John W. Young reçoit deux distinctions le même jour

Le 19 mai 1981 vers 13:30, exactement 35 jours après le premier vol d’essai dans l’espace de la première navette spatiale, Columbia, 160 invités, dont quelque 40 astronautes, se retrouvent à la Maison-Blanche, sous un vaste chapiteau, dans le jardin de la Roseraie (Rose Garden) jouxtant le Bureau-Ovale, pour un déjeuner en l’honneur de John Young, Robert Crippen et Alan Lovelace.

Sont présents, six astronautes du premier groupe, Alan Shepard le premier américain dans l’espace, John Glenn le premier américain en orbite autour de la Terre, , Scott Carpenter, Walter Schirra, Gordon Cooper et Donald Slayton. (Virgil Grissom est décédé 14 ans plus tôt dans l’incendie au sol de la cabine Apollo 1). Il y a également l’équipage d’Apollo 8 qui a passé le Noël 1968 en orbite autour de la Lune, Frank Borman, James Lovell et William Anders, l’équipage d’Apollo 11 avec les deux premiers hommes sur la Lune, Neil Armstrong et Edwin Aldrin, et le troisième homme, Michael Collins… C’est la première fois qu’autant d’astronautes, dont beaucoup ne sont plus en activité, sont réunis à la Maison-Blanche.

Quelques instants auparavant, dans le Bureau Ovale de la Maison-Blanche, le Président des Etats-Unis, Ronald Reagan (1911-2004), en présence du Vice-Président Georges Bush (1924 -), du Secrétaire d’Etat Alexander M. Haig (1924-2010), et de membres du personnel de la Maison-Blanche, a décerné à l’administrateur intérimaire de la NASA, le Dr. Alan Lovelace, la Presidential Citizens Medal, (Deuxième plus haute distinction civile américaine, créée en 1969 – Alan Lovelace en est le quatrième récipiendaire.)  et à John Young et Robert Crippen la NASA Distinguished Service Medal. Pour John Young c’est la troisième, il en recevra une quatrième en 2004.

Mais surtout, John Young a également reçu la Congressional Space Medal of Honor pour ses cinq vols spatiaux en 16 ans. Il est le septième astronaute (sur 28 à l’heure actuelle, dont 17 à titre posthume) à recevoir cette distinction, qui récompense « tout astronaute qui dans le cadre de ses fonctions s’est distingué par ses efforts et ses actions pour le bien de la nation et de l’humanité ».

 

Après sa troisième NASA Distinguished Service Medal, John Young reçoit la Congressional Space Medal of Honor. (De g. à d.) Ronald Reagan, John Young, Georges Bush

(De g. à d.) Ronald Reagan, John Young, Robert Crippen, Alan Lovelace, Georges Bush.

(De g. à d.) Ronald Reagan, John Young, Robert Crippen. Crédit photo : Wallace William « Win » McNamee (1932-2017)

 

Le 40e Président des Etats-Unis, Ronald Reagan :  Mesdames et messieurs, bienvenus. Avant que nous ne disions quoi que ce soit ou que je fasse la moindre remarque – car il y en a beaucoup ici qui ne savent probablement pas qu’outre les hommes auxquels nous rendons hommage aujourd’hui, il y a parmi nous, au sein de cette assemblée distinguée, un grand nombre de pionniers qui sont allés dans l’espace, nos astronautes, dont certains étaient là au tout début du programme. Pourrais-je demander à tous ceux qui correspondent à cette description de bien vouloir se lever ?

[Applaudissements]

Eh bien, nous sommes en excellente compagnie, croyez-moi. Capitaine de frégate Young et capitaine Crippen, le monde entier a retenu son souffle lors de votre rentrée dans l’atmosphère, lorsque les communications avec le sol étaient interrompues, puis quel soulagement, lorsqu’enfin nous avons à nouveau entendu vos voix, dès lors, le monde entier a su que l’Amérique était entrée dans une nouvelle ère.

