Youri Gagarine tâcle le vol de Scott Carpenter

Youri Gagarine au Japon 1962Lors du vol spatial de Scott Carpenter, le 24 mai 1962, Youri Gagarine se trouve  à Osaka au Japon dans le cadre d’une tournée mondiale, ce que les anglophones appellent « Goodwill Tour ». S’adressant à une foule de plus de 5 000 personnes, il souhaite bonne chance à Carpenter,  et déclare que « le rêve de l’Union Soviétique est de voir un jour des cosmonautes de différents pays dans le même vaisseau spatial ».

Après le retour de Carpenter sur Terre, il devient plus acerbe et lors d’une interview avec des journalistes japonais il affirme : « Le vol de Carpenter ne peut pas être qualifié de succès total, car il largement manqué le point de retour prévu. (Carpenter a amerrit a 400 km de la zone prévue). Ce qui ne fut pas le cas pour moi, ni pour Gherman Titov, nous avons atterrit exactement au point prévu ». Bizarrement, il ajoute ensuite :  « Nous ne savons pas encore si le vol de Carpenter est un fait établi, mais si c’est le cas il n’apporte aucun progrès par rapport au trois orbites de John Glenn. »

Quelques décennies plus tard on apprendra notamment que :

  • Gagarine a faillit mourir lors de la rentrée dans l’atmosphère quand le module de service ne s’est pas correctement séparé du module de descente, et que l’ensemble, resté lié par une sangle, s’est mis à tournoyer violemment. Heureusement le filin a fini par se consumer et libérer le module de descente de forme sphérique, recouvert entièrement par un bouclier ablatif de 840 kg, ce qui l’a sauvé ! [La conception du module de descente est d’une simplicité désarmante, de forme sphérique, l’orientation correcte du Vostok durant la descente est uniquement assurée par la répartition des masses (centre de gravité placé à « l’arrière » du centre géométrique –  « sous » le siège du cosmonaute) permettant une rentrée purement balistique ou le passager subit une accélération maximale de 8 à 10 g.]
  • Gagarine s’est éjecté en parachute à 7 000 mètres parce que le module de rentrée qui pesait quand même 2 460 kg, le double d’une capsule Mercury, (L’ensemble Vostok à une masse de 4 730 kg alors que Mercury seulement 1 400 kg  – pour le vol de Cooper !) n’a pas été conçu pour pouvoir atterrir avec un cosmonaute à bord !
  • Qu’il a atterrit à quelque 1 000 km de la zone prévue !

Il est vert

Scott Carpenter attends depuis une quarantaine de minutes dans son radeau de survie, (Ayant allumé ses rétro-fusées 3 secondes trop tard, Il est à plus de 400 kilomètres du point prévu…Comme il ne peut pas ouvrir la trappe avant l’arrivée des équipes de récupération, il a du quitter sa capsule surchauffée par le haut – cf photo ci-dessous), lorsqu’il est enfin repéré par un avion de récupération et de secours SA-16 !
Le destroyer Faragut est le premier bâtiment à sécuriser la zone, puis arrive un hélicoptère HSS-2 du porte-avions Intrepid.
Une fois la capsule sécurisée par les plongeurs, Carpenter monte dessus et l’hélicoptère lui envoie un harnais. Pour des raisons de sécurité le pilote donne pas mal de « mou » au filin, au cas où l’hélico ne puisse pas garder une position stationnaire. Lorsqu’il est prêt, Carpenter doit lever le pouce et sauter de la capsule.
Deux erreurs sont commises alors, la première par Carpenter qui aurait du attendre que le filin soit tendu pour sauter et la seconde par le gars qui manipule le treuil, au lieu d’appuyer sur « up » il appuie sur le bouton « down ».
Le pauvre Carpenter tombe au beau milieu du colorant vert très dense qui aide à localiser les capsules. De mémoire d’équipe de récupération, on n’avait jamais vu autant de colorant dans l’eau, du coup Carpenter est ressorti tout vert, crachant et toussotant, le colorant avait tout teint, il a fallu l’essuyer dans l’hélico avant qu’il ne puisse se présenter sur le porte-avions.

astronaut-scott-carpenter-1962

Contrebande spatiale

Des techniciens de la White Room demandèrent à John Glenn s’ils pouvaient « planquer »  des billets de 1 dollar dans Friendship 7.

Avec son accord, ils en conditionnèrent 52 dans un petit tube en carton, qu’ils placèrent au milieu de matériaux isolants. Au retour John Glenn et Scott Carpenter (la doublure de Glenn) signèrent ces billets souvenir.

Malheureusement quelqu’un vendit la mèche, une enquête fut diligentée, et les hauts responsables de la NASA décrétèrent qu’il était désormais interdit de… faire ce genre de chose !