Les astronautes font le show

Apollo 7 Show TVAu quatrième jour de la mission, à l’occasion du premier épisode du « Wally, Walt, And Don Show »  ainsi qu’ont été surnommées les retransmissions en direct depuis Apollo 7, « The Lovely Apollo Room High Atop Everything »,  Wally Schirra brandit une carte sur laquelle il avait inscrit : « Keep Those Cards and Letters Coming in Folks » (Allez le public envoyez-nous des lettres et des cartes postales)… Les jours et les semaines suivantes la NASA fut submergée de courrier…

Pour jouer le jeu, le journal d’une école d’ingénieurs à Newark, New Jersey, The Vector, a lancé une campagne Envoyez-une-carte-à-Wally. Quelque 2 000 cartes postales furent expédiées en réponse à cette seule initiative…

Ce sont les premières émissions télévisées retransmises en direct depuis un vaisseau spatial. Pour cette performance les astronautes recevront un Special Emmy Award (meilleure émission de télévision). Au total, il y aura sept retransmissions en direct !

 

 

Tel le Phoenix

Walter Schirra avait voulu baptiser le vaisseau spatial Apollo 7 Phoenix, du nom de l’oiseau légendaire qui renait de ses cendres et qui symbolise la résurrection, il s’agissait bien évidemment d’un hommage aux trois astronautes d’Apollo 1, Virgil Grissom, Edward White et Roger Chaffee qui ont périt lors de l’incendie du module de commande 012, alors qu’ils effectuaient un test au sol, trois semaine avant le décollage…
La proposition fut rejetée. Il faut préciser qu’après  Gemini 3 la NASA avait interdit de donner des noms aux vaisseaux spatiaux . Il faudra attendre Apollo 9 pour revoir des indicatifs, il fallait alors faire la distinction entre le module de commande et le module lunaire !
L’équipage avait par ailleurs pensé à un dessin pour leur badge de mission : il montrait un vaisseau spatial émergeant d’une boule de feu… Finalement les trois astronautes d’Apollo 7 ne soumirent pas ce projet au comité de validation (ils tombèrent d’accord pour dire que ce badge allait certainement heurter quelques sensibilités; voire, être taxé de mauvais goût.

Différentes propositions de badges pour Apollo 7

Les différents concepts réalisés par Al Stevens du département graphique de la Division Espace de Rockwell International d’après les desiderata des astronautes.

C’est le dernier badge en bas à droite qui sera retenu !


Pour le meilleur et pour le rire

Donn Eisele est le premier astronaute à avoir divorcé alors qu’il faisait toujours partie de la NASA, et John Young est le premier à avoir fait de même alors qu’il était affecté à une mission (Apollo 16).

Walter Schirra disait à ce propos : »Si je n’ai pas encore divorcé, c’est justement parce que je ne suis jamais à la maison« 

Un rhume « carabiné »

C’est au deuxième jour de la mission que Walter Schirra, le commandant de la mission Apollo VII, se réveille avec un rhume carabiné, résultat d’une partie de chasse au canard effectuée trois jours avant le lancement, qui s’est terminée sous une pluie battante… La visite médicale qui précède le vol l’avait déclaré apte.
Schirra souffre de légères céphalées, de courbatures mais n’a pas de fièvre. « Très vite le confortable vaisseau spatial a été transformé en boîte à Kleenex usagés», selon les termes de  Walter Cunningham. Il fait part de son état de santé au Centre de Contrôle et demande s’il peut prendre un antibiotique, le médecin lui recommande de commencer plutôt par un décongestionnant nasal, en l’occurrence… de l’Actifed.
La trousse à pharmacie du bord renferme 24 comprimés de 60 mg d’Actifed, la totalité du stock sera utilisé. Pour les missions Apollo suivantes le stock sera porté à 60 comprimés !
Par ailleurs, 48 comprimés d’aspirine sur les 72 seront utilisés.
Walter Schirra est le « premier malade dans l’espace » du programme spatial américain (le « mal de l’espace » ou « syndrome d’adaptation à l’impesanteur » n’étant pas une maladie à proprement parler).
24 heures plus tard Donn Eisele et Walter Cunningham présenteront les mêmes symptômes mais à un degré bien moindre.

De l’Actifed sera également prescrit lors des missions Apollo IX (12 comprimés sur 60), Apollo X (2/60), Apollo XII (18/60), et Apollo 17 (1/60)

Ainsi au début des années 80, le laboratoire pharmaceutique qui commercialise l’Actifed  fera appel aux astronautes Walter Schirra et Donn Eisele ainsi qu’aux astronautes d’Apollo XII, Richard Gordon et Alan Bean, pour des spots publicitaires. (A voir sur http://www.youtube.com)
Ces petits problèmes de santé auront des répercussions sur « l’ambiance » de la mission, mais ça c’est une autre histoire qui fera l’objet d’une prochaine anecdote…

Walter Schirra Apollo VII

On voit clairement sur cette photo que Schirra n’est pas au mieux de sa forme !