Les nouveautés culinaires à bord d’Apollo 13

Le 8 avril 1970 le New York Times publie une interview du nutritionniste en chef du Centre des Vols Spatiaux Habités (actuel Centre Spatial Johnson), le Dr Malcolm Smith.

« Utiliser plus souvent des cuillères, des bols, et des ustensiles permettant d’appliquer des garnitures pour sandwich sur des tranches de pain frais, permettront aux astronautes d’Apollo 13 de manger plus normalement que sur les précédentes missions. Le porc lyophilisé et les pommes de terre en gratin contiendront des morceaux et n’auront plus la consistance de la nourriture pour bébé, mais le repas sera toujours tiède. Une plus grande gamme de pain frais a été cuite pour la mission Apollo 13, dans des poêles à couvercle, permettant de produire une croûte uniforme et éviter la formation de miettes, ce qui fut un problème avec les anciens sandwiches lyophilisés qui avaient plus la consistance de biscuits. Les miches de pains sont soumises très brièvement à des températures de 1600°C pour détruire toutes les spores produisant des moisissures. Deux tranches de pain fabriquées avec de la farine irradiée seront emportées par l’équipage pour tester les méthodes alternatives de conservation des aliments, c’est à dire sans utiliser la réfrigération.

La nourriture d’Apollo 13 est lyophilisée à 70%, principalement en raison du manque de place pour le stockage.  Le pain a été traité avec de l’azote gazeux pour retarder le rassissement. D’autres premières consistent à emporter des noix de pécan pour stimuler l’appétit des astronautes, des cristaux d’orange déshydratés modifiés pour éviter leur agglomération, et du riz que l’on reconstitue instantanément en y ajoutant de l’eau chaude. »

« Le Dr Smith travaille déjà sur la nourriture des missions Skylab qui dureront  120 jours, quand de la nourriture bien chaude sera la bienvenue. Le principal obstacle étant la difficulté de chauffer les aliments en impesanteur, le Dr Smith espère pouvoir faire tester un appareil de chauffage à bord d’Apollo 14. »

James A. Lovell reçoit la Légion d’honneur

Le mercredi 29 juillet 1970, la France, le plus vieil allié des Etats-Unis, rend un hommage très particulier au commandant de la mission Apollo XIII, James A. Lovell, 42 ans, qui est alors le seul à avoir effectué quatre missions spatiales, et le seul à avoir fait deux voyages vers la Lune. En effet, l’ambassadeur de France, Charles Lucet (1910-1990), lui a remis les insignes de Chevalier de la légion d’Honneur, la plus haute distinction française, dans les locaux de l’ambassade de France à Washington, en présence notamment de son épouse Marilyn, de l’Administrateur de la NASA Thomas Paine (1921-1992), du sénateur Charles Mathias (1922-2010). Lors de son discours, l’ambassadeur Lucet lui a rendu un vibrant hommage, ainsi qu’à ces collègues astronautes, sans oublier tous les hommes et toutes les femmes ayant rendu possible les succès du programme spatial américain.

Voici ma traduction du discours, à l’origine en anglais bien évidemment, prononcé par Son Excellence Charles Lucet :

« C’est un grand honneur pour moi d’avoir reçu pour mission par le Président de la république française [NdT : Georges Pompidou (1911-1974)] de vous remettre aujourd’hui l’insigne de Chevalier de la Légion d’Honneur notre ordre national le plus important. Vous êtes conscient, commandant, de l’admiration, de l’anxiété et la fervente attention avec laquelle le peuple français, tout le peuple français, a suivi vos exploits ainsi que ceux des astronautes qui vous ont précédé.