Il y a quelques minutes, j’ai eu le privilège de décorer le capitaine de frégate Young et le capitaine Crippen pour leur courage personnel et la fierté qu’ils ont apporté à la nation, de même que le Dr Alan Lovelace, qui est avec nous aujourd’hui, mais j’y reviendrai plus tard. J’ai remis à John Young la Congressional Space Medal of Honor, notre plus haute distinction pour des réalisations spatiales et, à la fois à John Young et à Bob Crippen, la NASA Distinguished Service Medal, la plus haute distinction que l’agence spatiale puisse décerner.

[Robert Crippen obtiendra à son tour la Congressional Space Medal of Honor en 2006, à l’occasion du 25e anniversaire de STS-1, en présence de John Young. (Il la recevra des mains du Président Georges W. Bush (1946 -), le fils de Georges Herbert Walker Bush, ancien Président, qui a succédé à Reagan, et Vice-Président au moment où se déroule la présente cérémonie.)]

Ces hommes ont parcouru tout le pays depuis ce premier vol de la navette, et je pense qu’ils doivent maintenant savoir que pour toute l’Amérique ils sont désormais John et Bob. Le peuple américain les a accueilli avec énormément d’affection, rien d’étonnant à cela. A travers eux, nous avons tous vécu quelque chose de grand, étendant les limites de notre liberté. Comme je leur ai dit avant le décollage, grâce à eux nous nous sommes tous sentis à nouveau comme des géants. Et une fois encore, nous avons ressenti une indicible fierté, car nous savons que nous sommes les premiers et que nous sommes les meilleurs, et il en est ainsi car nous sommes libres.

La navette spatiale est le premier véritable système de transport spatial. Il sera notre cheval de bataille pour les nombreuses années à venir, et très vite nous aurons la capacité opérationnelle de mettre sur orbite des charges utiles pour les utilisations les plus variées. Comme nous sommes les premiers dans les domaines scientifiques, et des vols spatiaux, nous sommes à la pointe de la technologie et des découvertes. La navette spatiale va affecter la vie des américains de manière à la fois subtile et extraordinaire, nous apportant de l’energie et de l’émulation pour notre renouveau national.

Le vol de Columbia est une victoire de l’esprit américain. John Young et Bob Crippen nous ont rendu très fiers. Ce qu’ils ont accompli nous rappelle que nous, en tant que peuple libre, pouvons accomplir tout ce que nous avons décidé. Rien ne peut limiter nos capacités, c’est ainsi que, même l’étoile la plus éloignée est à notre portée.

Pour paraphraser John Greenleaf Whittier : Nous sommes ceux qui avons ouvert toutes grandes au soleil les fenêtres de nos âmes. Nous ferons notre possible pour aller là où nos coeurs se sont rendus depuis longtemps, et nous serons les instigateurs du progrès pour que toute l’humanité en profite. Les Américains ont montré au monde que non seulement nous faisons de grands rêves, mais que nous osons les vivre.

Et maintenant, je voudrais vous présenter un homme, dont les qualités de dirigeant ont rendu le succès de Columbia possible. Mesdames et messieurs, le directeur intérimaire de la NASA, le Dr Alan M. Lovelace.

Dr. Lovelace : J’aimerais demander à John et Bob de venir me rejoindre. Ainsi que le Vice-Président Bush, venez s’il vous plait me rejoindre sur l’estrade.

M. le Président, je voudrais juste dire quelques mots, je parle en mon nom mais également au nom de tout le personnel de la NASA – nous vous remercions de nous donner l’occasion de servir notre pays, et nous sommes prêts à continuer. (Le 10 juillet 1981 c’est James Beggs qui prend la direction de la NASA, il devient ainsi le sixième administrateur de l’agence spatiale américaine, il a été nommé le 1er juin 1981 par Ronald Reagan.) Je voudrais maintenant vous remettre, M. le Président, votre drapeau qui a été emporté lors du premier vol de Columbia.

Ronald Reagan : Merci beaucoup

Alan Lovelace : Et, M. le Vice-Président, un drapeau pour vous, monsieur.

Georges Bush : Merci beaucoup.

