le droit français la prescription des crimes de guerres à trente ans, par rapport au délit de guerre dont la prescription est de 20 ans !  Allez comprendre !

Pendant la guerre, des millions de prisonniers, internés des camps de concentration, français du STO, travaillent dans toute l’Allemagne. Quant aux résistants français arrêtés par les allemands et envoyés en Allemagne pour les faire travailler, notamment à Dora, environ 10 000, dans la perspective des nazis, et du régime de Vichy, il ne s’agissait ni plus ni moins que de terroristes ! Lorsque le rapport de force s’est inversé et que l’Allemagne a été vaincue c’est plus d’un million de prisonniers de guerre allemands qui ont travaillé en France, et ce jusqu’en décembre 1948 !   Plus de trois ans après la fin de la guerre sur le théâtre européen… C’est l’application universelle de l’immémoriale loi du talion… L’ordinaire aptitude de l’Homme à une extraordinaire inhumanité.

 

Lorsque Robert Seamans (1918-2008), Directeur adjoint de la NASA de 1965 à janvier 1968, demanda un jour à John Finney du New York Times pourquoi il n’écrivait jamais d’article positif ou optimiste sur la NASA ? Ce dernier répondit : « Si j’écris un article positif il sera publié en page 33, alors que si j’écris un texte sujet à controverse j’ai une bonne chance de le voir publier en première page. C’est aussi simple que ça. Plus mes articles sont proches de la première page, mieux je suis payé ! »

C’est exactement ça !  Et tant pis pour la vérité historique !

Les amalgames sont si faciles et tellement vendeurs !

Ne jamais perdre de vue dans les jugements que nous faisons sur des personnages historiques, que nous connaissons la fin du film, et que les mentalités ne sont plus les mêmes !  Il faut juger dans le strict contexte du moment (Zeitgeist), sinon c’est beaucoup trop facile… Lorsque nous jugeons par exemple l’adhésion de Wernher Von Braun au NSDAP, il faut faire abstraction de tout ce qui s’est passé après le 12 novembre 1937… Tout jugement pertinent concernant Von Braun est très difficile, lorsque l’on n’est pas historien spécialiste de l’Allemagne et de cette époque. Sans compter les aspects relatifs aux sciences humaines et sociales.

C’est bien pour cela que je n’aurai pas l’absurde vanité de le juger !

Digiprove sealCopyright protected by Digiprove © 2017 Olivier COUDERC