Comme pilote de Gemini VII, vous et le colonel Borman avez réussi le premier rendez-vous spatial en décembre 1965. Vous avez même fait mieux en novembre 1966 lorsqu’à bord de Gemini XII vous avez pris les premières photos d’une éclipse de soleil vue dans l’espace. Puis est venu le temps des missions Apollo. Permettez-moi de vous dire en toute humilité que j’étais au Cap Kennedy le 21 décembre 1968 pour le lancement d’Apollo 8, la première mission lancée par une fusée Saturne V. Je me rappellerai toute ma vie cette vision inoubliable de ce si majestueux décollage. Visiteur assidu du Cap Kennedy, j’étais à nouveau présent en juillet 1969 pour le compte à rebours d’Apollo 11, une date historique des premiers pas de l’Homme sur la Lune. Armstrong, Aldrin et Collins sont également Chevaliers de la Légion d’honneur. Je souhaite ajouter également, Commandant Lovell, et le peuple français est d’accord avec moi, que le vol que vous avez commandé, celui d’Apollo XIII, fut largement aussi remarquable et admirable. Vous, et ceux qui vous ont accompagné, Haise et Swigert , avez dû faire face au plus grave incident que des hommes n’ont jamais connu, l’explosion de deux réservoirs d’oxygène, qui s’est produit à mi-chemin entre la Terre et la Lune. Nous avons toujours admiré, en toutes circonstances, l’efficacité américaine et l’incroyable précision de la technologie américaine. Mais dans ce cas bien précis, c’était autre chose. Ce n’était plus une question de machine, mais de courage, de sang-froid et de présence d’esprit, avec l’aide du contrôle de mission à Houston, et tous les services de la NASA. J’aimerais également rendre hommage à votre administrateur, le Dr Thomas Paine, vous avez été capable, face à un danger incroyable, de ramener la capsule et ses occupants à l’endroit et au moment voulus. Nous étions très inquiets mais votre calme et votre compétence furent remarquables. Quelquefois des demi-échecs sont plus grands que des victoires. Vous nous avez donné une leçon inoubliable. Même si les machines utilisées pour l’exploration de l’espace se sont révélées faillibles, exactement comme nous le sommes nous-mêmes, vous avez démontré que quelles que soient les circonstances, l’homme, l’audace de l’homme et son sang-froid, peuvent avoir le dernier mot. Grâce à vous, et aux astronautes qui vous ont précédé, et ceux qui viendront après vous, nous savons que l’espace peut être conquis et exploré. D’une certaine manière, la Lune, le sujet préféré des poètes, la première étape dans cette exploration, fait maintenant partie de la banlieue de la Terre et sera dans peu de temps le point de départ de nouvelles aventures.

Vous avez ouvert des perspectives inégalées pour enflammer l’imagination des hommes qui veulent toujours conquérir une nouvelle frontière. Cette frontière, grâce à vous, est maintenant le ciel étoilé. Bien sûr, la prodigieuse conquête n’a pas changé du jour au lendemain la mentalité de l’homme et ses travers. Il y a toujours des conflits entre nous, des guerres et la violence. Mais nous savons, et c’est parfaitement vrai, qu’il suffit de regarder vers le ciel pour voir où se trouve notre destin, savoir où la réconciliation de l’humanité peut être accomplie. L’espace avec tous ses dangers nous semble à tous un domaine illimité pour une véritable coopération internationale. Vous nous avez ouvert la voie. Vous avez montré de la grandeur dans l’adversité. Veuillez agréer nos sincères remerciements à tous. C’est pourquoi, au nom du peuple français et du gouvernement français, dont l’admiration pour vous et vos collègues est illimitée, je vais maintenant prononcer les mots traditionnels. »

« Commandant James Lovell, au nom du Président de la République,  et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous faisons Chevalier de la Légion d’honneur. » (A gauche en costume clair le sénateur Charles Mathias, à ses côtés l’Administrateur de la NASA Thomas O. Paine. A droite Marilyn Lovell.

Charles Lucet, ambassadeur de France aux Etats-Unis de 1965 à 1972.

Les Gilets de Gene Kranz

Pour sa première mission comme Directeur de vol, Eugene Kranz (1933) voulait un signe de ralliement, comme un écusson par exemple, pour donner une identité à son groupe de contrôleurs de vol, pour en faire une équipe soudée. Un soir alors qu’il en discute avec son épouse Marta, celle-ci lui propose : « Gene, la couleur de ton équipe est le blanc, pourquoi ne te ferais-je pas un gilet de costume blanc que tu porterais lorsque tu es à la console ? ». Cette idée lui était venue car son mari adorait porter des costumes trois pièces.

Kranz reste quelque peu dubitatif mais lui demande tout de même de lui en confectionner un. Il déciderait plus tard s’il le porterait…

La mission Gemini 4 est en cours, Ed White vient de terminer la première sortie spatiale américaine, c’est au tour de l’équipe blanche de prendre le relais après l’équipe rouge dirigée par Christopher Kraft. Le gilet confectionné par Marta est posé sur le dossier de sa chaise, personne ne l’a vu l’emporter dans la salle de contrôle. C’est sa première mission en tant que directeur de vol. Bon sang se dit-il, et il enfile le gilet. Il se souvient : « Je me sentais comme un matador revêtant son costume ». Le contrôleur Dutch von Ehrenfried assis à sa gauche est le premier à le remarquer, il plonge la tête dans ses bras, puis faisant rouler sa chaise s’approche de Kranz et lui dit : « Fais gaffe mec, ils vont te mettre la camisole, et c’est moi qui prendrai ta place ! ».

