John Young ne veut pas qu’on le prenne pour une poule mouillée

Lors de la mission Gemini X, (du 18 au 21 juillet 1966) une expérience consistant à étudier les radiations ultraviolettes émises par les étoiles (expérience  S13 UV) doit être effectuée lors de la première EVA de Michael Collins. Cette première sortie spatiale qui doit se faire de nuit, est ce que les américains appellent une « stand –up » EVA, qui comme son nom l’indique, consiste à se tenir debout dans le vaisseau spatial (sur le siège), l’astronaute n’ayant alors que le buste dans le vide de l’espace…

Maurer 70 mmCollins muni de son appareil photo, un Maurer 70 mm pourvu d’une lentille UV,  doit viser le sud de la Voie Lactée et photographier une série d’étoiles, entre  Beta Crucis (Mimosa – la seconde plus brillante étoile de la constellation de la Croix du Sud) et Gamma Velorum (“Le Joyaux du ciel austral”, dans la constellation des Voiles à laquelle l’astronaute Virgil Grissom donnera le nom de Regor*). Il prend 22 photos.  Après le lever de soleil, il doit également photographier 9 fois une mire constituée de 4 couleurs (rouge, bleu, jaune et gris), maintenue par une baguette d’un mètre de long, pour déterminer si une pellicule du commerce enregistre fidèlement les couleurs dans l’espace. (Experience MSC8)

Si la première expérience se déroule sans anicroche,  la dernière est interrompue après la quatrième prise de vue, lorsque les deux astronautes présentent une irritation des yeux entraînant un larmoiement.

John Young : « Il y a une drôle d’odeur, ça irrite les yeux et les fait pleurer ».

Au départ les astronautes suspectent la solution anti-buée appliquée sur la visière du casque, puis à cause de l’odeur, une fuite d’hydroxyde de lithium, qui sert à purifier l’air… Ce sont finalement les ingénieurs au sol qui trouvent la solution : les astronautes ayant enclenché les deux systèmes de ventilation de leur combinaison spatiale, c’est ce double flux d’air qui provoque l’irritation des yeux, la désactivation de l’un d’eux résout le problème.

Sans se départir de son sens de l’humour  John Young  ajoute : « J’avais déjà les yeux qui pleuraient cette nuit, mais je n’ai rien osé dire, je ne voulais pas que l’on me prenne pour une poule mouillée. »

* cf : http://www.anecdotes-spatiales.com/dnoces-navi-et-regor/

Anecdote dans l’anecdote :  C’est le Dr Karl G. Henize qui est à l’origine de l’expérience S13 UV. Mathématicien et docteur en astronomie, il sera sélectionné comme astronaute scientifique en août 1967, groupe 6. Il ne fera qu’un vol spatial en 1985 (Challenger – Mission STS-51F – Spacelab 2 – du 29 juillet au 6 août 85). Il décède le 5 octobre 1993, à 6 400 mètres d’altitude, d’un œdème pulmonaire de haute altitude, alors qu’il tente l’ascension de l’Everest.

On enferme les héros

A leur retour, les premiers explorateurs de la Lune ont été littéralement traités comme des pestiférés. Avant de s’extraire du vaisseau spatial ils ont dû revêtir une combinaisonétanche et un masque qui les isole biologiquement du monde extérieur, puis s’asperger copieusement d’une solution antibactérienne (à base d’hypochlorite de sodium ou eau de Javel).
Après avoir atterri sur le porte-avion USS Hornet, l’hélicoptère 66, avec les astronautes et le médecin de la NASA Bill Carpenter toujours à bord, sera descendu dans le hangar numéro 2 et remorqué à quelques mètres du MQF (Mobile Quarantine Facility), une sorte de mobile-home Airstream, dans lequel les astronautes vont passer les trois premiers jours de leur quarantaine, ils y seront confinés jusqu’à leur transfert vers Houston.  Un observateur présent sur les lieux fera la remarque suivante : « Jamais des héros n’ont été accueillis de la sorte ».
Aucune accolade, aucune main serrée avant de prendre leurs quartiers dans le MQF.

 

Sur la porte de leur nouveau cocon ils purent lire sur un écriteau: « Merci de ne pas nourrir les animaux »

 

* Biological Isolation Garment (BIG). Pour certains scientifiques, même si fort peu probable, il n’était pas impossible que les astronautes ramènent des agents pathogènes de la Lune. Devant la vacuité de ces mesures préventives, les quarantaines seront supprimées après la mission Apollo 14.

