Gemini 3 le jour du 53e anniversaire de Wernher von Braun

Gemini 3, la première mission spatiale habitée du programme éponyme, a décollé le 23 mars 1965, jour du 53e anniversaire de Wernher von Braun, ce dernier est d’ailleurs au Cap Kennedy, dans le blockhaus du complexe de lancement 19, pour assister au décollage, qui intervient à 9 h 24 heure locale ; la mission de Virgil Grissom et John Young dure 4 heures 52 minutes, 31 secondes.

C’est la seule fois, du vivant de von Braun, que des astronautes sont dans l’espace le jour de son anniversaire…

Dans son édition du 24 mars 1965 le New York Times n’oublie pas, dans son évocation de la mission Gemini 3, de consacrer un encart à Wernher von Braun, intitulé :
« Happy Birthday for von Braun » .

Lorsque les astronautes du programme Gemini coupent le gâteau…

La fin d’une mission spatiale, lorsque les astronautes sont sains et saufs sur le bâtiment de récupération, donnait toujours lieu à de nombreuses célébrations. La toute première se déroulait sur le navire lui-même… L’apothéose était la découpe du gâteau, le Welcome Back Cake (le gâteau « Heureux de vous revoir parmi nous »), au sabre selon la tradition.

G e m i n i   3

(De g. à d.) Virgil Grissom et John Young sur le USS Intrepid (CVS-11) le 23 mars 1965. Mission Gemini 3.

G e m i n i   5

(De g. à d.) Charles Conrad et Leroy Cooper sur le USS Lake Champlain (CVS-39) le 29 août 1965. Mission Gemini 5.
Charles Conrad s’apprête à couper le gâteau. « Welcome Back Champs ». Jeu de mot avec « champion » et « Champ » qui est le surnom du porte-avions…

G e m i n i   V I – A

(De g. à d.) Walter Schirra et Thomas Stafford sur le USS Wasp (CVS-18) le 16 décembre 1965. Mission Gemini VI-A.

G e m i n i   V I I

(De g. à d.) James Lovell et Frank Borman à bord du USS Wasp (CVS-18) le 18 décembre 1965. Mission Gemini VII.

G e m i n i   I X – A

(De g. à d.) Thomas Stafford et Eugene Cernan à bord du USS Wasp (CVS-18) le 6 juin 1966. Mission Gemini IX-A.
(De g. à d.) Eugene Cernan et Thomas Stafford à bord du USS Wasp (CVS-18) le 6 juin 1966. Mission Gemini IX-A. Au lieu d’un gigantesque gâteau les spécialistes culinaires (Culinary Specialist CS) du USS Wasp ont préféré confectionner deux gâteaux !

G e m i n i   X

(De g. à d.) Michael Collins et John Young à bord du USS Guadalcanal (LPH-7) le 21 juillet 1966. Mission Gemini X. Le garçon, William Doyle, qui reçoit une part de gâteau et une poignée de main de Michael Collins est le plus jeune des 41 enfants âgés de 12 à 16 ans autorisés a assister à la récupération. C’était la première fois que la Navy permettait à des marins d’emmener leurs enfants ou membres de leur famille sur une telle opération.
Sur le gâteau, on aperçoit un petit point noir sur « l’eau » juste à droite de la représentation de l’ascenseur du navire d’assaut amphibie porte-hélicoptères, c’est le vaisseau Gemini X avec son collier de flottaison.

G e m i n i   X I I

(De g. à d.) James Lovell et Edwin Aldrin à bord du USS Wasp (CVS-18) le 15 novembre 1966. Mission Gemini XII. Wasp Hangar Bay 2.
Le « The End Cake », le gâteau du clap de fin… La dernière mission du fabuleux programme Gemini.

John Young et le syndrome du commandant de mission

L’astronaute John W. Young n’a pas eu le « syndrome du commandant » lors de la mission Apollo 16, c’est-à-dire l’astronaute dont la fréquence cardiaque est la plus élevée lors du lancement. Comme le rappelle le Dr Charles A. Berry, alors directeur des sciences de la vie à la NASA (Director of Life Sciences) : « Le commandant a la plus grande responsabilité et a habituellement le pouls le plus rapide. Or, lors du lancement d’Apollo 16 c’est le pilote du module lunaire, Charles M. Duke, qui a eu le rythme cardiaque le plus rapide, avec 130 battements par minute, vient ensuite celui du pilote du module de commande, Thomas K. Mattingly, avec 115.

