Les Arbres de Lune de Stuart Roosa

L’astronaute Stuart Roosa (1933-1994) n’a effectué qu’une seule mission spatiale, comme pilote du module de commande de la mission Apollo 14, qui s’est déroulée du 31 janvier au 9 février 1971. Il reste en orbite lunaire alors que ses deux compagnons Alan Shepard et Edgar Mitchell marchent sur la Lune. L’annulation des trois dernières missions Apollo l’a assurément empêché de fouler à son tour le sol lunaire… Il fait partie du club très fermé des 24 humains ayant orbité autour de la Lune. Il s’est approché à seulement 15 km de sa surface…

Le nom de Stuart Roosa reste à jamais associé à une magnifique histoire, celle des arbres de Lune.

Smokejumper Stuart Roosa 1953 (Photo : Bill Buck)

En 1951, à l’âge de 17 ans, Stuart Roosa, grand amoureux de la nature, travaille tout l’été dans la forêt St Joe dans l’Idaho au Blister Rust Control, Camp 52, comme pompier, et pour aider à l’éradication de la maladie de la rouille (blister rust) qui affecte les arbres de la famille des Pinacées.

Deux ans plus tard, après deux années à l’université, il devient smoke-jumper ; un pompier parachutiste qui intervient principalement sur les départs de feu en zone isolée. A l’apparition des premières fumées (smoke) les pompiers sautent (jump) en parachute afin de circonscrire très rapidement l’incendie avant qu’il ne se propage. Un excellent job d’été puisqu’un smoke jumper saisonnier (85% des effectifs) pouvait gagner à l’époque jusqu’à 1 000 dollars en un été (soit 9 000 USD en dollars constants). Ces unités d’élite, dont les classes durent 4 semaines et s’apparentent à un stage commando, sont sous la responsabilité de l’agence américaine du Service des Forêts (US Forest Service). Roosa effectue le saut qui lui permet d’obtenir son brevet le 15 juillet 1953. Lors d’un saut, son parachute s’accroche dans un arbre et il reste suspendu à plus de 30 mètres du sol. Il doit utiliser la corde prévue à cet effet, qui fait partie de l’équipement standard, pour se sortir de ce mauvais pas. Sachant que les « atterrissages » dans les arbres sont plutôt fréquents chez les smokejumpers !

Stuart Roosa était basé dans l’unité de Cave Junction – Siskiyou Smokejumper Base – en Oregon, promotion 1953 (CJ53). Il ne fit qu’une saison. Selon sa fiche de service il effectua trois missions aéroportées. (Klamath Forest en Californie, Umpqua Forest en Oregon et Six Rivers Forest en Californie).

En 1954 Roosa intègre le programme des cadets de l’US Air Force… 10 ans plus tard il est pilote d’essai à Edwards… En avril 1966 il devient astronaute (Groupe 5).

Smoke Jumpers – Stuart Roosa parmi la « Promotion 1953 » (Crédit : United States Forest Service)

Lorsque Edward Cliff (1909-1989), directeur de l’agence du Service des Forêts (US Forest Service) de 1962 à 1972 apprend que Roosa, un ancien smoke jumper, va effectuer une mission vers la Lune, il lui soumet une idée : emporter des graines d’arbres avec lui autour de la Lune.

Avec l’accord enthousiaste de Stuart Roosa, et de la NASA, Stanley Krugman (1932-2013) docteur en biologie végétale spécialisé en génétique, est chargé de la sélection des graines, il est alors responsable de la Forest Genetics Research.  Le projet scientifique est le suivant : déterminer les effets des radiations et de l’impesanteur sur ces graines.  Des contraintes de poids et de volume ne permirent qu’à quelque 500 graines de faire le voyage. L’origine de chaque graine est parfaitement connue et chacune a sa « jumelle » restée sur Terre. Le but étant bien évidemment de comparer leur croissance et de constater d’éventuelles mutations !

5 espèces d’arbres sont choisies :

  • Loblolly Pine (Pin à torches : Pinus taeda ),
  • Sycamore (Platane : Platanus occidentalis),
  • Sweetgum (Liquidambar : Altingiaceae Liquidambar),
  • Redwood (Séquoia : Sequoia sempervirens),
  • Douglas Fir (Sapin de Douglas :Pseudotsuga menziesii).

