Le cheikh de Cincinnati

Neil Armstrong fut l’une des 200 célébrités invitées par une fraternité de l’université de l’Idaho, pour participer à un gala donné sur le campus, dont le thème était les Contes des Mille et Une Nuits.  L’invitation était libellée avec le vocabulaire approprié et Armstrong la déclina en ces termes : « Hélas, j’ai déjà des obligations dans une autre oasis. Si d’aventure quelqu’un portant mon nom devait se présenter, emmenez-le dans les dunes et enterrez-le dans le sable, jusque sous les narines. »

Six records du monde pour Apollo 11

A l’issue de la mission Apollo 11, les Etats-Unis demandèrent l’homologation de 6 records du monde auprès de la Fédération Internationale d’Astronautique (International Astronautical Federation ou IAF) :

  • Pour la durée passée sur la surface de la Lune hors du vaisseau spatial, soit 2 heures, 21 minutes et 15 secondes, par Neil Armstrong.
  • Pour le temps passé en orbite lunaire, soit 59 heures, 27 minutes et 55 secondes, par Michael Collins.
  • Pour le temps resté sur la surface de la Lune, soit 21 heures, 36 minutes et 16 secondes, par les astronautes Neil Armstrong et Edwin Aldrin.
  • Pour le temps passé sur la surface de la Lune à l’intérieur du vaisseau spatial, soit 19 heures, 45 minutes et 52 secondes, par les astronautes Armstrong et Aldrin.
  • Pour la plus importante masse déposée sur la Lune, soit 7 211 Kg, par les astronautes Armstrong et Aldrin.
  • Pour la plus importante masse envoyée en orbite lunaire depuis la surface de la Lune, soit 2 648 kg, par les astronautes Armstrong et Aldrin.

Neil Armstrong, juste un professeur ordinaire

En 1979, à l’occasion du dixième anniversaire de la mission Apollo 11, Neil Armstrong participe au tournage d’un documentaire sur Apollo par une télévision japonaise. Lors d’une pause, le journaliste lui demande si ses étudiants en ingénierie aérospatiale à l’Université de Cincinnati sont en admiration devant lui. La réponse de Neil Armstrong avec un petit sourire en coin : « Plus du tout après la première interro. »

Neil Armstrong dans sa classe. Crédit photo : Peggy Palange, UC Public Information Office – 1974.

Le New York Times, Tom Sachs, et Neil Armstrong

Dans le supplément annuel du New York Times intitulé « The Lives They Lived » (La vie qu’ils ont vécu ou la vie qu’ils ont mené) le journal évoque les personnalités qui nous ont quittés au cours de l’année.

Pour évoquer la vie de Neil Armstrong, décédé le 25 août 2012, une approche très originale a été choisie, en effet, en lieu et place de la sempiternelle eulogie, les éditeurs ont décidé de ne publier qu’un dessin, celui de l’artiste Tom Sachs, arguant que tant de choses ayant déjà été écrites sur Neil Armstrong cette image iconique lui rendrait au final bien plus hommage que ne pourrait le faire n’importe quel autre détail de sa biographie. Un choix pour le moins original et des plus pertinents.

armstrong-tom-sachs

Crédit photo : Jens Mortensen – The New York Times

Tom Sachs s’est inspiré entre autres de l’ « Apollo Lunar Surface Journal » pour élaborer cette oeuvre.

Un cas d’espace

Demain nous pourrons assister à une pleine Lune alors que notre satellite se trouvera à son périgée (356 511 km à 12:24 TU), sur une orbite plus basse que de coutume en raison d’un « alignement » fluctuant entre le Soleil, la Lune, et notre Terre. La dernière fois que le périgée a été aussi bas (356 462 km), c’était le 26 janvier 1948, et pour le prochain il faudra attendre le 25 novembre 2034 (356 447 km). Vu de la surface de notre planète, il y a 14% de différence entre le diamètre apparent de la peine lune à son apogée et celui à son périgée.

L’occasion est donnée à tous les passionnés de conquête spatiale de faire un clin d’œil à la Lune, comme le préconisait la famille de Neil Armstrong après son décès, en hommage au premier Homme à avoir foulé son sol.

Lorsque l’équipage d’Apollo 11 a atterri sur la Lune cette dernière se trouvait à 393 309 km de notre planète et nous dévoilait son premier quartier.