Une sale besogne pour Walter Cunningham

Le samedi 28 janvier 1967, les médecins du Cap demandent qu’on leur fournisse un uniforme pour l’enterrement de Virgil Grissom. L’astronaute Walter Schirra, voisin des Grissom, demande à Walter Cunningham s’il peut l’emmener à la Base Aérienne Patrick. Cet après-midi-là,  Cunningham gare sa Porsche 911 S devant la maison de Schirra et se dirige à pas feutrés  vers le domicile des Grissom où l’attend Schirra qui lui passe discrètement l’uniforme par une porte entrebâillée,  Schirra l’avait subrepticement récupéré dans le placard de la chambre sans en parler à Betty Grissom pour ne pas l’accabler d’avantage.

Lorsque Walter Cunningham atterrit à la Base Patrick, un médecin l’attend  pour récupérer l’uniforme.

Walter Cunningham a trouvé assez inhabituel qu’il soit autorisé à faire ce vol, au lendemain du décès des trois astronautes, car les médecins militaires préfèrent interdire de vol les collègues proches d’un pilote décédé, pensant que leur état émotionnel est susceptible de les perturber et provoquer un autre accident.

Le revers de la médaille

Quelques mois après le décès de Virgil « Gus » Grissom, Betty Grissom est invitée par la Maison-Blanche pour recevoir la « Distinguished Flying Cross » décernée à son mari à titre posthume. Elle décline l’invitation : « Les médailles ne signifient plus grand-chose pour moi, maintenant » dira-t-elle.

La DFC récompense « l’héroïsme et les réalisations extraordinaires en vol aérien » (… heroism or extraordinary achievement while participating in an aerial flight).

20 juillet 1969 : planté du drapeau sur la Lune

Le 23 février 1945 le photographe américain Joseph John Rosenthal (1911-2006) prenait cette photo, pour laquelle il reçut le prix Pulitzer cette même année, immortalisant des soldats américains (U.S. Marines) érigeant le drapeau américain sur le mont Suribachi sur l’île d’Iwo Jima lors de la guerre contre le Japon… « Raising the Flag on Iwo Jima »

Iwo Jima 1945

24 ans plus tard le dessinateur Wayne Stayskal s’inspire de cette photo pour rendre un vibrant hommage aux trois astronautes qui ont péri dans l’incendie de leur capsule lors d’un test au sol, le 27 janvier 1967…

Apollo 1 et Neil Armstrong

Le dessin paru dans le journal « Chicago Today » le 21 juillet 1969 montre en effet les représentations fantomatiques des astronautes Virgil Grissom, Edward White et Roger Chaffee aidant Neil Armstrong à hisser le drapeau américain sur la surface de la Lune, le 20 juillet 1969 (heure de Houston) lors de la mission Apollo 11.

A la suite de la tragédie d’Apollo 1, de nombreuses modifications furent apportées au vaisseau spatial, leur sacrifice ultime a sans conteste permis le succès du programme Apollo.

Un sublime dessin de Wayne Stayskal !

Apollo 1 et le Velcro

Rappelons en guise de préambule que « Velcro » est une marque déposée (qui vient de VELours et CROchets) et que ce ruban auto-agrippant a été inventé par l’ingénieur suisse Georges de Mestral. L’idée date de 1941 et le brevet initial de 1951. Le brevet est enregistré aux Etats-Unis en 1958 !

C’est notamment la trop grande quantité de nylon présent dans la cabine sous forme de Velcro, de filets installés sous les couchettes [pour récupérer les objets que les astronautes auraient pu faire tomber] et même dans les combinaisons spatiales, qui a été un facteur aggravant dans la propagation de l’incendie. En tout et pour tout, le Module de Commande de 6,17 m3 contenait plus de trente kilogrammes de matériaux inflammables. Outre le nylon, il y avait du plastique et même des métaux qui s’enflamment dans une atmosphère 100% oxygène. Curieusement, la NASA et North American s’étaient contentés de tester l’inflammabilité de certains matériaux dont le Velcro dans une atmosphère 100 % oxygène à la pression de 5 PSI, c’est-à-dire la pression à l’intérieur du vaisseau spatial dans l’espace, dans ces conditions une bande de velcro brûle à la vitesse d’un demi-centimètre par seconde… S’ils avaient réalisés les tests à une pression de 16 PSI (vaisseau spatial sur le pas de tir et pendant le décollage) ils auraient vus qu’alors, le velcro brûle 5 fois plus rapidement, il explose littéralement !   Et du Velcro, les astronautes en avaient mis partout dans la cabine !