Retournant à sa console, Kranz le voit passer un appel par l’intercom, puis il remarque que la caméra de la salle de contrôle se positionne sur lui et fait un zoom… Aussitôt il apparait sur tous les écrans y compris ceux de la presse, resplendissant dans son gilet blanc à 5 boutons. Un par un les contrôleurs l’interpellent : « Beau gilet, Flight ! »

Le jour suivant une photo de Kranz portant son gilet est publié dans les journaux américains… La légende Eugene Kranz est née…

Marta est ravie par la tournure des événements et fière que son mari porte son gilet. Elle promet de lui en faire un nouveau pour chacune des missions qu’il dirigera. Plus tard, pour montrer sa gratitude à son équipe, lui rendre hommage, il demandera à Marta de lui en faire de plus splashy (tape à l’œil) qu’il revêtira uniquement pour célébrer la fin d’une mission, le splashdown. (Les missions américaines se terminaient alors par un amerrissage)

Après le deuxième report du lancement de Gemini 9 Marta confectionne un gilet très différent des autres pour son mari afin de lui porter chance… La troisième tentative fut la bonne, aussi lorsqu’il annonce « Mission Control is go for launch » il se lève et enfile son gilet. Un gilet qui ne ressemble en rien aux précédents, blancs unis, celui-ci est en soie avec des motifs argentés et dorés, un brocart !

William Schneider, (Gemini Project Manager) et Eugene Kranz, lors du vol Gemini 9.

 

Christopher Kraft lui lance une remarque ironique, mais le gilet fait son effet, Gemini 9 décolle sans problème…

La dernière création de Marta portée par Gene Kranz dans le cadre de ses fonctions de directeur de vol en chef, son gilet préféré, est réalisé en fils a effet métallisé, aux couleurs du drapeau américain, qui sont également les couleurs utilisées par les trois premiers directeurs de vol*. C’était pour l’amerrissage de la mission Apollo 17 !

La « splashy splashdown vest » d’Eugene Kranz lors de sa dernière mission comme directeur de vol : Apollo XVII.

En 2005, c’est la consécration suprême, le Musée National de l’Air et de l’Espace de Washington D.C. demande à Kranz de bien vouloir lui donner un gilet, mais pas n’importe lequel, celui qu’il portait lors de la mission Apollo 13… Ainsi que le pin’s de la mission ! On se souvient que l’accident d’Apollo XIII s’est produit alors que l’équipe blanche de Kranz était en service, sur le point d’être relevée par l’équipe noire de Glynn Lunney.

Le gilet porté par Gene Kranz lors de la mission Apollo XIII exposé au « National Air and Space Museum » qui possède la plus grande collection d’objets concernant l’aviation et la conquête de l’espace du monde.

 

* Christopher Kraft = rouge , John Hodge = bleu.

Le badge de la mission Apollo 13

Fin janvier 1970 la NASA révèle la photo de l’écusson de la mission Apollo XIII choisi par les astronautes James Lovell, Thomas Kenneth Mattingly, et Fred Haise, dessiné par l’artiste Lumen Martin Winter (1908-1982). James Lovell souhaitait une référence au dieu Apollon, et a adapté la devise de l’Académie Navale : « Ex Scientia, Tridens » (De la connaissance, la puissance maritime) en « Ex Luna, Scientia » (De la Lune, la connaissance).

En 1969 Lumen Martin Winter peint une fresque (6 m x 2,50 m) intitulée Steeds of Apollo (les coursiers d’Apollo) qui était exposée à l’hôtel St Régis de New-York. Lorsque ce dernier est rénové on perd la trace de l’immense tableau, jusqu’à ce qu’il réapparaisse à l’occasion d’une vente aux enchères d’objets spatiaux à Los Angeles. C’est l’acteur Tom Hanks, qui a joué le rôle de James Lovell dans le film de Ron Howard, Apollo 13, qui rachète l’œuvre et l’offre à Lovell. Lorsque le fils de James Lovell, Jay, ouvre un restaurant près de chicago en 1999, le Lovell’s of Lake Forest, l’immense tableau est accroché derrière le bar de l’établissement (photo ci-dessous). A la fermeture de ce dernier, en 2015, Jay Lovell fait don du tableau au Capt. James A. Lovell Federal Health Center situé au Nord de Chicago.