Alan Lovelace : M. le Président, il y a quelques semaines, nous avons eu le plaisir d’accueillir le Vice-Président Bush au Centre Spatial Kennedy, à cette occasion nous lui avons offert un blouson d’astronaute. Nous avons apporté le vôtre ici à Washington, et je souhaite vous le remettre aujourd’hui. Il peut servir pour voler, mais également pour faire du cheval.  [Rires]

On notera sur le blouson offert à Ronald Reagan, à gauche, le badge de la première mission de la navette spatiale, et à droite, le sceau de la présidence des Etats-Unis

John Young : C’est un grand honneur pour Bob et moi d’être ici aujourd’hui. Et nous souhaitions également offrir quelque chose de significatif au Président, pour tous ceux qui ont tant fait pour ce programme, tout ce qu’il représente en réalité. Pouvez-vous nous apporter le cadre s’il vous plait ?

[Un cadre contenant diverses photos et objets du programme navette spatiale, dont un drapeau américain est présenté.]

Il est significatif pour moi, de souligner que le drapeau américain est l’objet le plus important dans ce cadre. (Se rapporter à cette anecdote qui illustre bien ces propos) N’oublions jamais cela. Et voici, pour le vice-Président, le même cadre souvenir.

Ronald Reagan : Vous ne m’en voudrez-pas si je le porte (parlant du blouson de vol) uniquement dans l’atmosphère de la Terre. [Rires]  Mais merci beaucoup à vous tous. Et maintenant, je pense qu’il y a deux personnes que vous souhaiteriez rencontrer également, car je pense qu’elles ont dû faire preuve d’autant de courage, voire même plus, que ceux qui ont effectué le vol. Je pense que vous serez ravis de voir madame Young et madame Crippen. Voulez-vous vous lever s’il vous plaît ?

[Applaudissements]

Nous voilà de retour au point de départ ; nous avons bien atterri. Merci.

[Applaudissements]

Qui est votre héros de l’espace ?

Le 27 octobre 2010, la Space Foundation, créée en 1983, révèle le résultat de son sondage en ligne, la question était simple : Qui est votre héros de l’espace ? (Who is your space hero ?) les réponses sont ouvertes, il ne s’agit donc pas de choisir un nom sur une liste préétablie, mais d’en donner un librement, et d’expliquer brièvement pourquoi.

Le palmarès :

  1. Neil Armstrong (Astronaute)
  2. Eugene Krantz (Directeur de vol)
  3. John Young (Astronaute)
  4. James Lovell (Astronaute)
  5. John Glenn (Astronaute)
  6. Ex-aequo : Youri Gagarine (Cosmonaute) et le Capitaine James T. Kirk (Personnage de fiction de la série télévisée Star Trek)
  7. Michael Griffin (Administrateur de la NASA de 2005 à 2009)
  8. Carl Sagan (scientifique – vulgarisateur)
  9. Ex-aequo : les astronautes Buzz Aldrin, Virgil Grissom et Alan Shepard
  10. Elon Musk (Fondateur et PDG de SpaceX) – Wernher von Braun (scientifique, spécialiste des fusées, et prosélyte de la conquête de l’espace.)

La première femme, l’astronaute et premier commandant féminin d’une mission spatiale, Eileen Collins est 11e  ex-aequo avec le Capitaile Jean-Luc Picard (personnage de fiction de la série Star Trek: the Next Generation).

Comme le précise Elliot Pulham (1955-2017), alors président de la fondation, 49% des réponses concerne des astronautes, et surtout ceux des premiers temps (Programmes Mercury, Gemini, Apollo), les personnages de fiction représentent 13% des réponses, les scientifiques et personnels au sol 9%, les entrepreneurs 6% et les politiques et administrateurs 5% . Le restant comprend des écrivains, journalistes, enseignants. Laïka, le premier animal en orbite autour de la Terre a été mentionné une fois ! (Je n’ai pas trouvé le nombre total de votes.)

Lorsque l’espace inspire le football… Le ballon Telstar.