Après le drame d’Apollo 1, plus de 3 000 tests ont été réalisés sur plus de 500 matériaux différents, les tissus réalisés en nylon ont été remplacés par la fibre Beta, le téflon, le Nomex, la fibre de verre !  Le Velcro sera désormais fabriqué avec du Nomex et la fibre Beta sera utilisée pour le tissage de l’enveloppe extérieure des combinaisons spatiales ! Les couchettes seront recouvertes d’un tissu ininflammable, l’Armalon ! Même les plans de vol et autres documents seront imprimés sur du papier ininflammable développé par la Scheufelen Papierfabrik GmbH dont le pdg était un ancien de Peenemünde, Klaus Scheufelen ! En attendant l’arrivée de ce papier (Apollo 13) sur lequel on pouvait imprimer directement, les documents papiers déjà imprimés étaient recouverts par laminage d’une substance ininflammable composée de sulfate d’aluminium et d’ammonium.

A noter que lors de l’enquête sur l’accident, George Mueller l’administrateur adjoint du Bureau des vols habités de la NASA, affirmera devant la Commission d’enquête du Congrès qu’il y avait plus de Velcro dans Gemini VII (Frank Borman faisait partie de la commission d’enquête de la NASA) que dans Apollo 1 !

Joseph Shea et Apollo 1

Joe SheaLe jeudi 26 janvier 1967 l’astronaute Walter Schirra discute avec Joseph « Joe » Shea, le directeur du bureau en charge du développement du vaisseau spatial Apollo (Apollo Spacecraft Program Office), ils évoquent les divers problèmes liés au module de commande 012. Depuis le 26 août 1966, date à laquelle il a été livré au Centre Spatial Kennedy, le CM a subit pas moins de 734 modifications ! Schirra lui demande alors pourquoi il ne prendrait pas part au plugs-out* test, qui doit se dérouler le lendemain, avec les astronautes dans le vaisseau spatial. De là il aurait une perspective unique… (En réalité cette idée lui a été inspirée la veille par Virgil Grissom, Schirra était sa doublure pour cette mission, dont le décollage devait intervenir le 21 février). C’est tout à fait faisable car il y a de la place sur le sol de la cabine à côté du commandant ; il faut juste que l’on puisse l’équiper d’un casque et d’un micro. Shea trouve l’idée excellente, même si peu orthodoxe. Il modifie donc la réservation de son vol retour pour Houston prévu à l’origine le 27 en début d’après-midi. Le lendemain matin alors que Shea prend son petit déjeuner en compagnie des trois astronautes, les techniciens annoncent qu’il n’y a pas de connexion audio supplémentaire disponible pour une quatrième personne dans le module de commande. La seule manière de pourvoir Shea d’un set de communication est de passer par l’écoutille et d’annuler le test d’évacuation d’urgence !

Shea ne souhaite en aucune manière tronquer le test, et malgré l’insistance de Grissom lui explique qu’il ne voit pas l’utilité de passer plusieurs heures dans le module de commande s’il ne peut pas suivre les communications, aussi dit-il aux techniciens de laisser tomber. Il se retourne vers Grissom et lui promet : « Fais le test, je retourne à Houston et je reviens lundi pour le refaire avec toi dans le simulateur »

A l’origine le plugs out test devait être effectué avec une seule des trois parties formant l’écoutille fermée, mais les astronautes avaient demandé en septembre 1966 qu’un test d’évacuation d’urgence soit ajouté au protocole ! Ainsi ce sont les trois parties de l’écoutille qui sont désormais scellées  (la partie intérieure, la partie extérieure qui est un constituant du bouclier ablatif, et la partie placée sur le BPC**). Dans des conditions optimales il faut 90 secondes pour ouvrir le tout !