C’est ce tableau qui a servi de modèle à l’écusson. Lumen Martin Winter a fait une confusion très fréquente entre Apollon, le dieu de la lumière solaire, et Hélios le dieu du soleil… A l’origine c’est Hélios qui chaque matin s’élance dans le ciel sur son quadrige. Sur le badge, pour symboliser les trois astronautes, le quadrige devient un trige. Comme l’a fait remarquer James Lovell : « Ironiquement, le quatrième cheval, distancé, aurait pu symboliser Ken Mattingly. »

Comme pour celui d’Apollo 11, le nom des astronautes ne figure pas sur l’écusson, une drôle de coincidence lorsque l’on sait que trois jours avant le vol il est officiellement décidé de remplacer Kenneth Mattingly, soupçonné d’avoir contracté le virus de le rougeole, par Jack Swigert !  Le seul remplacement d’un membre d’équipage du programme Apollo !

Excepté l’écusson d’Apollo 13, c’est James Lovell qui avait dessiné les badges de ses missions précédentes ; Gemini 7, Gemini 12, et Apollo 8.

Willy Brandt assiste au lancement d’Apollo 13

Willy Brandt (1913-1992), le chancelier de la république fédérale d’Allemagne, qui sera l’homme de l’année 1970 du magazine Time, et recevra le prix nobel de la paix en 1971, est en visite officielle aux Etats-Unis du 4 au 11 avril 1970. C’est la veille du décollage d’Apollo XIII, auquel il doit assister, que se déroule le dîner officiel à la Maison-Blanche, en présence des principaux représentants de chacun des deux pays. Le président Richard Nixon (1913-1994) a tenu à ce que Wernher von Braun et son épouse fassent partie des convives.

La réception à la Maison-Blanche commence à 20 heures. Lors du discours de bienvenue Richard Nixon déclare notamment : « Nous sommes particulièrement heureux, parce que demain, vous allez asssiter au lancement d’Apollo 13. Nous sommes également très honorés ce soir par la présence du Dr Wernher Von Braun, qui nous rappelle la dette que nous avons envers ceux qui nous ont aidé dans nos projets spatiaux, et qui ont des origines allemandes. »

Le président précise également qu’il a appelé les astronautes James Lovell et ses collègues d’Apollo 13, au moment où ils dînaient. (L’appel a duré 5 minutes, de 19:34 à 19:39.) « Je leur ai souhaité bonne chance et leur ait confirmé que le Chancellier assisterai au décollage. Et qu’on annonçait un bien meilleur temps que l’année dernière, lorsque j’y ai moi-même assisté. »

Le dîner se termine à 23:20 lorsque le couple Nixon prend congé du couple Brandt, sous le portique Nord.

Le lendemain, Wernher Von Braun fait le voyage à destination du Centre Spatial Kennedy, dans un avion présidentiel, en compagnie du chancelier Brandt. Pendant le vol, il lui explique en détail le déroulement de la mission.

Assis au centre, le chancelier de la république fédérale d’Allemagne Willy Brandt, à sa gauche, debout Wernher Von Braun, à sa droite, assis, le vice-président des Etats-Unis, Spiro Agnew. (http://www.alamy.com/)

Le président Nixon a également téléphoné à l’astronaute Kenneth Mattingly pour l’assurer de son soutien après son remplacement à la dernière minute (trois jours avant) par Jack Swigert, car les médecins craignaient qu’il ne soit porteur du virus de la rougeole, contracté par Charles Duke (de l’équipage remplaçant) qui avait cotoyé l’enfant d’un ami qui l’avait attrapé. Pour l’anecdote, Nixon essaya de le joindre a plusieurs reprises la journée du 10 pour finalement ne l’avoir au bout du fil que le 11 à 11:47 très exactement, leur conversation dure moins de deux minutes.

Au centre avec les lunettes noires, Wernher von Braun, devant lui le chancelier Willy Brandt, dans la tribune VIP du Centre Spatial Kennedy. (http://www.alamy.com/)

Willy Brandt serre la main du vice-président américain Spiro Agnew (1918-1996). A la gauche de Willy Brandt sa deuxième épouse, Rut (1920-2006). (http://www.alamy.com/)

 

La mission Apollo 13 ne soulève pas l’enthousiasme des foules, 100 000 touristes comparé au million ayant assisté au lancement d’Apollo 11 et seulement 700 journalistes ; bien moins que les 2 000 présents le 16 juillet 1969… Mais cela devait changer deux jours plus tard…