Le 9 novembre dernier, la firme allemande Adidas a présenté le ballon officiel de la vingt-et-unième coupe du monde de football, organisée en Russie du 14 juin au 15 juillet 2018, il s’agit du Telstar 18 qui rend hommage au tout premier ballon de la marque aux trois bandes, utilisé 48 ans plus tôt lors de la coupe du monde au Mexique, c’était le Telstar 1970.  Un Telstar Durlast sera également utilisé en 1974 (avec le Adidas Chile tout blanc pour les matchs en nocturne ou le Apollo, de couleur orange), pour la coupe du monde qui a lieu en Allemagne, le ballon en cuir est recouvert de plusieurs couches de polyuréthane (Durlast™) pour assurer une meilleure étanchéité, et protéger les sérigraphies, car la marque est désormais autorisée à y faire figurer son logo…

Crédit Photo : l’extraordinaire collection de l’allemand René Sopp. « René Sopp Football History Exhibition »

https://www.flickr.com/photos/63255646@N03/sets/72157653365412205/

Le Telstar est un ballon de légende, avec son alternance de panneaux noirs et blancs, il avait été pensé pour lui donner une meilleure visibilité sur les téléviseurs noir et blanc. Telles certaines fusées qui ont un marquage en noir et blanc sur leur flanc pour améliorer leur visibilité et déceler tout mouvement de rotation sur elle-même, le Telstar permettait aux joueurs de visualiser l’effet qu’ils donnaient au ballon.

Le tout premier ballon Telstar en forme d’icosaèdre tronqué, dont les faces sont composées de 12 pentagones noirs et 20 hexagones blancs a été utilisé pour le championnat d’Europe de 1968, le Telstar Elast.  Nous sommes loin des premiers ballons en cuir marron dont la vessie était maintenue dans l’enveloppe en cuir par une lanière, et qui se gorgeaient d’eau lorsqu’il pleuvait, augmentant leur poids de 25%. (Faire une tête avec un tel ballon, avec le risque de se prendre la couture sur le front, demandait un certain courage.)

Dans les dessins-animés, les bandes dessinées, le ballon de foot est pratiquement toujours un Telstar. C’est désormais ainsi que l’on s’imagine un ballon de foot. Avant il ressemblait à cela…

A noter : les 20 ballons Telstar originaux fournis par Adidas pour la coupe du monde au Mexique ne présentaient aucune inscription. Il s’agit ici d’une des 600 000 répliques vendues par la suite.

C’est avec le Telstar qu’Adidas devient en 1970 le fournisseur officiel des ballons de la coupe du monde de football. Dès 1924, deux des quatre enfants Dassler créent la société Gebrüder Dassler Schuhfabrik (Fabrique de chaussures des frères Dassler) qui équipe certains athlètes de cette époque. Suite à une brouille, les deux frères se séparent, Rudolph Dassler (1898-1974), fonde la société Puma en 1948  et Adolf « Adi » Dassler (1900-1978) crée Adidas en 1949.

Pour Adidas Telstar signifie :  « Television star ».

Telstar, est également le nom du tout premier satellite expérimental de télécommunication actif américain.  Telstar 1, lancé le 10 juillet 1962, était une sphère de 87 cm d’une masse de 77 kg, développé par Bell Telephone Laboratories. 

Telstar I. Crédit photo : 1962 Universal Newsreel Educational Documentary – WDTVLIVE42

Une des trois stations de relais au sol utilisées, fut construite à Pleumeur-Bodou en Bretagne ; ce CTS (Centre de Télécommunication par Satellite) ou téléport, qui aura une longue carrière, a été utilisé pour la première transmission télévisée en mondovision via ce premier satellite.

Pour Bell, Telstar signifie : téléphone ou télécommunications par les étoiles.

D’après un sondage de l’agence d’information américaine (USIA) Telstar était plus connu au Royaume-Uni en 1962 que Spoutnik l’avait été en 1957. « Plutôt que de lancer un truc qui ne sert à rien, les américains ont mis sur orbite un satellite qui promet de relier les oreilles et les yeux du monde. »

La première coupe du monde de football retransmise en mondovision est celle de 1966, qui se déroule en Angleterre, la compétition est vue par environ deux milliards de personnes, la finale est suivie par 400 000 personnes dans 36 pays. En 1970 la coupe du monde est retransmise en couleur !

