Explorer 1 revient sur Terre

Le 31 mars 1970, le premier satellite américain de 13,97 kg, Explorer I, lancé le 31 janvier 1958 du Cap Canaveral par une fusée Jupiter C est rentré dans l’atmosphère au-dessus du pacifique Sud. Le satellite qui a découvert la ceinture de van Allen, a parcouru en 12 ans et deux mois, 2,67 milliards de kilomètres en 58 408 révolutions autour de la Terre. Wernher von Braun qui est alors l’administrateur associé adjoint en charge de la planification à la NASA, et qui était le directeur technique de l’agence des missiles balistiques de l’armée de terre, au moment du lancement, déclara ce jour là :

« Comparé aux standards actuels, Explorer I fut un minuscule premier pas dans l’espace. Mais à l’époque ce fut un exploit extraordinaire réalisé en un temps très court, qui a permis au monde libre d’entrer dans la course à l’espace… Nous avons parcouru un long chemin depuis Explorer, comme le démontre le fait que la Saturne V, que nous utilisons actuellement, peut placer en orbite basse autour de la Terre, une charge utile environ 10 000 fois supérieure à la petite Jupiter C qui a lancé Explorer 1. »

 

Le 1er février 1958, lorsque la mise en orbite d’Explorer I est confirmée, (de g. à d.) William Pickering, James van Allen, et Wernher von Braun, brandissent une maquette du satellite.

Wernher von Braun et son épouse invitent Werner Dahm à dîner

Fraichement marié avec sa ravissante cousine Maria, depuis le 1er mars 1947, que le commandant James P. Hamill (1919-1984) avait surnommé la poupée de Dresde, en référence aux magnifiques poupées en porcelaine fabriquées dans la ville allemande de Dresde, Wernher von Braun encourageait les célibataires de son groupe à convoler en justes noces, pour ce faire, lui et sa femme organisaient fréquemment des dîners, pour leur montrer les bienfaits du bonheur conjugal et domestique. A ce moment là Wernher von Braun et son équipe se trouvent à Fort Bliss près d’El Paso, au Texas. (Ils n’arrivent à Huntsville qu’en avril 1950)

C’est ainsi qu’un jour, von Braun appelle son expert en aérodynamique Werner Dahm, (1917-2008) le plus jeune de son équipe, pour l’inviter à dîner. Ne s’étant pas expressément identifié, Werner Dahm est persuadé qu’il s’agit de son « chef » Ludwig « Lutz » Roth (1909-1967). Le jour convenu, Dahm arrive chez Ludwig et Brunhilde Roth, et ne peut que constater son embarrassante méprise… Chez les von Braun tous les autres invités sont bien venus. Dahm est bien évidemment très gêné par sa bévue. Son collègue Fritz Krämer lui donne un petit conseil avisé, achète un joli bouquet de fleur et va présenter tes excuses à madame von Braun ». Ce qui fut fait, et quelque temps plus tard une seconde invitation permit à Werner Dahm de passer une très agréable soirée chez les von Braun.

En définitive Werner Dahm ne se mariera la première fois qu’en 1955, à l’âge de 38 ans, avec Käthe.

L’événement marquant du XXe siècle

Un sondage auprès de personnalités et de journaliste américains a permis de déterminer le classement des « événements marquants du XXe siècle ». (Dans le cadre américano-américain.)

Apollo 11 arrive en deuxième position, après le largage des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1945, mettant un terme à la seconde guerre mondiale, et avant l’attaque de Pearl Harbor par les japonais le 7 décembre 1941.

Le lancement du premier satellite Spoutnik 1 arrive en 18e position ; le premier vol d’un Homme dans l’espace, Youri Gagarine, à la 60e place ; le premier américain dans l’espace, Alan Shepard à la 66e ; l’explosion de la navette spatiale Challenger à la 83e ; le premier américain en orbite, John Glenn à la 90e ; et le robot Mars Pathfinder à la 92e. Soit sept réalisations spatiales sur 100 événements.

L’événement marquant de l’année 1969

Le premier janvier 1970, Associated Press révèle les trois vainqueurs de son sondage pour élire l’événement marquant de l’année écoulée. Une enquête qui ne concerne que les membres de l’agence, aux seins des journaux, stations de radio et de télévision.

Pour l’année 1969, c’est sans surprise que la mission Apollo 11 est désignée comme l’événement marquant de l’année, et Neil Armstrong le commandant de la mission Apollo 11 comme la vedette de l’actualité de l’année (pas très sympa pour les deux autres). La guerre du Vietnam arrive en deuxième position, suivi par « la destinée politique du sénateur Edward M. Kennedy » (cf L’accident de Chappaquiddick – Le 18 juillet 1969 Ted Kennedy perd le contrôle de son véhicule qui plonge dans un bras d’eau. Il se sauve laissant Mary Jo Kopechne, âgée de 28 ans, qui s’occupait des campagnes électorales démocrates, dans la voiture. Elle meurt noyée. Le comportement innommable du dernier des frères Kennedy, provoque un scandale national, qui ruinera à jamais ses ambitions présidentielles.)

Apollo 12, un atterrissage de précision

La précision de l’atterrisage sur la lune du module lunaire d’Apollo XII, Intrepid, a été décrit par le journaliste écrivain Henry S. F. Cooper, Jr. (1933-2016), dans le cadre d’un article publié dans le magazine The New Yorker. Après la mission, Cooper avait discuté avec le contrôleur du groupe « Dynamique de vol », David Reed (Flight Dynamics Officer – FIDO), responsable de la trajectoire du LM pendant la phase d’atterrissage. Reed et les autres ingénieurs de vol ont été tellement précis dans leurs calculs que le pilote Charles Conrad a dû modifier le point d’atterrissage à la dernière minute. David Reed précise : « Il allait se poser sur le Surveyor en continuant ainsi, en suivant la trajectoire préétablie, c’est ainsi que plus tard, lorsque les données du LM furent transférées vers un ordinateur du Centre de Contrôle de Houston, nous avons découvert que si Conrad avait continué ainsi, il serait entré en collision avec la sonde. »