Trois voitures prennent feu au pad 39 A

Un curieux accident s’est produit le 25 mars 1970, trois voitures de sécurité ont pris feu à quelque 300 mètres de la fusée Saturn V, (SA 508 – Apollo 13), pendant le remplissage de ses réservoirs, lors du Countdown Demonstration Test*, en cours au complexe de lancement 39 A.

Une grande quantité d’oxygène liquide utilisée pour refroidir les pompes dans l’étage du lanceur a été vidée dans un fossé de drainage à l’extérieur du périmètre du pas de tir, ce qui était jusque là une procédure routinière lors des phases de test. Normalement la brise dissipe cet oxygène, mais ce matin là il y a eu une brutale inversion de température et pas de vent. Un important nuage d’oxygène s’est formé dans le fossé de drainage et s’est répandu sur une route adjacente. Lorsque le conducteur de l’une des trois voitures de sécurité, garées à proximité, à voulu démarrer, il a entendu un drôle de bruit puis des flammes s’échapper du capot. Immédiatement les deux autres voitures se sont enflammées à leur tour.

Les officiers de sécurité ont pu sortir indemnes des véhicules. Il a fallu près d’une heure pour maîtriser le feu alimenté par le nuage d’oxygène. La Saturne V n’a pas été endommagé. Le test a pris 4 heures de retard mais s’est normalement terminé jusqu’à la simulation de la mise à feu.

L’accident qui heureusement n’a fait aucune victime prouve que les opérations au sol peuvent présenter autant de dangers potentiels que le vol dans l’espace lui-même. Les conclusions de l’enquête ordonnée par Kurt Debus, le directeur du Centre Spatial Kennedy, ont conduit à la modification de certaines procédures opérationelles et de sécurité. Les canaux de drainage ont été prolongés et aboutissent désormais dans une zone marécageuse loin de la route…

Ce sont des vapeurs d’oxygène qui en se mélangeant au carburant dans les carburateurs des moteurs, se sont enflammés lorsque le conducteur a mis le contact. La première voiture a été entièrement détruite, les deux autres très abimées. C’est l’unique accident de ce type dans l’histoire du centre spatial.

Photo de piètre qualité mais qui montre l’étendue des dégâts (Chicago Tribune)

 

Les trois officiers de sécurité Earl Paige, John Denoyless et Noland Watson, étaient employés par la Wackenhut Corporation en charge de la sécurité et de la sécurité incendie au KSC depuis 1964**.

 

*Le CDT est une répétition grandeur nature qui permet de valider toute la chronologie des événements et des procédures (le compte à rebours) qui mènent jusqu’à la mise à feu du lanceur.

**Sous contractant de la firme Trans World Airlines qui était le contractant principal pour tout ce qui concerne la maintenance, l’entretien des installations, services médicaux, puis à partir de 1966 également en charge de la gestion du complexe touristique et des visites guidées, ce jusqu’en 1995.

La mission Apollo 13 et l’Histoire de l’URSS

La mission Apollo XIII, peut médiatisée jusqu’à l’explosion du réservoir d’oxygène, fait ensuite la une de la plupart des journaux du globe. Apollo 13 a dès lors soufflé la vedette à l’événement ideologique le plus important de l’histoire soviétique… Les célébrations de l’anniversaire de naissance de Vladimir Ilitch Oulianov ou Vladimir Ilitch Lenine, le « fondateur » de l’URSS, (qui elle, ne fêtera pas son centième anniversaire).

Lenine est né le 22 avril 1870 selon le calendrier grégorien ou le 10 avril selon le calendrier julien en vigueur en Russie jusqu’en 1918.

La mission Apollo 13, je le rappelle s’est déroulée du samedi 11 au vendredi 17 avril !

Le 16 avril, veille du retour des astronautes d’Apollo 13, Leonid Brezhnev (1906-1982) inaugure à Oulianovsk  (En 1924 à la mort de Lenine sa ville de naissance Simbirsk est rebaptisée ainsi) un centre commémoratif, avec des bibliothèques, des musées… qui intègre également la maison des Oulianov… et prononce le discours le plus important  de ces commémorations, avec celui du 21 avril au Kremlin.

Hormis dans les dictatures communistes dans lesquelles la presse est muselée, les célébrations du centenaire de Lenine sont passées bien après Apollo XIII.

Le timing d’Apollo 13 est également lié à d’autres événements soviétiques, ainsi le décollage, qui a eu lieu un samedi, jour du Subbotnik (les samedis communistes), où les travailleurs les plus loyaux du régime travaillent gratuitement pour participer à l’ « exaltante édification du socialisme ». Il existe également un Subbotnik Lenine

Quant au deuxième jour de la mission, le 12 avril, il correspond à celui de la Cosmonautique, qui célèbre l’anniversaire du vol de Youri Gagarine !

Anecdote dans l’anecdote :  Le 22 avril est le jour choisi par le sénateur du Wisconsin Gaylord Nelson (1916-2005) pour célébrer le Jour de la Terre, dont la première édition date du… 22 avril 1970 !  Fête qui est aujourd’hui l’événement environnemental populaire le plus important de la planète.

Un sondage post Apollo 13

Un sondage Louis Harris paru dans le Chicago Tribune du 25 juin 1970 révèle que les américains sont majoritairement opposés, à 64% contre 30%,  à des dépenses spatiales élevées, type Apollo, au cours de la prochaien décennie.

Concernant Apollo 13, sur les 1 520 personnes interrogées, 55% étaient très inquiètes quant à l’issue de la mission, 24%  inquiètes, 20% n’étaient pas inquiètes et 1% étaient incertaines.

71% s’attendent à un accident fatal lors des prochaines missions, 18% sont confiantes, et 11% ne savent pas.

Il y a comme un os

L’odyssée des trois astronautes d’Apollo XIII, naufragés de l’espace, a tenu le monde en haleine, chaque jour les journaux publient de nouveaux articles, même les plus loufoques. Telle l’histoire de ce marabout, rapportée par l’agence de presse Reuters, un certain Silas Msgomezulu de Johannesbourg en Afrique du Sud (Il est fort probable qu’il y ait une erreur dans la retranscription du nom de famille et que ce ne soit pas Msgomezulu mais Mngomezulu, un patronyme très répandu en Afrique du Sud.), qui pratique, entre autres arts divinatoires, l’ostéomancie. Ainsi en jetant ses osselets, ce docteur es occultisme a pu lire que les astronautes reviendront sain et sauf sur Terre, mais les os lui ont également révélé que ces hommes s’étaient immiscés dans les affaires de Dieu, qui les a renvoyé chez eux. Il s’agit là d’un avertissement, les américains ne doivent plus aller sur la Lune !

En définitive, ce marabout l’a eu dans l’os, car les américains sont retournés sur la Lune à quatre reprises après l’accident d’Apollo XIII.