Les graines sont stockées dans une petite boite que Roosa dispose dans l’un de ses Personal Preference Kit (PPK)*. Il emporte notamment une broche pour sa mère, des pin’s, ses ailes de pilote de chasse, qui eux atterriront sur la Lune…  Les graines feront 34 fois le tour de la Lune (en 2 jours 18 heures et 35 minutes) et resteront au total un peu moins de 9 jours dans l’espace.

Art Greeley le directeur-adjoint de l’US Forest Service et Stuart Roosa, avec à la main la boîte contenant les graines  (Crédit : United States Forest Service)

 

Au retour, lors du processus de décontamination, la boîte contenant les précieuses graines s’est ouverte et les graines mélangées. La première tentative de faire germer quelques graines par des scientifiques de la NASA à Houston se solde par un échec. Ils en concluent rapidement que les graines sont « mortes ». Apprenant cela Krugman demande qu’on lui renvoie les graines qu’il confie à deux centres de recherche de l’US Forest Service. (La Southern Forest Research Station à Gulfport au Mississippi et la Western Research Station à Placerville en Californie, où il travaille.)

Pratiquement toutes les graines récupérées germèrent et formèrent des plants !

Aujourd’hui, il est impossible de différencier les arbres issus des graines « lunaires » de celles restées sur Terre. Aucune anomalie n’a été décelée.

Lorsque les arbres furent suffisamment développés (4 ans d’âge) ils purent quitter les pépinières de l’US Forest service… Ainsi le premier Arbre Lunaire, un Sycamore, a été planté au Washington Square Park à Philadelphie le 6 mai 1975, juste à côté de l’Independence Hall où fut signée la Déclaration d’indépendance (1776) et adoptée la Constitution américaine (1787). Stuart Roosa était bien évidemment présent lors de la cérémonie, de même que le Maire de Philadelphie Frank Rizzo. Gérald Ford alors président des Etats-Unis fit parvenir un petit message dans lequel il décrit ces arbres de Lune comme « les symboles vivants de nos spectaculaires réalisations humaines et scientifiques ». Pour plus de symbolique on aurait pu attendre le 4 juillet 1976 pour planter cet arbre, qui est toujours vivant aujourd’hui.

De g. à d. Stuart Roosa, John McGuire (chef de l’US Forest Service), Ernesta Ballard (Directrice de la Société d’Horticulture de Pennsylvanie), et à moitié caché, Woodsy Owl (Woodsy le Hibou) la mascotte de l’US Forest Service. 

En 1976, dans le cadre d’une opération s’inscrivant à l’occasion des célébrations du Bicentenaire des Etats-Unis les plantations et donations d’arbres de Lune ont fait fureur, mais une gestion défaillante fait que, quarante ans plus tard, on ne sait plus où sont passés la plupart de ces arbres…

Krugman et son équipe créèrent par la suite, avec des greffons, des arbres de Lune de seconde génération (Half Moon Trees), puis de troisième génération, qui furent un temps proposés à la vente pour la modique somme de 32 USD par l’association American Forests.

Depuis 1996, le Dr David Williams, qui travaille au Centre Spatial Goddard à Greenbelt, dans le Maryland, qui ignorait tout de l’histoire de ces arbres avant cette date, tente de localiser et de recenser tous les arbres avant, comme il le dit, qu’il ne soit trop tard. A ce jour seulement 89 arbres de première génération ont été retrouvés (dont 27 sont morts) … Nous sommes loin du compte !  Consulter la liste.

Un arbre de Lune de seconde génération de type sycamore a été planté au cimetière d’Arlington le 9 février 2005 (pour le 34 ème anniversaire de l’atterrissage d’Apolllo 14) au cours d’une cérémonie en l’honneur de Stuart Roosa et de tous les astronautes disparus. Cérémonie à laquelle la veuve de Stuart Roosa, Joan (qui décèdera deux ans et demi plus tard, et sera enterrée à Arlington à côté de son mari), et leur quatre enfants, ont participé.

A gauche Arlington National Cemetery le 9 février 2005 – Peu après Rosemary Roosa pose devant l’arbre « de son père » qui  a bien pris.

