Il y a un hic… Contrebande d’alcool à Peenemünde

Les chiffres de la consommation d’alcool éthylique à Peenemünde posaient problème, il y avait en effet une différence notable entre le stock réel et le stock théorique, que l’évaporation et les déversements accidentels ne pouvaient à eux seuls expliquer. Le général Dornberger et Wernher von Braun doivent rapidement trouver une solution efficace pour dissuader le chapardage de cette substance stratégique. C’est au Dr Martin Schilling que va incomber cette tâche. Le responsable de la « Division Essais » va donc réunir ses collaborateurs à la recherche d’une idée. Parmi plusieurs suggestions, c’est l’ajout d’un colorant rosâtre toxique qui est retenu…  Il ne faut pas plus d’une semaine pour que des petits malins trouvent la solution. Il suffit de filtrer la mixture avec de la purée de pommes de terre crues pour neutraliser le colorant et produire par la même du schnaps !

Karl Heimburg, du « Prüfstand VII » * propose alors une alternative : l’adjonction d’un purgatif très puissant.

Le résultat ne se fait pas attendre et les essais de la A4 qui auraient pu être retardés par manque d’alcool l’ont été par manque de personnel en raison d’un fort taux d’absentéisme,  sans parler du temps perdu, en raison des nombreuses allées et venues aux toilettes de ceux qui sont quand même venus travailler. Inutile de préciser qu’à compter de ce jour les vols d’alcool ont très fortement diminués…

Un ingénieur de Peenemünde avait calculé que le plein d’une A4 représentait, alcooliquement parlant, l’équivalent d’environ 66 130 Dry Martinis !

[Le moteur de la fusée A4 (Aggregat 4) utilisait 3 710 kg d’un mélange constitué à 70% d’éthanol et à 25% d’eau, en guise de carburant (B-Stoff) et 4 900 Kg d’oxygène liquide pour le comburant (A-Stoff).]

 

* Site d’essai n° 7. Il y en avait 13 à Peenemünde mais seulement 11 ont été utilisés. La station d’essai n°7 était la plus importante, c’est l’endroit d’où la plupart des A4 furent lancées.