Check-list illustrée

Pete Conrad en est à la moitié de la « EVA checklist » qui est attachée par des Velcros au poignet de sa combinaison lorsqu’il passe innocemment à la page suivante… Il découvre alors la photo de la sublime et plantureuse « Miss Septembre 1967 » qui lui sourit, avec la légende:  « Tu as vu des collines et des vallées intéressantes ? »

« P….. de Dieu! » s’exclame Pete Conrad en rigolant. S’adressant à Alan Bean :  « Hé, Al, tu peux aller à la page suivante de la procédure ? Il se pourrait que j’aie besoin d’un coup de main ! »

Les deux astronautes ont perdu quelques minutes à rigoler et à compulser frénétiquement leur check-list à la recherche d’autres photos ! Ils étaient tellement hilares que certains ont pensé qu’ils étaient ivres !

Depuis la nuit des temps les loups et les hommes « hurlent » sous la Lune, ce jour-là, pour la toute première fois, des Hommes ont « hurlé » sur la Lune…

 

Alan Bean et Cuff Check List sur le poignet gauche

La « Cuff Checklist » de Pete Conrad sur son poignet gauche

Alan Bean et Reagan Wilson

On aperçoit sur ce gros plan la page avec la Playmate Reagan Wilson

  Miss Septembre 1967 – Angela Dorian  (« Seen any interesting hills and valleys ? ») –  Carnet de Pete Conrad

Reagan Wilson Playboy Octobre 1967

Miss Octobre 1967 – Reagan Wilson (« Prefered tether partner ») – Carnet de Pete Conrad

Cynthia Myers Playboy Décembre 1968

Miss Decembre 1968 – Cynthia Myers (« Don’t forget – Describe the protuberances ») – Carnet d’Alan Bean

Leslie Bianchini Playboy Janvier 1969

  Miss Janvier 1969 – Leslie Bianchini (« Survey – her activity ») – Carnet d’Alan Bean

Survey her est un jeu de mot avec Surveyor

A noter également sur la page de gauche, dernière phrase, COLOR/ALBEANO. Il s’agit d’un jeu de mot Albeano / Albedo (Le surnom de Alan Bean était Beano !)

Comme les doigts de la main

Les astronautes avaient un accord spécial avec Chevrolet General Motors, un programme de « leasing » extrêmement avantageux…1 dollars par an pour conduire la dernière Corvette ! (Ce privilège a été supprimé en 1971)

Conrad Gordon Bean avaient la même Corvette Stingray

« Pete » Conrad – « Dick » Gordon – « Al » Bean

Les trois astronautes d’Apollo 12 qui étaient amis de longue date *,  s’étaient arrangés avec leur « pote » Jim Rathman (concessionnaire Chevrolet GM) pour avoir tous les trois une Corvette « Stingray » couleur or (Riverside Gold), « customisée » avec des « ailes » noires  (symbole de leur solidarité) et un logo rouge blanc bleu au dessus des prises d’air sur lequel était inscrit leur fonction. « CDR » (Commander) pour Charles Conrad, « CMP » (Command Module Pilot) pour Richard Gordon et « LMP » (Lunar Module Pilot) pour Alan Bean, sans oublier les plaques d’immatriculations CDR XII, CMP XII et LMP XII !

La Stingray du LMP

Plaques d’immatriculation customisées

Les gardes du Centre Spatial Kennedy étaient habitués à voir les trois Corvettes sortir en formation et foncer à toute allure en direction de Cocoa Beach !

* Conrad et Gordon étaient dans la même unité et partageaient la même chambre sur le porte avion USS Ranger et Alan Bean avait été l’un des élèves de Conrad lorsqu’il était instructeur à la « United States Naval Test Pilot School » à Patuxent River.

Un arbre pour le souvenir

La NASA a décidé de réserver un emplacement au Centre Spatial Johnson à la mémoire de tous les astronautes décédés, que ce soit de vieillesse, à la suite d’un accident, maladie, ou dans l’accomplissement de leur devoir…
Pour chaque astronaute un arbre est planté au cours d’une cérémonie solennelle.
Lorsque par exemple l’arbre de Pete Conrad a été planté, son ami Alan Bean, qui voulait que cette cérémonie soit joyeuse, comme Pete aurait aimé qu’elle soit, a donné le ton en demandant à Georges Abbey, le Directeur du Centre Spatial Johnson , d’écouter ce que Pete avait à lui dire à travers lui: « Il pense qu’il faudrait que ces arbres soient tous illuminés pour Noel, et comme sa devise a toujours été, « Si vous ne pouvez pas être bon, soyez original * », il suggère… non il insiste… pour que ces lumières soient blanches, excepté pour lui ! » Ce fut la seule cérémonie où l’on put entendre des éclats de rire !

Si vous visitez le Centre Spatial Johnson pendant la période de Noel, vous verrez que la NASA a tenu sa promesse… Parmi tous les arbres qui brillent d’une couleur blanche éclatante, qui nous rappellent ces hommes et ces femmes qui sont allés dans l’espace et nous ont quittés, un seul arbre est recouvert de guirlandes lumineuses vertes et rouges !

 

Le Memorial Tree Grove compte environ une cinquantaine d’arbres, des chênes… Pour Stuart Roosa, on avait planté un Magnolia, en hommage à son Etat préféré, le Mississippi, mais l’arbre n’a pas bien pris et il a été remplacé par un chêne.
Le site n’est pas ouvert au public, mais on le voit de la route NASA 1 qui passe juste devant le JSC.
Il y a également un arbre pour Robert Gilruth (le premier directeur du centre) et Max Faget !

Le Memorial Tree Grove du Lyndon B. Johnson Space Center a été créé le 30 mai 1996.

* « If you can’t be good, be colorful »  Charles Conrad

 

Spoutnik et Alan Bean

Alan Bean, alors pilote de l’U.S Navy, est en permission, il fait la queue pour assister au spectacle du Lido, à Paris, lorsque… « Un gars arrive avec un journal et annonce le lancement de Spoutnik, abasourdi nous avons regardé le titre à la une… Même si je n’ai pas tout de suite saisi les tenants et les aboutissants de l’événement, j’ai été très surpris que les russes puissent faire un truc pareil avant nous »

 

Trois astronautes interdits de vol en même temps !

Le 25 décembre 1969, trois astronautes, Alan Bean, Walter Cunningham et Joseph Kerwin ont été interdits de vol (aéronef) pendant trente jours, sur ordre de Donald K. Slayton, le directeur du corps des astronautes, en raison du non-respect des procédures de vol.
En effet, le 16 décembre, Alan Bean, à la suite d’un malentendu avec la tour de contrôle, a décollé de la base aérienne d’Ellington sans autorisation.
Le lendemain, Walter Cunningham et Joseph Kerwin, sur deux appareils différents, toujours à partir de la base d’Ellington, ont violé la règle les obligeant à préciser un aéroport de substitution sur leur plan de vol.
L’interdiction de vol a été levée le 23 janvier 1970.