Gemini 3 le jour du 53e anniversaire de Wernher von Braun

Gemini 3, la première mission spatiale habitée du programme éponyme, a décollé le 23 mars 1965, jour du 53e anniversaire de Wernher von Braun, ce dernier est d’ailleurs au Cap Kennedy, dans le blockhaus du complexe de lancement 19, pour assister au décollage, qui intervient à 9 h 24 heure locale ; la mission de Virgil Grissom et John Young dure 4 heures 52 minutes, 31 secondes.

C’est la seule fois, du vivant de von Braun, que des astronautes sont dans l’espace le jour de son anniversaire…

Dans son édition du 24 mars 1965 le New York Times n’oublie pas, dans son évocation de la mission Gemini 3, de consacrer un encart à Wernher von Braun, intitulé :
« Happy Birthday for von Braun » .

Accident urinaire

Lorsque le 23 mars 1965 à cinq heures du matin les astronautes Virgil Grissom et John Young sont réveillés, ils doivent se soumettre à un petit examen médical avant de prendre leur petit déjeuner d’avant vol, composé d’un steak et d’œufs, selon une tradition qui remonte au programme Mercury.

Lors de cet examen médical ils doivent fournir un échantillon d’urine à leur infirmière préférée, Dolores « Dee » O’Hara. Cette fois, John Young fait particulièrement attention a bien fermer le bouchon du flacon, car quelques jours auparavant, lors d’un entrainement, il avait mis son échantillon du matin dans sa malette pleine de documents relatifs à la mission… Quelle ne fut pas sa surprise de découvrir en ouvrant son porte-document que ses papiers étaient trempés…

A la vue de sa mine déconfite Dee O’Hara avait immédiatement compris ce qu’il s’était passé et avait éclaté de rire !

John W. Young, premier du groupe 2 dans l’espace

A la mi-1963 Deke Slayton annonce qu’ Alan Shepard et Thomas Stafford effectueront le premier vol habité du programme Gemini, avec Virgil Grissom et Frank Borman comme doublures.

Cette affectation fut rapidement bouleversée en raison des ennuis de santé de Shepard victime de la maladie de Ménière, une affection de l’oreille interne qui provoque notamment des crises de vertige giratoire, des acouphènes, et une hypoacousie. Shepard Interdit de vol, c’est  tout naturellement l’équipage suppléant qui est désigné pour cette mission Gemini III.

Peu après, Grissom appelle Borman pour lui demander de passer chez lui pour discuter. Borman accepte volontiers, l’entretien dure environ 1 heure.  Il ne saura jamais pourquoi, mais quelques temps plus tard on lui annonce qu’en définitive il ne volera pas sur Gemini III mais est nommé  commandant  de réserve sur Gemini IV.  Grissom a préféré John Young , avec lequel il a sympathisé au cours d’un stage de survie dans la jungle du Panama. Ils étaient en binômes !

Le 13 avril 1964 cette affectation est rendue publique par Robert Gilruth. Les doublures de Grissom et Young  seront Walter Schirra et Thomas Stafford .

Voilà par quel concours de circonstances John Young fut le premier astronaute du groupe 2 à aller dans l’espace…

John Young, besoin et nécessité

Sélectionné parmi les neuf astronautes du mythique groupe 2 le 17 septembre 1962, John Watts Young après avoir terminé l’entrainement de base, fut affecté à un domaine de compétences techniques pour aider au développement du vaisseau spatial Gemini.  Bien que son premier choix fût   « Guidage, Navigation et Contrôle »  il fut affecté à la partie « Systèmes Environnementaux et de Survie ». Dans le cadre de ses responsabilités il participa notamment à l’élaboration du système collecteur d’urine et du sac de confinement des matières fécales.

Il a fait un essai du « sac » en zéro-g lors d’un vol parabolique à bord d’un KC-135 et bien évidemment en conditions réelles lors du vol Gemini III. Le test s’est déroulé très exactement pendant le laps de temps qu’il a fallu au vaisseau spatial pour survoler le Cameroun jusqu’à l’île de Canton, soit environ 12 minutes. Tout a bien fonctionné mais ce fut… salissant. Heureusement le bactéricide contenu dans le sac et le charbon du système de filtration de la cabine a rapidement absorbé l’odeur.

Selon ses propres mots : « L’expérience n’a pas été des plus plaisantes, mais valider le fonctionnement de ce système fut absolument nécessaire avant d’envisager les vols de longue durée. »

Les repas sans résidus adoptés par les diététiciens de la NASA permettaient de ne pas aller à la selle pendant trois jours maximum,  mais pas plus, au-delà il fallait bien trouver une solution !

« Etre astronaute apporte son lot d’épreuves et oblige à faire quelques sacrifices, mais nous étions prêts, voire enclins, à payer le prix ! »

Le choc juste avant l’amerrissage

 

Juste avant l’amerrissage Gus Grissom et John Young eurent une petite frayeur. Pour bien comprendre ce qu’il s’est passé il faut regarder le schéma de la séquence de déploiement des parachutes ci-contre.

 

 

Après l’ouverture complète du parachute principal, Gemini 3 est suspendu verticalement par son nez (5). A un moment Grissom doit actionner  l’interrupteur « Ldg att » (landing attitude), qui permet au vaisseau spatial d’être suspendu en deux points (6) et (7) afin qu’il soit orienté à 35 degrés par rapport à la surface de l’océan. Lorsque Grissom a appuyé sur l’interrupteur, Gemini 3 est littéralement « tombé » sur place, envoyant les deux astronautes dans leur écoutille respective. Ce passage en position d’amerrissage a été si brusque que la visière du casque de Gus Grissom a été brisée et celle de Young rayée. En comparaison, le choc du à l’impact avec l’océan, quelques minutes plus tard, a été doux.

Ils n’avaient pas suffisamment serré leur harnais de sécurité.

 

 

 

 

Le casque de Gus Grissom

Le casque de Gus Grissom. On aperçoit bien le trou dans la visière.