 

Comme l’on écrit les enfants de l’école élémentaire Cannelton dans l’Indiana qui ont ravivé le souvenir de ces arbres de Lune : « Long live our beautiful Moon trees ! » (Vive nos magnifiques arbres de Lunes)

Car bientôt hélas, ces arbres resteront les seuls êtres vivants au monde à avoir fait le voyage vers la Lune !

 

*Sur la liste récapitulant les objets emportés à bord d’Apollo 14 (CSM + LM) on dénombre 14 PPK de 227 g chacun dans le module de commande (CM) soit 3,178 kg au total, ainsi que  3 PPK de 408 g chacun dans le module lunaire (LM) soit 1,224 kg au total. Il existe également un PPK de plus grande taille, sans aucune mention de poids, stocké dans le CM !

Anecdote dans l’anecdote : Apollo 14 détient le record de poids des PPK emportés, soit 4,4 kg.

Une nouvelle perspective pour les politiciens

Les 24 astronautes ayant vu la Terre depuis la Lune ont été profondément marqués par cette vision, tel Edgar Mitchell (Apollo 14) :

« Vous développez instantanément une conscience globale, une fraternité avec tous les terriens, un intense mécontentement quant à la manière dont fonctionne le Monde et l’état de la Terre, et une compulsion à agir et changer les choses.»

« Là-bas sur la Lune, la politique parait si dérisoire. Tout ce que vous avez envie de faire, c’est attraper un homme politique par le colback, le traîner à 400 000 km de la Terre et lui dire : « Regarde ça, espèce de fils de p… ! »

L’Ordre Distingué du Golfeur Lunaire Débutant

Alan Shepard ayant joué au golf sur la Lune, le président Nixon, qui a découvert ce sport sur le tard, à 40 ans passés, saisit cette belle occasion pour faire un peu d’humour.
Ainsi lors du dîner donné en l’honneur de la mission Apollo 14  à la Maison Blanche, le lundi 1er mars 1971, devant quelque 150 invités, le Président Nixon demande aux trois astronautes et au vice-président Spiro Agnew, reconnu comme le plus piètre joueur de golf du pays, de s’avancer vers lui.  Richard Nixon lit alors la déclaration suivante :
« Considérant que le Capitaine Alan Shepard de l’US Navy fut le premier homme à emmener une balle de golf dans l’espace,
qu’il a utilisé la Lune en guise de tee* et que lors de son troisième ou quatrième swing il a envoyé la balle susmentionnée beaucoup plus loin qu’un tel objet n’avait jamais été lancé auparavant,
et compte tenu du fait, qu’il existe une forte probabilité pour qu’elle soit tombée dans un petit cratère, et qu’il ait ainsi réalisé le premier hole-in-one** céleste,
pour ces raisons, toutes les personnes ici présentes et toutes celles qui dans les années à venir, verront ce diplôme, sauront que le récipiendaire a été solennellement promu à l’Ordre Distingué du Golfeur Lunaire Débutant » (Distinguished Order of Lunar Duffer)
Pour taquiner un peu son vice-président, Nixon ajouta que ce dernier avait contresigné le certificat et que ce faisant  il avait fait remarquer que le Capitaine Shepard avait raté ses deux premiers swings.  « Qui mieux que lui sait ce que l’on peut ressentir à ce moment-là !***» plaisanta Nixon

 

Spiro Agnew : « J’aimerai que tout le monde sache que je suis un excellent golfeur, qui a eu quelques premiers trous difficiles »
Le vice-président ajoute : « Je sais de source sûre que la balle de Shepard a été tapée si fort qu’elle a fait le tour de la Lune et est retombée à une distance compatible avec mes possibilités sur Terre »
Nixon offre ensuite des balles de golf frappée du sceau présidentiel signées de sa main aux trois astronautes ainsi qu’au vice-président à qui il fait la recommandation suivante : « S’il te plaît, ne les utilise que pour les putts**** »
Puis, ce fut au tour de Shepard de s’exprimer, il expliqua que la vrai raison qui l’avait poussé à jouer au golf sur la lune était de réaliser une sorte d’expérience scientifique. « Etant un fervent patriote avant tout, je voulais faire quelque chose dans l’intérêt du pays. Ayant observé le vice-président en action sur les parcours de golf, j’ai pensé que la seule façon de lui venir en aide était de faire quelques expériences. C’est ce que j’ai fait sur la Lune. Je suis heureux de vous rendre compte, M. Le Vice Président, qu’en raison de l’absence d’atmosphère, même si vous les tapez mal, les balles suivent une trajectoire rectiligne »
Agnew et toute l’assemblée éclatent de rire !