Ce ne sont pas des satellites Telstar qui retransmettent les coupes du monde de football de 1966, en Angleterre (Palmarès : Angleterre (∗), Allemagne de l’Ouest, Portugal), de 1970 au Mexique (Brésil (∗∗∗), Italie, Allemagne de l’Ouest), de 1974 en Allemagne (Allemagne de l’Ouest (∗∗), Pays-Bas, Pologne) etc., mais des Syncom et Intelsat…  (Pour la petite histoire… du football, c’est l’équipe d’Allemagne qui a disputé le plus grand nombre de finales de la coupe du monde ; huit, pour quatre gagnées ! Et elle fut quatre fois troisième.)

Maintenant il faut rendre à César ce qui appartient à César, l’alternance de panneaux noirs et blancs sur un ballon de foot date de 1962 et est le fait de l’équipementier danois Select Sport !

Le Telstar 18 est donc le treizième ballon créé par Adidas pour une coupe du monde de football. Il est même équipé d’une puce NFC (Near Field Communication) et coûte 150 euros.

Telstar est également le nom d’une équipe de foot néerlandaise fondée en 1963 de la fusion de Stormvogels IJmuiden et de VSV Velsen : le SC Telstar.

Anecdote dans l’anecdote : Pour la coupe du monde de 1994 qui se déroule aux Etats-Unis, Adidas crée le Questra (fabriqué en France), décoré avec des astres, il s’agit non seulement de rappeler les étoiles du drapeau américain, la quête des Etats-Unis vers les étoiles, mais également le vingt-cinquième anniversaire de la mission Apollo 11 !

Perso, j’aurais plutôt appelé ce ballon Questar !

L’événement marquant du XXe siècle

Un sondage auprès de personnalités et de journaliste américains a permis de déterminer le classement des « événements marquants du XXe siècle ». (Dans le cadre américano-américain.)

Apollo 11 arrive en deuxième position, après le largage des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1945, mettant un terme à la seconde guerre mondiale, et avant l’attaque de Pearl Harbor par les japonais le 7 décembre 1941.

Le lancement du premier satellite Spoutnik 1 arrive en 18e position ; le premier vol d’un Homme dans l’espace, Youri Gagarine, à la 60e place ; le premier américain dans l’espace, Alan Shepard à la 66e ; l’explosion de la navette spatiale Challenger à la 83e ; le premier américain en orbite, John Glenn à la 90e ; et le robot Mars Pathfinder à la 92e. Soit sept réalisations spatiales sur 100 événements.

Le Top 100 des stars de l’aérospatial

Pour le centième anniversaire du premier vol piloté et motorisé de l’Histoire, par les frères Wright, le magazine Aviation Week & Space Technology a imaginé soumettre au vote une liste de 762 noms, compilée par des historiens spécialistes de l’aviation et de l’espace, l’institut américain d’aéronautique et d’astronautique, ainsi que le conseil international des sciences aéronautiques, qui englobe 32 sociétés aérospatiales dans le monde, pour élire le Top 100 des stars du monde aérospatial. Une biographie succincte accompagne chacun des 762 noms qui sont répartis dans 15 catégories. Le vote réservé exclusivement aux professionnels du monde entier s’est déroulé du 1er février au 30 mars 2003. Le logiciel spécifique pour cette opération a été conçu par IBM et hébergé sur leurs serveurs. Plus d’un million de votes ont été comptabilisés, en provenance de 180 pays.

Le 18 juin 2003,  dans le cadre du Salon du Bourget, Aviation Week a organisé une cérémonie en la Salle Wagram à Paris, afin d’honorer ces 100 stars du secteur aérospatial.

Voici tout d’abord la liste des trois premiers de chacune des 15 catégories :

Les trois premiers de chaque catégorie. Entre parenthèses leur classement général.

