Pete Conrad ne peut plus avoir la grosse tête

Les astronautes Pete Conrad et Gordon Cooper sont dans l’espace à bord de Gemini V pour une mission qui doit durer huit jours. Leurs domiciles sont quotidiennement « assiégés » par des photographes, des équipes de télévision et de radio avec tout leur matériel…  Ils font régulièrement la une des journaux et des infos… Alors qu’ils en sont à la moitié de la mission, un employé chargé de l’entretien de la piscine se présente chez les Conrad pour sa visite hebdomadaire. Jane, l’épouse de Pete Conrad, vient juste de sortir de la maison et se dirige vers la voiture, accompagnée de Bob Gordon, un employé de la NASA chargé du protocole (Il gère notamment les relations des familles avec la Presse), ils doivent se rendre au Centre de Contrôle des Missions. Autour d’eux se presse une horde de journalistes et de photographes… Le gars de la piscine se fraie alors un chemin vers Bob Gordon et demande : « Excusez-moi, vous êtes M. Conrad ? »

Lorsqu’il apprend cette histoire, Charles Conrad déclare hilare : « Je ne pense pas avoir la grosse tête, mais si un jour je devais avoir le melon,  il suffirait que je me rappelle de ce gars chargé de l’entretien de la piscine. »

La bannière de Princeton sur la Lune

Lorsqu’à l’automne 1965 Pete Conrad se rend aux dîner des anciens de Princeton, il ne manque pas de faire don à son Alma Mater de la bannière qu’il avait emmenée dans l’espace lors de son vol Gemini V, qui s’est déroulé du 21 au 29 août, en contrepartie, le Président de l’Université lui remettra en guise de gag, un petit fanion en lui demandant de le planter sur la surface de la Lune…

Conrad Princeton gag Gemini 5

Quatre ans plus tard Pete Conrad marchera effectivement sur la Lune lors de la mission Apollo XII, du 14 au 24 novembre 1969… L’Histoire ne précise pas si le troisième Homme sur la Lune,  a effectivement planté ce petit fanion sur le sol lunaire, toujours est-il qu’il a emmené avec lui sur la surface une bannière de son Université, qui reste à ce jour l’un de ses biens les plus précieux !  Charles « Pete » Conrad le seul « alumni » de l’Université de Princeton à avoir marché sur le Lune !

Bannière Princeton sur la Lune

Gemini 5 et les objets personnels de Charles Conrad

Lors de la mission Gemini V, l’astronaute  Charles Conrad avait emmené dans son kit personnel, une médaille de St Christophe (le patron des voyageurs), une croix que sa mère lui avait confiée, une médaille représentant les Gémeaux (à la fois pour le programme Gemini qui porte ce nom d’après la constellation éponyme, et car il s’agit de son signe zodiacal), des drapeaux américains, la bannière orange et noire de son Alma Mater, l’université de Princeton, dont il sort diplômé en 1953, ainsi que ses « ailes d’or » de la Navy…  A l’issue de son vol spatial il sera autorisé à porter ses ailes d’astronaute en or !

Il avait également demandé à Faith Freeman si elle voulait qu’il emporte avec lui l’alliance de son époux. Théodore « Ted » Freeman avait été sélectionné dans le troisième groupe d’astronautes et est décédé l’année précédente, le 31 octobre 1964 à l’âge de 34 ans, dans le crash de son T-38… Elle avait bien évidemment été extrêmement touchée par cette délicate attention…

Accident urinaire

Lorsque le 23 mars 1965 à cinq heures du matin les astronautes Virgil Grissom et John Young sont réveillés, ils doivent se soumettre à un petit examen médical avant de prendre leur petit déjeuner d’avant vol, composé d’un steak et d’œufs, selon une tradition qui remonte au programme Mercury.

Lors de cet examen médical ils doivent fournir un échantillon d’urine à leur infirmière préférée, Dolores « Dee » O’Hara. Cette fois, John Young fait particulièrement attention a bien fermer le bouchon du flacon, car quelques jours auparavant, lors d’un entrainement, il avait mis son échantillon du matin dans sa malette pleine de documents relatifs à la mission… Quelle ne fut pas sa surprise de découvrir en ouvrant son porte-document que ses papiers étaient trempés…

A la vue de sa mine déconfite Dee O’Hara avait immédiatement compris ce qu’il s’était passé et avait éclaté de rire !

La constellation d’Urion

Lors de la mission Gemini VI-A, qui s’est déroulée du 15 au 16 décembre 1965, l’astronaute Walter Schirra s’aperçoit qu’en évacuant les urines dans l’espace, le liquide se transforme en petits cristaux gelés que le soleil fait briller, et qui se confondent avec les étoiles. Jamais à court d’idées pour faire une petite blague, il s’empresse de prendre des photos de ce phénomène… De retour sur Terre, les pellicules sont développées et il mélange malicieusement les clichés ainsi obtenus avec les vraies photos astronomiques. C’est ainsi qu’à l’occasion d’un débriefing, le docteur Jocelyn Gill, responsable des expériences scientifiques menées dans l’espace à bord des vaisseaux spatiaux de 1961 à 1973, en compulsant les tirages, tombe sur l’une de ces prises de vues particulières, elle reste un moment dubitative, retourne la photo dans tous les sens,  et finit par demander à Schirra : « Wally, de quelle constellation s’agit-il ? »

« Jocelyn, ça, c’est la constellation… d’Urion ! » répond  l’incorrigible Walter Schirra, qui vient d’épingler une nouvelle victime de ses blagues à son impressionnant tableau de chasse !

Par une de ces coïncidences dont seul le hasard a le secret, il se trouve que le premier rendez-vous spatial de l’Histoire entre deux vaisseaux spatiaux, qui a eu lieu justement entre  Gemini VI-A et Gemini VII, s’est produit « sous » la constellation d’ Orion !

Lors du programme Apollo, il fallait attendre la sublimation des cristaux d’urine après une vidange dans l’espace pour effectuer un P52 (programme permettant la remise à zéro de la plate-forme inertielle) car sinon il était impossible de repérer les étoiles indispensables à cette opération.

Urion

Photo parue dans la revue « National Geographic » d’avril 1966 (page 548),  illustrant l’article sur Gemini VI-A et Gemini VII de Kenneth Weaver, intitulé « Space Rendezvous ». Il s’agit de l’un des clichés de cristaux d’urine dans l’espace pris par Walter Schirra. Ce dernier a collé  une étiquette sur la photo avec l’inscription « Constellation d’Urion » qu’il a présentée lors d’une conférence de presse… (Scan : Olivier COUDERC)

 Dr Jocelyn R. Gill

Dr Jocelyn Ruth Gill (1916-1984) dont la spécialité était l’astronomie.