 

* Petit support de bois ou de plastique sur lequel on pose la balle, et que les joueurs peuvent utiliser au départ de chaque trou. Ici le tee est l’aire de départ, la Lune. Shepard n’ayant pas utilisé de tee.

 

**  Fait de rentrer la balle en un seul coup dans le trou

 

*** Lors du « Bob Hope Desert Golf Classic », un tournoi annuel  qui s’est déroulé quelques semaines avant la présente cérémonie, en janvier, Spiro Agnew avait touché trois spectateurs lors de ses deux premiers drive, dont une certaine Madame Decker qui fut légèrement blessée au poignet par la balle de golf (1). Le tout a été retransmis en direct à la télévision, et cet épisode à fait l’objet d’innombrables articles dans la presse écrite.  Agnew était un passionné de Golf mais jouait horriblement mal,  il a d’ailleurs reçu le titre du plus mauvais golfeur de ce tournoi. L’année précédente il avait touché avec sa balle son partenaire et ami, le golfeur professionnel Doug Sanders. Avec beaucoup d’humour Agnew disait : « Lorsque je demande un driver à mon caddy, il appelle un prêtre » (Le driver est le club qui permet d’envoyer la balle à une longue distance lors d’un départ). Le comédien Bob Hope qui a joué au golf dans le Bureau Ovale avec Nixon en 1973, avait ironisé lors d’une réception à la Maison Blanche en affirmant : « Le problème c’est que lorsque M. Agnew participe à un tournoi tous les spectateurs se mettent à prier, ce qui bien évidemment le déconcentre et explique ses contre performances. »

 

**** Putt : C’est l’action de faire rentrer la balle dans le trou en la frappant avec un putter, qui est le club utilisé lorsque la balle est proche du trou. (Coup qui ne présente aucun « danger » pour les personnes présentes)

 

(1)  La station de radio WSB d’Atlanta  et  la compagnie Eastern Air Lines avaient organisé un sondage pour déterminer le pire coup de golf de tous les temps. C’est bien sûr Spiro Agnew avec ses balles dans le public qui fut très largement  plébiscité. Fair-play, il offrit son premier prix, des billets d’avion pour le tournoi de golf de Doral en Floride, à M. et Mme Decker, grands amateurs de golf, qui vivaient en Oregon.

 

Alan Shepard reçoit son diplôme des mains du Président Nixon  
De g à d : Edgar Mitchell, Stuart Roosa, Alan Shepard, Richard Nixon, Spiro Agnew

La mariage de Calio

Lors du dîner donné en l’honneur de la mission Apollo 14, le lundi 1er mars 1971, dans la Salle Est de la Maison Blanche, le président Nixon rend hommage au docteur en physique Anthony Calio, 41 ans, le directeur du département sciences et applications au Centre Spatial Johnson. On lui avait rapporté que Calio avait avancé la date de son mariage afin que sa femme Cheryll puisse assister à la cérémonie. Le couple a convolé en justes noces la veille. Nixon demande aux jeunes mariés de se lever pour les féliciter et déclare devant l’assistance : « Et dire qu’il a sacrifié quelques jours de liberté supplémentaires ! »

 

Anthony John Calio (1930-2012)

 

Touché

Lors du dîner organisé à la Maison Blanche en l’honneur de la mission Apollo 14, Alan Shepard discute avec les invités présents à sa table et évoque les progrès réalisés depuis les tous premiers voyages spatiaux. « En 1959, certains scientifiques croyaient encore qu’un Homme qui voyagerait en fusée et qui resterait en impesanteur pendant quelques minutes, reviendrait sur Terre complètement désorienté et irrationnel. »
Remarque d’un des convives : « Je comprends mieux. Je me demandais ce qu’il vous était arrivé ! »