Cette liste de 45 personnalités comprend quatre français, trois allemands, un russe, un brésilien, un suisse, un britannique, un italien… et 33 américains…

Lorsque l’on sait qu’en 2003 sur les dix plus grandes entreprises aérospatiales du monde on trouve 6 sociétés américaines, dont 5 aux 6 premières places (la quatrième est britannique), et que la première entreprise russe n’est qu’à la 17è place avec un chiffre d’affaire 34 fois inférieur au n°1 mondial, qui est américain, on « comprend » mieux la sous représentation de ce pays dans le sondage (5 sur 100 !). La septième entreprise aérospatiale du monde était alors française ! (Désormais l’Europe est en deuxième position avec Airbus !)

Voici les 100 stars : (en rouge les trois premiers de chaque catégorie)

  1. Wilbur and Orville Wright
  2. Wernher von Braun
  3. Robert Goddard
  4. Leonard de Vinci
  5. Glenn Curtiss
  6. Charles A. Lindbergh
  7. William L. « Billy » Mitchell
  8. Clarence L. « Kelly » Johnson
  9. Neil A. Armstrong
  10. Daniel Bernoulli
  11. Charles E. « Chuck » Yeager
  12. Otto Lilienthal
  13. Buzz Aldrin
  14. William Boeing
  15. Alan B. Shepard, Jr.
  16. Henry H. « Hap » Arnold
  17. Manfred von Richthofen
  18. Samuel P. Langley
  19. Igor I. Sikorsky
  20. Jules Verne (F)
  21. John K. Northrop
  22. Herb Kelleher
  23. Edward V. « Eddie » Rickenbacker
  24. Jacques-Etienne et Joseph-Michel Montgolfier (F)
  25. Ex-aequo Christopher Kraft / Antoine de Saint-Exupéry (F)
  26. Curtis LeMay
  27. Ernst Mach
  28. Juan Trippe
  29. Elbert « Burt » Rutan
  30. Theodore von Karman
  31. Alberto Santos-Dumont
  32. James Van Allen
  33. Alexander Graham Bell
  34. Ben Rich
  35. Alvin M. « Tex » Johnston
  36. Richard Branson
  37. Youri Gagarine
  38. Octave Chanute
  39. James « Jimmy » H. Doolittle
  40. Alexandre Gustave Eiffel (F)
  41. Robert « Bob » Crandall
  42. Equipage de Challenger – 51-L
  43. Louis Blériot (F)
  44. Donald Douglas
  45. Claire L. Chennault
  46. Will Rogers
  47. James A. Lovell, Jr.
  48. Robert « Bob » Hoover
  49. Ex-aequo Thomas H. Kelly / Clément Ader (F)
  50. Hugh Dryden
  51. Pierre-Georges Latécoère (F)
  52. Ex-aequo Marcel Bloch (Dassault) (F) / Roger Béteille (F)
  53. Virgil I. « Gus » Grissom
  54. Ferdinand von Zeppelin
  55. Jacqueline Auriol (F)
  56. Arthur C. Clarke
  57. Isoroku Yamamoto
  58. Daniel and Harry Guggenheim
  59. Anne Morrow Lindbergh
  60. Robert J. Collier
  61. Gregory « Pappy » Boyington
  62. Elmer Sperry
  63. James « Jimmy » Stewart
  64. Douglas « Wrong Way » Corrigan
  65. Konstantin Tsiolkovsky
  66. Ex-aequo Patricia « Patty » Wagstaff / Frank Whittle
  67. Ex-aequo Carl Sagan / Sergey Korolyov
  68. Albert Boyd
  69. René Leduc (F)
  70. John W. Young
  71. Gene Roddenberry
  72. Valentina Tereshkova
  73. Thomas E. Braniff
  74. Walter C. « Walt » Williams
  75. Jean Mermoz (F)
  76. Henri and Maurice Farman (F)
  77. Paul Poberezny
  78. Jean Bertin (F)
  79. Sally K. Ride
  80. Roland Garros (F)
  81. Osborne Reynolds
  82. Amelia Earhart
  83. Georges Guynemer (F)
  84. G. Wells
  85. Jean-Pierre Haigneré (F)
  86. Ex-aequo James S. McDonnell, Jr. / Robert Esnault-Pelterie (F)
  87. Ex-aequo Allan and Malcom Loughhead (Lockheed) / Marcel Bouilloux-Lafont (F)
  88. Richard Bong
  89. John H. Glenn, Jr.
  90. Ex-aequo James E. Webb / Freddie Laker
  91. Lawrence Sperry
  92. Douglas Bader
  93. Howard Hughes
  94. Willy Messerschmitt
  95. Louis Breguet (F)
  96. William A. Moffett
  97. William « Bull » Halsey
  98. George Mueller
  99. Henri Deutsch de la Meurthe (F)
  100. Boris Petrov