Vers 11:00 heure locale (EST) Shea et Rocco Petrone, le directeur des lancements, se rendent sur les lieux (pas de tir 34) et remarquent qu’il y a encore des plaques de polyuréthane dans le CM. Les techniciens les utilisent pour protéger les câbles apparents lorsqu’ils doivent intervenir dans le vaisseau spatial. N’ayant pas pu prendre place dans le CM, Shea n’a aucune raison de rester au Cap, aussi il appelle Benjamin Cate, le journaliste du magazine Time, pour lui annoncer que finalement il rentrera à Houston avec lui, comme prévu à l’origine. Ils prennent le vol National Airlines de 14:30 au départ de Melbourne.

Le test débute le 27 janvier à 7:55 heure locale (12:55 GMT). Juste après le déjeuner, à 13:00 (18:00 GMT) les astronautes prennent place dans le vaisseau spatial juché sur la Saturn 1B qui n’est pas remplie d’ergols, pas plus que le vaisseau spatial, classant ce test comme non dangereux. Le déroulement du test est interrompu à maintes reprises pour résoudre des problèmes techniques, odeur dans le circuit de ventilation de la combinaison de Virgil Grissom, un micro bloqué en position ouvert, des problèmes récurrents de communication qui feront sortir Grissom de ses gonds : « Comment allons nous pouvoir aller sur la Lune si on ne peut même pas se parler alors que vous êtes à quelques pas d’ici ! » Devant l’accumulation des problèmes techniques il est envisagé de reporter le test. Mais nous sommes vendredi et les astronautes veulent en finir, ils doivent par ailleurs rentrer à Houston le lendemain pour participer à un événement mondain, la fête organisée par Field Enterprises, (le conglomérat de presse créé par Marshall Field), et le magazine Life !

Joseph Shea de retour à Houston arrive à son bureau à 17:30 CST, soit 18:30 EST (23:30 GMT) !!!

A 18:31:04, (23:31:04 GMT) à quelques 10 minutes avant la fin du compte à rebours, lors d’un énième arrêt, intervient la première annonce de l’équipage faisant état d’un incendie… 17 secondes plus tard un cri de douleur…. et le silence !  L’autopsie révélera que les trois astronautes sont morts asphyxiés. La pression dans la capsule remplie d’une atmosphère à très haute teneur en oxygène a grimpé jusqu’à 29 psi (soit 1999,48 hPa) provoquant une fissure dans la coque du module de commande. La pression dans la cabine au moment du compte à rebours simulé était de 16,7 psi (1151,42 hPa). La pression atmosphérique au niveau de la mer est égale à 14,7 psi (1 013,25 hPa).

Si Joseph Shea avait été présent dans le module de commande, aurait-il pu détecter l’incendie avant les astronautes, donner l’alerte, et le circonscrire avant qu’il ne se propage ? Sachant qu’il s’est écoulé 10 secondes entre l’étincelle (fluctuation du voltage mesuré dans la capsule) et l’alerte au feu de l’équipage.

Le stress et surtout le sentiment de culpabilité qu’éprouve Joseph Shea lui vaudra une sévère dépression nerveuse, il est écarté des opérations le 7 avril et envoyé au quartier général de la NASA comme adjoint de George Mueller, l’administrateur adjoint du Bureau des vols habités. Réalisant que sa promotion n’est en réalité qu’une mise au placard, il démissionne et quitte la NASA deux mois plus tard. Il regrettera toute sa vie de n’avoir pas été dans le module de commande avec les astronautes !

* Le « plugs out integrated test » consiste à tester le fonctionnement des systèmes du vaisseau spatial en mode autonome, lorsque tous les « ombilicaux » sont déconnectés.

** « Boost Protective Cover », c’est la coiffe, le bouclier, posé sur le module de commande, qui protège ce dernier au cas où le puissant moteur fusée, permettant d’extraire le module de commande et ses occupants dans l’éventualité d’une défaillance du lanceur au décollage, est activé. Le BPC fait partie intégrante du LES (Launch Escape System) ou système de sauvetage.

LES color

LES 1