Apollo 14, les voeux de réussite du Président Nixon

Le 30 janvier 1971, la veille du lancement, le Président Richard Nixon qui se trouve alors à Caneel Bay dans les Îles Vierges américaines, envoie ses vœux de réussite personnalisés aux trois astronautes d’Apollo 14, Alan B. Shepard, Edgar D. Mitchell, et Stuart A. Roosa. Le message pour Shepard est le suivant: « Le courage et la détermination dont vous avez fait preuve pour surmonter le sort et revoler mérite notre admiration unanime, ici comme à l’étranger. Que cette mission importante soit confiée à notre premier Homme dans l’espace nous rend particulièrement fier et confiant dans sa réussite. »

Les journaux américains commentent les problèmes d’amarrage d’Apollo 14

« Alors que le monde attend fébrilement l’issue du problème d’amarrage, il y a un fort sentiment de déception à l’idée que tous les efforts, l’entrainement et la préparation pour cette mission soient mis en péril. »  Dans le New York Times du 1er février 1971.

Le même jour, l’éditorial du Washington Evening Star, qualifie Apollo 14 de mission sous pression. Une mission dont certains aspects présentent des caractéristiques qui méritent d’être relevées. Il s’agit de la première mission Apollo dont l’équipage est composé d’astronautes qui n’ont jamais été en orbite terrestre, et commandée par un vétéran qui cumule un total de 15 minutes dans l’espace. La mission est  sous la responsabilité du plus vieil Homme à aller dans l’espace, le premier américain à avoir volé sur une fusée, et le seul astronaute à avoir réintégré les rotations de vol après une longue période d’inactivité forcée due à des problèmes médicaux. C’est la première mission Apollo dont le lancement a été reporté en raison de conditions météorologiques. C’est la première mission qui doit faire face à un incident sérieux dès le premier jour. C’est une mission dont l’issue, de l’avis de beaucoup de personnes haut placées au sein de l’agence spatiale, décidera du futur des vols habités. »

Un cadeau pour Leo DeOrsay

Avant de quitter le porte-avions USS Lake Champlain, Alan Shepard souhaite examiner son vaisseau spatial. Le responsable NASA de l’équipe de récupération, Charles Tynan, vient juste de noter la position de tous les interrupteurs du tableau de bord et les mesures affichées par les divers indicateurs et autres jauges. Il se tient à côté du vaisseau spatial et s’apprête à partir lorsqu’ Alan Shepard arrive. Normalement la NASA avait donné comme instruction au personnel de ne pas parler à Shepard afin que son esprit ne soit pas « pollué » par des informations autres que celles en rapport avec son vol.

Contre toute attente Shepard entame la conversation…  Les journalistes qui assistent de loin à la scène rapporteront dans leurs comptes rendus qu’il s’agissait d’une longue discussion technique… En réalité il n’en est rien… Après avoir confié à Tynan que ce vol bien trop court était fantastique, qu’il est ravi d’avoir amerri à portée visuelle du porte-avions, et combien il se sentit soulagé lorsque le parachute principal s’est déployé, il lui demande un service : démonter l’horloge de bord de Freedom 7 et la lui remettre de retour au Cap…

Tynan étant extrêmement réticent à récupérer quoi que ce soit sur le premier vaisseau spatial américain, Shepard a dû le persuader un long moment avant qu’il ne finisse par consentir. Comme cette montre « huit jours » n’a aucune valeur scientifique ou technique dans le cadre de la mission, Tynan accepte de dévisser quelques boulons et met l’objet dans son attaché-case. Quelques jours plus tard Tynan remettra l’horloge à Shepard dans le Hangar S.

Les sept astronautes avaient eu l’idée de faire monter l’horloge sur un support en bois de noyer, pour l’offrir à leur avocat, Leo DeOrsay, qui défendait gratuitement leurs intérêts !

Alan Shepard comme un matador

Après un examen médical, physique et psychologique qui a duré un peu moins de deux heures, Alan Shepard se rend dans la salle d’habillage (suit room) où Joe Schmitt va l’aider à revêtir sa combinaison spatiale.