 

Parmis ces cent noms, 20 français (22 si l’on différencie les frères Montgolfier et Farman), le premier est à la vingtième place : Jules Verne. Le premier russe est à la 37è place. Cherchez l’erreur !

Que Wernher von Braun soit arrivé second sur 762 noms, et premier de la catégorie « concepteurs de fusées », n’est que justice, non seulement pour ses travaux, surtout à Peenemünde, fondamentaux pour la conquête de l’espace, mais également pour son prosélytisme. Grâce à ses très nombreuses conférences, ses articles dans Collier’s, les films avec Walt Disney, il a réussi à persuader les américains de la faisabilité du vol spatial, qui n’était alors que de la science-fiction…

Que Serguei Koroliov ex-aequo avec Carl Sagan n’arrive qu’à la 67è place est une flagrante injustice !  Même si Koroliov s’est indéniablement servi des travaux de von Braun et son équipe de Peenemünde, y compris de savants allemands déportés en Union-Soviétique après la deuxième guerre mondiale, il aurait dû figurer dans les 10 premiers, compte tenu de son influence sur le programme spatial soviétique.

Konstantin Tsiolkovski est troisième de sa catégorie mais 65è du classement général… Hermann Oberth brille par son absence ! Un autre illustre absent, Willy Ley !  Vladimir Tchelomeï et Valentin Glouchko auraient également dû figurer dans ce Top 100 ! Ainsi que Erich Warsitz…

Beaucoup de surprises dans ces résultats, à l’époque, pour moi en tout cas. Ceci dit je suis plus spatial qu’aéro !

 

Le classement des 11 astronautes présents dans la liste des 100 « finalistes » :

  1. Neil A. Armstrong
  2. Buzz Aldrin
  3. Alan B. Shepard, Jr.
  4. Youri Gagarine
  5. Equipage de Challenger (51-L)
  6. James A. Lovell, Jr.
  7. Virgil I. « Gus » Grissom
  8. John W. Young
  9. Valentina Tereshkova
  10. Sally K. Ride
  11. Jean-Pierre Haigneré

Le problème c’est que les astronautes ont été classés à la fois dans « Héros » et dans « Voyageurs de l’espace » !

Que vient donc faire Jean-Pierre Haigneré dans ce classement alors que par exemple Jean-Loup Chrétien est absent ?  Comment furent classés Walter Schirra et Alexei Leonov ?  Gagarine et Tereshkova ne furent en définitive que de simples passagers « facilement » interchangeables, héros certainement, compte tenu des risques encourus, mais ils n’ont jamais piloté leur capsule spatiale…   Si Neil Armstrong mérite amplement la première place au regard de sa carrière militaire, ses vols sur le X-15 etc., l’équipage de Challenger n’est classé qu’en raison de son sacrifice ultime… Dans ce cas, il aurait fallu mentionner également, Vladimir Komarov, Vladislav Volkov, Victor Patsaïev et Gueorgui Dobrovolski, également décédés lors du déroulement d’une mission spatiale (L’accident de la navette Columbia s’est produit le premier février 2003 après le début des votes) !

Et où est donc passé John Glenn ?

Dans ce classement des astronautes, John Young aurait dû arriver en seconde position au regard de sa carrière (six vols spatiaux, dont une mission sur la surface de la Lune et le premier vol de la navette spatiale) …

Peut-être eût-il fallu distinguer l’aéronautique de l’astronautique ?

Voici le prix décerné aux lauréats ou ayants droit :