Buzz Aldrin et Tommy Manison

Thomas « Tom »  Arthur Manison (1927-2000) et Marjorie « Robin » Juanita Manison (1929-2010) comptaient parmi les amis les plus proches du couple Aldrin, ils fréquentaient la même église, la Webster Presbyterian Church près de Houston. Buzz Aldrin et Thomas Manison sont devenus des anciens de l’Eglise en même temps, et ont travaillé ensemble sur de nombreux projets en faveur de la jeunesse. (« Uncle Tom » et « Robin » ont fondé en 1947 un formidable camp d’été pour les jeunes de 6 à 16 ans : « Camp Manison ». Ils y créeront avec l’aide de Buzz Aldrin un atelier « Space Training », avec des visites au centre spatial texan situé à une vingtaine de kilomètres du camp…)

Les Manison font partie des sept personnes présentes, lors de la dernière messe célébrée en présence de Buzz Aldrin à l’église presbytérienne de la ville de Webster, avant qu’il ne devienne le deuxième membre du club très fermé des marcheurs lunaires. C’était le dimanche 13 juillet 1969, trois jours avant le décollage de la mission Apollo 11.

Le 30 mai 1968, Thomas et Marjorie Manison apprennent que leur petit garçon de deux ans et demi, Thomas Jr., est atteint d’une leucémie aiguë.

Buzz Aldrin qui s’est pris d’affection pour l’enfant, appelle souvent Tommy qui adore les avions et les fusées, mais ce qui le fascine le plus, ce sont les hélicoptères. Par ailleurs avoir un astronaute parmi ses amis, est un rêve pour le garçonnet.

Il se trouve justement que Buzz Aldrin, comme tous les astronautes Apollo, doit voler au moins une fois par semaine sur hélicoptère, pour garder sa qualification sur ce type d’aéronef.

Les astronautes Apollo sont formés au pilotage d’hélicoptère à la Naval School of Pre- FlightNaval Air Station à Pensacola en Floride. Normalement la formation s’effectue sur 12 mois, pour les astronautes il s’agit d’une « initiation » qui ne dure que 4 semaines. Avant, pour certains, de s’entraîner sur le LLRV puis le LLTV.

Aldrin s’arrange pour voler à proximité de la maison des Manison, tout le monde sort alors dans le jardin pour le saluer. Tommy adore ça. Lorsqu’il est admis à l’hôpital John Sealy de Galveston, Tommy a la chance d’avoir une chambre à l’étage supérieur de l’unité pédiatrique, d’où il peut voir passer tous les jours les hélicoptères (Sikorsky S-62) des Garde-Côtes, dont la base se situe à moins de 3 km de là. Chaque fois qu’il en voit un il s’exclame : « C’est Buzz, il vient me voir ! »

Lorsque Buzz Aldrin vient effectivement lui rendre visite à l’hôpital, Tommy s’exclame : « Tu sais Buzz, je t’ai vu dans ton hélicoptère ». Aldrin ne comprend pas, Tom Manison doit lui expliquer.

Les semaines passent et l’état du petit Tommy s’aggrave, un jour Buzz Aldrin appelle son ami : « Tom tu vas me prendre pour un fou mais j’ai pu prendre des dispositions pour emmener Tommy faire un petit tour en hélicoptère, si tu es d’accord bien évidemment. »

Voler en hélicoptère est le rêve de son fils mourant, bien sûr qu’il est d’accord !

Ce jour-là Buzz Aldrin demande à un ami de venir avec lui, c’est ce dernier qui pilotera l’appareil, pendant qu’il prendra Tommy sur ses genoux.

Les parents de Tommy, et Joan Aldrin, lui font coucou, alors que l’hélicoptère s’élève lentement dans les airs.

Tommy observe les vaches et les chevaux, les maisons, tout ce que l’on peut voir de ce point de vue unique. Ils passeront au-dessus du centre de la NASA, de la baie de Galveston pour voir l’océan et les bateaux de pêche. Ils virent même un train passer le long de l’autoroute 3. Pendant le trajet retour, Tommy s’endort dans les bras de Buzz Aldrin. En atterrissant ce dernier fait signe aux parents que leur fils s’est assoupi. Alors qu’il récupère son fils, Tom Manison dit à Buzz Aldrin : « Même si je vis cent ans, je n’oublierai jamais ce que tu viens de faire ».

_ « Tu sais Tom, c’est la première fois depuis que je suis astronaute que j’ai une telle relation avec quelqu’un, aussi authentique. »

Tommy suivra la mission Apollo 11, et verra son idole marcher sur la Lune.

A l’automne 1969, juste avant le départ des astronautes pour un tour du monde, du 29 septembre au 5 novembre, les nouvelles sont des plus sombres. Buzz Aldrin est très inquiet : « Je ne sais pas comment on va faire, mais nous allons aller voir Tommy avant de partir. »

Pendant deux heures Buzz Aldrin et son épouse restent avec Tommy, Buzz lui raconte à nouveau comment c’est sur la Lune, et dessine des hélicoptères avec lui…  Au moment de partir, il a beaucoup de mal à retenir ses larmes… Le reverra-t-il jamais vivant ?

Le tour du monde, les incessantes sollicitations, font que l’église de Webster reste pour un temps l’unique lien entre les Aldrin, les Manison et le petit Tommy. Buzz Aldrin lui ramène des cadeaux des pays qu’il a visité, il vient le voir aussi souvent qu’il le peut…

A l’approche de Thanksgiving, la santé de Tommy est au plus mal, le temps est venu d’arrêter les transfusions sanguines, qui ne servent plus à rien… La lourde décision est prise par les parents, avec l’aval du révérend Woodruff et son épouse Floy, ainsi que de Buzz Aldrin et sa femme Joan.

Tommy s’en est allé le matin du jeudi 27 novembre, jour de Thanksgiving.

Le jour de l’enterrement, le 29 novembre, Aldrin devait assister au match de football américain tant attendu chaque année, entre les Army Black Knights de l’Académie Militaire de West Point (dont il est issu), et les Navy Midshipmen de l’Académie Navale d’Annapolis, et recevoir une distinction pendant la mi-temps. West Point remportera le match 27 à 0.

Aldrin annulera sa venue.

Car le jour du match, il a quelque chose de tellement plus important à faire, porter le cercueil d’un petit garçon qui aurait eu 4 ans dans 16 jours.