C’est John Young, le commandant de la mission, qui effectuait son quatrième vol spatial, et deuxième mission vers la Lune, qui a eu la fréquence cardiaque la plus basse, avec 108 pulsations par minute.

Le record du rythme cardiaque le plus rapide est détenu par Charles Conrad Jr, dont le pouls a atteint 166 battements par minute juste avant le lancement de Gemini 11, le 12 septembre 1966.

Le pouls de John Young lors du décollage de la première mission de la navette spatiale n’a jamais dépassé 85 !

John Young ne veut pas qu’on le prenne pour une poule mouillée

Lors de la mission Gemini X, (du 18 au 21 juillet 1966) une expérience consistant à étudier les radiations ultraviolettes émises par les étoiles (expérience  S13 UV) doit être effectuée lors de la première EVA de Michael Collins. Cette première sortie spatiale qui doit se faire de nuit, est ce que les américains appellent une « stand –up » EVA, qui comme son nom l’indique, consiste à se tenir debout dans le vaisseau spatial (sur le siège), l’astronaute n’ayant alors que le buste dans le vide de l’espace…

Maurer 70 mmCollins muni de son appareil photo, un Maurer 70 mm pourvu d’une lentille UV,  doit viser le sud de la Voie Lactée et photographier une série d’étoiles, entre  Beta Crucis (Mimosa – la seconde plus brillante étoile de la constellation de la Croix du Sud) et Gamma Velorum (« Le Joyaux du ciel austral », dans la constellation des Voiles à laquelle l’astronaute Virgil Grissom donnera le nom de Regor*). Il prend 22 photos.  Après le lever de soleil, il doit également photographier 9 fois une mire constituée de 4 couleurs (rouge, bleu, jaune et gris), maintenue par une baguette d’un mètre de long, pour déterminer si une pellicule du commerce enregistre fidèlement les couleurs dans l’espace. (Experience MSC8)

Si la première expérience se déroule sans anicroche,  la dernière est interrompue après la quatrième prise de vue, lorsque les deux astronautes présentent une irritation des yeux entraînant un larmoiement.

John Young : « Il y a une drôle d’odeur, ça irrite les yeux et les fait pleurer ».

Au départ les astronautes suspectent la solution anti-buée appliquée sur la visière du casque, puis à cause de l’odeur, une fuite d’hydroxyde de lithium, qui sert à purifier l’air… Ce sont finalement les ingénieurs au sol qui trouvent la solution : les astronautes ayant enclenché les deux systèmes de ventilation de leur combinaison spatiale, c’est ce double flux d’air qui provoque l’irritation des yeux, la désactivation de l’un d’eux résout le problème.

Sans se départir de son sens de l’humour  John Young  ajoute : « J’avais déjà les yeux qui pleuraient cette nuit, mais je n’ai rien osé dire, je ne voulais pas que l’on me prenne pour une poule mouillée. »

* cf : http://www.anecdotes-spatiales.com/dnoces-navi-et-regor/

Anecdote dans l’anecdote :  C’est le Dr Karl G. Henize qui est à l’origine de l’expérience S13 UV. Mathématicien et docteur en astronomie, il sera sélectionné comme astronaute scientifique en août 1967, groupe 6. Il ne fera qu’un vol spatial en 1985 (Challenger – Mission STS-51F – Spacelab 2 – du 29 juillet au 6 août 85). Il décède le 5 octobre 1993, à 6 400 mètres d’altitude, d’un œdème pulmonaire de haute altitude, alors qu’il tente l’ascension de l’Everest.

Frankenstein rencontre le Loup-Garou

Lorsque Jane Conrad, la femme de l’astronaute Charles « Pete » Conrad, qui suit à la télévision le retour sur Terre de son mari et de Gordon Cooper après une mission de plus d’une semaine dans l’espace à bord de Gemini 5, voit la scène où Pete Conrad tire sur la barbe de Gordon Cooper, alors qu’ils se trouvent sur le porte-avions Lake Champlain, elle s’exclame : « Frankenstein rencontre le Loup-Garou ».

Je suppose que c’est Pete Conrad qui tient le rôle du Loup-Garou, et Gordon Cooper celui de Frankenstein !  🙂

Cooper-Conrad

« Frankenstein rencontre le Loup-Garou » (Frankenstein meets the Wolf Man) est un film de Roy William Neill, sorti en 1943.