 

Apollo 11 Le Retour

Pendant que les astronautes attendent dans le radeau de sauvetage, (de g à d  Collins, Armstrong, Aldrin) le Lt Clancy Hatleberg ferme l’écoutille et applique une solution à base de Bétadine.

Les astronautes d'Apollo 11 sur le Hornet descendant de l'hélicoptère

Les astronautes dans leurs combinaisons isolantes descendent de l’hélicoptère               (de g à d  : Aldrin – Armstrong -Collins)

Les astronautes sur le point de pénétrer dans le MQF

Les astronautes sur le point de pénétrer dans le MQF

Anecdote dans l’anecdote : On aperçoit sur chaque combinaison (photo n°2)  l’emplacement vide, au niveau droit du torse, où le  badge de la mission aurait dû normalement se trouver, fixé par du Velcro. Il se trouve que juste avant de quitter l’hélicoptère les astronautes ont donné leur badge à l’équipage du mythique Helo 66  [Un Sikorsky SeaKing SH-3D] en guise de reconnaissance et de remerciement.

L’équipage de Recovery One était composé par :

Le pilote : Don S. Jones
Le co-pilote : Bruce A. Johnson
Deux “Premiers Maîtres” (pour prêter assistance aux astronautes dans l’hélicoptère) :  Norvel L. Wood et Stanley G. Robnett.

3 badges pour quatre personnes !

 

C’est chaud !

Gemini X fut une ambitieuse mission qui a permis d’affiner les techniques nécessaires pour le programme Apollo. Le commandant John Young a même effectué des manœuvres alors que son co-équipier  Michael Collins effectuait une sortie dans l’espace. “Une telle prise de risque ne serait plus autorisée de nos jours“,  précise John Young.   Ce dernier se rappelle que la veille du décollage, Reg Mitchell, un ingénieur système, est venu le voir et lui a dit : « Oh fait, j’ai oublié de te dire, il faut absolument que tu évites que le soleil vienne taper directement sur le dessus du siège éjectable de Mike, car le soleil est si chaud que cela pourrait le déclencher.»

Young : « Non seulement je devais voler en formation avec la cible Agena, faire attention à ne pas brûler Mike avec le jet des tuyères des moteurs du système de contrôle d’attitude, et de surcroît, éviter que les rayons du soleil dardent sur le siège éjectable de Mike ! »

 

Cadeau d’avant vol

Michael Collins et Guenter Wendt allaient souvent à la pêche ensemble aussi le 16 juillet 1969 lorsque Collins arrive dans la White Room pour LA mission Apollo 11, respectant la coutume qui veut que les astronautes et le “Pad Leader” s’échangent un petit cadeau avant de partir, il offre à Guenter Wendt un cadre en bois sur lequel il a épinglé une minuscule truitelle congelée même pas à la maille !
Wendt raconte qu’il a longtemps gardé ce cadeau dans son congélateur, avant de le confier à un taxidermiste, afin de pouvoir l’accrocher dans son bureau !

 

Guenter Wendt et sa truite

 

Compression temporelle

Lors d’un discours devant des pilotes d’essais, en 1977, l’ex astronaute Michael Collins choisit une nouvelle perspective pour mieux faire appréhender à ses auditeurs les échelles de temps… “Ainsi en réduisant l’âge du système solaire, environ 5 milliards d’années, à 5000 ans, ce qui correspond aux débuts de l’Histoire dans l’évolution humaine… On trouve que la vie est apparue il y a environ 400 ans, l’Homme il y a trois ans, le Christ est né hier, les frères Wright ont effectué le premier vol propulsé il y a vingt minutes, Chuck Yeager a passé le mur du son il y a 10 minutes, l’ère spatiale a débuté il y a trois minutes, et, si mes calculs sont bons, Neil Armstrong a marché sur la Lune il y a une minute et deux secondes”

 

Ce type de compression temporelle a également été effectué pour ramener l’histoire de l’univers (environ 15 milliards d’années) sur une année. A cette échelle 1 jour représente 41 millions d’années et une heure 1,71 millions d’années…
Le calendrier débute le 1er janvier à 00:00 avec le Big-Bang, notre Système Solaire se forme vers le 10 septembre, la vie apparaît sur Terre vers le 7 octobre, les premiers hominidés le 31 décembre vers 20:30, Homo Sapiens vers 23:52 et l’écriture est inventée vers 23:59:49 .
A 23:59:59,79 Konstantin Tsiolkovski annonce que l’Homme va sortir de son berceau et à 23:59:59,93 Neil Armstrong pose le pied gauche sur la Lune…