Ne m’appelle plus, à moins qu’elle n’explose !

Le lancement d’une navette était devenu si ordinaire, si routinier, qu’en ce 28 janvier 1986, lorsqu’un reporter qui couvrait le lancement de Challenger pour une grande radio, contacte son rédacteur pour lui annoncer que le lancement a été retardé, ce dernier aboie : « Ne m’appelle plus, à moins qu’elle n’explose ! »

 

On en parlera à ton retour

[Le 28 janvier 1986, l’explosion de la navette Challenger – mission 51-L – a causé la mort de 7 astronautes (cf photo ci-dessous) dont Christa McAuliffe, une institutrice]

 

51-L Challenger
Ce jour-là, l’astronaute Robert Cenker se trouve dans un avion de ligne à destination de Los Angeles lorsqu’il entend sur son baladeur radio que la navette Challenger vient d’exploser. S’il avait pu, il aurait collé un coup de poing sur la figure du journaliste quand ce dernier annonce que l’on voit des parachutes et que l’on va aller récupérer l’équipage.
« Ce gars ne sait absolument pas de quoi il parle » pense-t-il.
Il se met alors à trembler, à tel point, que son voisin s’inquiète : «Ça va ? »
Il balbutie : « Challenger vient d’exploser ! »
– « Oh non ! », puis, « Vous connaissiez quelqu’un sur ce vol ? »
– « Oui, je travaillais avec eux, j’étais sur le dernier vol de la navette ! »
Son voisin appelle alors l’hôtesse qui demande à Cenker s’il veut boire quelque chose. Il prend un verre d’alcool, ce qu’il ne fait que très rarement !

Bob Cenker s’était lié d’amitié avec Christa McAuliffe, ils devaient s’échanger des photos de leur mission, une fois qu’ils seraient devenus des « vétérans ». A deux semaines d’écart ils allaient chacun effectuer leur premier vol spatial.

A son retour Christa, impatiente, lui avait demandé : « Alors raconte-moi… Comment c’était ? Aller raconte-moi ! »
Il lui avait répondu : « Tu verras bien,  rien de ce que je pourrais te dire ne pourra jamais te préparer à ça !»
Il avait ajouté : « On en parlera à ton retour ! »

Une photo représentant notamment Christa McAuliffe et Robert Cenker
 lors d’un entrainement en impesanteur à bord d’un avion KC-135.