William Douglas, le médecin des astronautes, assiste à ce méticuleux processus…  Il se rappelle : « Je ne sais pas pourquoi, mais cela me remémora l’habillage du matador avant la corrida. Un astronaute et un matador n’ont rien en commun, mais quand j’étais en Espagne, j’ai assisté à ce rituel, et l’atmosphère était exactement la même, une solennelle anxiété, un silence religieux, beaucoup de gens autour de lui. Et par-dessus tout, une vague odeur de mort. »

Freedom 7 ne répond pas

Lorsque le décollage de Freedom 7 est confirmé, on annonce aux marins du porte-avions de récupération, le USS Lake Champlain, qu’en regardant vers l’ouest, ils pourraient voir le retour du vaisseau spatial, prévu dans quelques minutes.

A environ T+9 minutes les techniciens de la NASA présents sur le porte-avions essaient d’entrer en contact avec Shepard sur la bande VHF mais ils n’obtiennent aucune réponse, ils suspectent l’ionisation de la capsule lors de la rentrée de bloquer les ondes haute fréquence… A moins que la radio VHF ne soit en panne… Ou que quelque chose de plus grave ne ce soit produit  !

La capsule étant équipée également d’un émetteur récepteur UHF on demanda à Ed Killian, un controleur aérien de 20 ans, d’utiliser l’AR 15 de la tour de contrôle du porte-avions, pour essayer de contacter Shepard (une radio UHF installée seulement quelques mois auparavant pour servir de fréquence de secours en cas de panne du système VHF utilisé communément pour communiquer avec les avions.)

L’AR-15 n’étant pas connecté à des hauts parleurs, les conversations sont totalement confidentielles.

« Mercury, Mercury, ici Nighthawk, vous me recevez ? » (A l’origine, il n’était pas prévu que la tour de contrôle du porte-avions entre en contact avec le vaisseau spatial, les contrôleurs ne connaissent pas l’indicatif de Shepard ; Freedom 7)

Pendant de longues minutes Killian, écouteurs sur les oreilles, essaie de joindre la capsule… L’inquiétude est de plus en plus forte… Alors qu’il réitère pour la énième fois son appel, il entend un chuintement et un crépitement puis une voix exubérante : « Roger, Nighthawk, ici Mercury. La vache, quelle putain de chevauchée ! Putain de merde ! Nom de Dieu, ça a été quelque chose ! »

Killian est fortement surpris par le langage vert utilisé par le premier américain dans l’espace et le premier « spationaute » à revenir sur Terre dans son vaisseau spatial. Ce n’est pas le genre de langage que l’on entend habituellement dans la tour de contrôle !

Un peu plus tard, en serrant la main du Capitaine Ralph Weymouth, le pacha du porte-avion, Shepard lui répéta avec enthousiasme la phrase qu’il avait proférée, mais quelque peu expurgée : « Oh là là, quelle chevauchée » (« Boy, what a ride »).

C’est bien évidemment cette version qui sera reprise par les journalistes et qui fera la une des journaux !

Une dizaine d’années plus tard, Ed Killian dîne avec sa famille au célèbre restaurant d’Al Vargo à Houston, le Vargo’s, lorsqu’il aperçoit Alan Shepard entrer… Au moment propice, il se lève et va se présenter. En lui tendant la main il dit : « Amiral, je suis Ed Killian, nous ne nous sommes jamais rencontrés, mais peu être vous souvenez-vous de : « Mercury, Mercury, ici Nighthawk, vous me recevez ? ».

Shepard sourit et répond : « Comment pourrais-je oublier ! … Alors c’était vous ? »

Killian acquiesce

– « Hmmm, j’étais passablement excité, n’est ce pas ?

– « Vous aviez des raisons d’être euphorique, nous l’étions tous »

Satisfait par cette remarque, Shepard en prenant congé lui lance un regard complice : « Très heureux de vous avoir rencontré ».