Apollo 11 et le mythe de la supériorité du système communiste

Le journal suédois NSD (Norrlandska Social-Demokraten), dans son numéro du 28 juillet 1969, s’étonne dans son éditorial des éloges de la presse russe pour Apollo 11 et la recherche spatiale américaine en général, juste après la mission, mais constate que les derniers articles en date laissent transparaître la peur que cet atterrissage sur la Lune ait décuplé le respect des autres pays envers les Etats-Unis .  « Il est certainement très troublant et inquiétant pour la Pravda et les dirigeants du parti communiste que la conquête de la Lune par les américains, dont la plus grande partie du monde communiste à été témoin, a fait voler en éclat le mythe de la supériorité du système communiste. »

Apollo 11 évoqué dans le journal Il Mattino del Lunedi

Le journal Il Mattino del Lunedi d’Asmara, alors en Ethiopie (depuis 1993 la capitale de l’Erythrée) dans son édition du 28 juillet 1969 évoque la mission Apollo 11 :

« Aujourd’hui nous ne sommes pas seulement admiratifs, nous exultons. Car cet exploit presque surhumain a été accompli par une société libre et pluraliste, par une société qui n’a pas une tradition oppressive et réclusive, par une société qui a fondé sa structure politique et constitutionnelle non pas sur une idéologie totalitaire mais sur la philosophie démocratique de la Déclaration d’Indépendance. Cet exploit a été accompli par une nation, la nation américaine, dont les caractéristiques sont la fusion de l’esprit de précision et de discipline avec l’esprit de liberté. C’est la raison pour laquelle nous exultons aujourd’hui. Car nous savons que la conquête d’Apollo 11 est au service de l’Homme et non pas pour l’oppresser. »

« We Reach the Moon » : un livre sorti en librairie 3 jours après le retour d’Apollo 11.

A peine 76 heures après le retour sur Terre d’Apollo 11, Bantam Books et le New York Times sortent en librairie un ouvrage de 416 pages sur l’histoire du programme spatial américain de 1961 au triomphe d’Apollo 11, intitulé We Reach the Moon (que je traduirais librement par La Lune en ligne de mire ou Nous décrochons la Lune ou encore Objectif Lune). Un projet entrepris 2 ans auparavant. L’impression du livre a commencé le 24 juillet, juste après le retour des astronautes, pendant que le journaliste spécialisé dans le spatial, John Noble Wilford, terminait le texte. Les dernières pages furent envoyées à l’imprimeur de Chicago par Télex le 25 juillet. Cette première édition à couverture souple a été tirée à 375 000 exemplaires.

Au 31 décembre 1969, 1 million d’exemplaires auront été vendus aux Etats-Unis et à l’étranger.